13 novembre 2009 - 00:00 |

La Chronique Matières du jeudi

Café, cacao, coton en recul avec l’approche de la liquidation de la position décembre

(12/111/09)

CACAO Les cours du cacao sont en recul tant à New York qu’à Londres, ils ont clôturé le 12 novembre respectivement à $ 3133 la tonne (-$72) et à £ 2086 la tonne (-£46). Cependant, pas de changement dans les fondamentaux. La baisse est technique, liée à la liquidation de l’échéance décembre. Les arrivées dans les ports africains sont soutenues. En Côte d’Ivoire, les arrivées se situent entre le 1er octobre et le 8 novembre à 227 000 tonnes (122 839 t sur la même période en 2009). Quant aux achats déclarés auprès du Cocobod au Ghana, ils se sont élevés du 16 au 29 octobre à 160 860 tonnes, en baisse de 2%. Une baisse qui s’explique surtout par la contrebande avec la Côte d’Ivoire. Selon le directeur du Cocobod, Tony Fofie, ”nous pouvons dire qu’entre 10 et 15 000 tonnes de notre cacao est passé de l’autre côté de la frontière depuis le démarrage de la campagne”. Un montant jugé un peu élevé pour un courtier, qui l’estime entre 1000 et 2000 t par semaine. Mais, qui pourrait s’accroître. Le différentiel de prix est largement en faveur de la Côte d’Ivoire avec un prix de $ 2150 contre $ 1523 pour le Ghana.
Le numéro un mondial du chocolat, Barry Callebaut, a présenté des résultats annuels en hausse pour l’exercice 2008/09 clôt le 21 août : une croissance des ventes en volume de 4,1% à 1,21 Mt dans un marché mondial du cacao en déclin de 2%, un chiffre d’affaires à 4,88 milliards de francs suisse (+1,3%, +8,5% en monnaie locale), un résultat d’exploitation de FF 350,8 millions (+2,8%, +9,5% en monnaie locale) et un bénéfice net en hausse de 10,4% à 226,9 millions (18,5% en monnaie locale). Barry Callebaut a tout de même revu à la baisse ses perspectives de croissance pour les trois années à venir en raison de la faiblesse de la demande mondiale et de la pression des prix élevés du cacao. Le directeur général estime que le marché du chocolat sera mou sur les 12 prochains mois.

CAOUTCHOUC Les cours du caoutchouc ont grimpé de 3%, sa plus forte hausse depuis plus d’un an, le 12 novembre dans le sillage de l’appréciation de l’or ($1 120 l’once). Sur le Tokyo Commodity Exchange, le contrat échéance avril a gagné 6,7 yens à 237,3 yen, son plus haut niveau depuis octobre 2008. Sur le marché de Shanghai, le contrat mars a progressé de 885 yuans à 20 620 yuans la tonne. La confirmation de la reprise de l’économie chinoise a aussi soutenu les cours.

CAFE Quel marché ! Difficile même de prévoir à 24 heures ! souligne un coutier. Sur le Robusta , la chute brutale des cours prend le Vietnam à contre-pied et gèle totalement les offres ajoute-t-il. Cependant, la pression de la récolte pour fin novembre et décembre devraient obliger les Vietnamiens à vendre.
Les exportations de café d’Ouganda ont progressé de 10,8% en volume en octobre par rapport à octobre 2008 à 190 000 sacs de 60 kilos pour une valeur de $18,6 millions, en baisse de 11,2% par rapport à octobre 2008 ($21 millions), selon l’UCDA. Pour la campagne 2008/09 (octobre -septembre), l’Ouganda a exporté 3 millions de sac pour $291,7 millions. Les prix au producteur se situent en 1 000 et 1 100 shillings par kilo pour le Robusta Kiboko. Pour le deuxième mois de la campagne 2009/10, l’UCDA prévoit 240 000 sacs.

CÉRÉALES La production mondiale de céréales est attendue cette année à 2 234 millions de tonnes (Mt), soit à un niveau juste inférieur de 2% à celle record réalisée en 2008, selon la FAO dans sont dernier rapport « Foord secrurity and crop prospects ». La production de blé devrait atteindre 678 millions de tonnes (Mt),avec des hausse prévues aux Etats-Unis, en Asie, en Afrique du Nord et en Europe. La production de grains devrait atteindre 1 108 Mt.
Le riz fait exception. Les perspectives se sont considérablement détériorées depuis juillet dans plusieurs pays d’Asie, souligne la FAO. La production mondiale de riz paddy devrait s’élever à 672 Mt, soit une contraction de 2,3% par rapport au record de 2008 à 688 Mt.
La consommation mondiale de céréales en 2009/10 s’établirait à 2 225 Mt, dont 1 044 Mt pour la consommation alimentaire et769 Mt pour alimentation animale.
En conséquence, les stocks de céréales devraient atteindre en 2010 leur plus haut niveau depuis 7 ans à 509 Mt.
Les échanges devraient se contracter de 9ù en 2009/10 à 258 Mt.
Le dernier rapport du département américain de l’Agriculture (USDA) projette également des récoltes mondiales abondantes avec une estimation à 2 195 Mt, dont 671,89 Mt pour le blé. Quant à la consommation, elle serait de 2 189 Mt et des stocks à 451,53 Mt.

COTON Le 10 novembre, les cours du coton ont franchi la barre des 70 cents la livre, pour enregistrer des pertes les deux jours suivants sous la pression à la vente et la baisse du dollar. Le 12 novembre, le contrat décembre cédait 0,88 cents à 66,42 cents et mars perdait 0,77 cents à 70,31 cents.
Le dernier rapport du département américain de l’Agriculture (USDA) a révisé à la baisse de 502 000 balles sa prévision de la production de coton américaine à 12,5 millions de balles (Mb) pour 2009/10, avec des réductions importantes dans les Etats de l’Arkansas, du Missouri et du Texas. La production mondiale est diminuée de 1 Mb à 102,74 Mb avec des réductions en Chine (31,50 Mb contre 32,50 Mb en octobre) et aux Etats-Unis non totalement compensées par l’augmentation de la production au Pakistan et en Ouzbékistan. Pour l’Afrique zone franc, la production est légèrement revue à la hausse à 2,42 Mb. Au niveau de la consommation mondiale, l’USDA prévoit une augmentation de 900 000 balles par rapport à octobre à 113,52 Mb, la croissance au Bangladesh étant partiellement amortie par la baisse en Russie. Les échanges devraient croître de 4% avec une hausse des importations au Bangladesh et en Chine (8,5 Mb). Les stocks de clôture de 2009/10 sont en recul de 13% par rapport l’ouverture de la campagne à 53,7 Mb.
La réduction de la production en Chine et aux Etats-Unis, le reprise amorcée en Chine, une relance de la consommation, après avoir chuté pour la première fois en 25 ans en 2008/09 sont des soutiens du marchés. Depuis quelques semaines, les fonds sont aussi très actifs. Si la demande de l’Asie est plus soutenue, elle est en dessous de son niveau habituel souligne un courtier. Les stocks certifiés s’établissaient au 12 novembre à 457 851 balles et la position ouverte à 193 995 contrats.
En Côte d’Ivoire, le secrétaire exécutif de l’Aprocot-CI, Christophe N’Dri estime que la Côte d’Ivoire produirait entre 185 000 et 200 000 tonnes de coton en 2009/10. Soit plus de 50% de mieux qu’en 2008/09 où la production s’est élevée à 123 000 tonnes.
Au Bénin alors que le gouvernement tablait sur 420 000 tonnes, il semblerait que la campagne 2009/10 se situeraient à 180-190 000 tonnes pour les optimistes et 140-150 000 tonnes pour les pessimistes, soit en dessous du niveau atteint en 2008/09 et ce malgré une augmentation du prix au producteur.

THE Les cours sur le marché aux enchères de Mombassa au Kenya accumule record sur record avec toujours en toile de fonds une offre réduite, surtout au Kenya en raison de la sécheresse. Le prix moyen du Kenya Broken Pekoe (BP1s) a progressé à $5,23 le kilo cette semaine, contre $5,21 la semaine d’avant et $5,10 une semaine avant. La demande s’est améliorée et est soutenue, surtout en provenance de l’Egypte et du Pakistan. Les prix aux enchères au Bangladesh sont en revanche en léger recul (0,18%) à 139,49 takas ($2,02) le kilo.

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +