13 janvier 2016 - 14:30 |

Le Togo consacrera FCFA 246 milliards par an sur 15 ans à l'agriculture dans le PSTAT

Le Plan stratégique pour la transformation de l’agriculture au Togo à l’horizon 2030 (PA-PSTAT 2030) a été entériné les 22 et 23 décembre à Lomé, à l'occasion d'un atelier de deux jours. Il a pour objectif d'ancrer le développement de l'agriculture dans une vision à long terme, sur 15 ans, alors que le Programme national d’investissement agricole et de sécurité alimentaire (PNIASA) 2010-2015 s'achève.

"Déjà pressentie comme un des secteurs porteurs de futurs projets de densification de l'activité économique, notre secteur connaît un taux de croissance de l'ordre de 5,8% en 2012 et de 6% en 2013. Il occupe déjà une part relative du PIB oscillant entre 30 et 40% sur les 5 dernières années {…] ", a expliqué le ministre de l'Agriculture, de l'élevage et de l'hydraulique, Ouro-Koura Agadazi à notre confrère Le Journal agricole. "Mais il faut aller plus loin et plus vite ! C'est pour cela que le ministère a initié la reformulation et la mise à jour de sa politique agricole et a décidé de l'assortir d'un plan stratégique alors même que le PNIASA 1 est en fin de parcours et que vont commencer bientôt les réflexions autour de l'élaboration de la SCAPE 11 sur la période 2018-2022."

L'enveloppe du PA-PSTAT sera de FCFA 3 700 milliards (€ 5,6 milliards), soit environ FCFA 246 milliards par an (€ 375 millions). Notons que l'enveloppe du PNIASA était de FCFA 569,1 milliards (€ 867,5 millions), soit FCFA 113 milliards (€ 172,2 millions) par an. Environ 55% du montant émanerait de sources privées de financement, notamment dans le cadre de partenariat public-privé ; 45% du financement requis proviendrait de l'Etat ce qui lui permettra de satisfaire aux engagements de Maputo, en 2003, qui prévoyaient que 10% du budget soit consacré à l'agriculture.

Les agropoles

Le PA-PSTAT, document de 46 pages, s'articule autour de 3 orientations stratégiques : les investissements dans les infrastructures, les services et notamment la logistique, la création d'un label qualité et de pôles de développement agricoles, des "agropoles", dans les différentes régions du pays. Trois seraient déjà prévus, à titre expérimental, en 2016.

Il s'agit "de réunir en un seul endroit et sous une même organisation opérationnelle " les potentialités locales, les  avantages comparatifs des sites concernés et des filières associées, les différents leviers permettant de sortir les populations de la pauvreté, souligne notre confrère. "Les agropoles seront également couplées au développement d'infrastructures diverses de soutien à des pôles de développement industriel ainsi qu'à des pôles de développement de services (services financiers aux entreprises, finance inclusive, services de télécommunication et télé-services)."  

Entre autres, ces agropoles nécessiteront de développer, au préalable, des périmètres irrigués, à raison de 5 000 ha par an, ce qui représenterait un coût initial d'investissement de FCFA 60 milliards , soit FCFA 900 milliards sur les 15 ans, note encore  Le Journal Agricole.

Secteurs: 

Newsletters

Inscrivez vous à notre Newsletters

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +