13 juillet 2016 - 11:15 |

Les opérateurs au Nigeria se concertent pour mieux tirer partie de l'Agoa

Quelque 19 agences représentant filières et industries agro-alimentaires au Nigeria ont décidé en début de semaine d'unir leurs forces afin de redynamiser leurs exportations  de patate douce, haricots, cacao et autres produits agricoles vers les Etats-Unis. La rencontre était organisée à Lagos par le Conseil de promotion des exportations du Nigeria (Nigerian Export Promotion Council, NEPC).

Il ont, notamment, souligné l'importance de développer des synergies entre ces différentes agences afin de mieux utiliser les avantages offerts par l'accord de préférence commercial, l'African Growth and Opportunities Act (Agoa).

En réalité, 6 400 produits nigérians pourraient entrer aux Etats-Unis sans payer de droits de douanes, a rappelé Babatunde Faleke, le coordinateur NEPC pour la région du Sud-Ouest. Plus encore, nombre de produits sont exportés frauduleusement du Nigeria vers les pays voisins qui, eux, exportent vers les Etats-Unis en utilisant le bénéfice de l'Agoa. Il a cité en exemple une variété de patate douce plus adaptée à l'export qui avait été mise au point dans le cadre d'une collaboration entre le NEPC et l'Institut international d'agriculture tropicale (IITA) mais qui était exportée d'autres pays africains. Il a aussi évoqué les produits en cuir qui partaient via le Ghana et même le Sénégal mais qui, en réalité, proviennent du Nigeria.

Outre les débouchés per se, Samuel Mosunmola de l'Organisation des normes au Nigeria (SON) a déploré la faible connaissance par les exportateurs des normes et de tout l'intérêt des tests certifiant la conformité d'un produit par rapport aux normes.

D'où la conclusion que les exportateurs, notamment, devaient être mieux formés, mais aussi que les agences devaient davantage s'unir pour réduire la bureaucratie entourant les procédures d'export.

Filières: 
Secteurs: 

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +