13 février 2019 - 11:31 |

Le conseil de Bruno Mettling, président d'Orange Afrique, à l'Europe : "Il faut sortir d'une certaine naïveté"

Dans le cadre de son Rapport annuel 2019, présenté vendredi à Paris, le Conseil des investiseurs en Afrique (CIAN) a publié son Baromètre des leaders d'opinion en Afrique réalisé par Inmar, et qui fait état d'une nette distanciation de la France par rapport à d'autres pays comme l'Allemagne, la Chine, les Etats-Unis ou encore le Japon. La France est en cinquième position en termes d'image et en septième place du classement des pays les plus bénéfiques pour le continent.

Face à ce constat, CommodAfrica a demandé au président d'Orange Middle East & Africa, Bruno Mettling, ce qu'il suggérait. Sa réponse...

Le Baromètre CIAN des leaders d'opinion en Afrique fait état d'un net recul de la présence de la France en Afrique. Pensez-vous que, entre autres, il faille revenir à l'aide liée ?

Je dis très clairement que l'Europe est naïve et qu'elle devrait conditionner son aide, non pas, comme le font les Chinois, à la nationalité de l'entreprise -car ce serait refuser la compétition- mais aux contreparties en termes de développement durable, de RSE dans les pays dans lesquels se font les financements européens.

Je suis choqué de voir qu'on traite de la même façon une entreprise qui va recruter localement, qui va former, et une entreprise qui va arriver, évidemment sur un appel d'offres, mais avec tout, y compris, ses propres salariés.

Il faut que l'Europe sorte d'une certaine naïveté et joue la carte, non pas de la protection des entreprises européennes -laissons à nos amis chinois le soin de le faire- mais celle du développement équilibré et partenarial dans les pays qui sont bénéficiaires de son aide.

Secteurs: 

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +