14 janvier 2011 - 00:00 |

La Chronique Matières du jeudi

Huile de palme, coton, café, caoutchouc, maïs … pour de nombreux produits, forte tension sur l’offre


(14/01/2011) CACAO Les cours du cacao ont cédé jeudi $7 pour l’échéance mars pour s’établir à $2 952 la tonne, pour la première fois en cinq séances. A Londres, ils clôturaient à £ 1967 la tonne, cédant £18. Les broyages en Allemagne au dernier trimestre 2010 ont progressé de 6,2% à 101 788 tonnes. Sur la totalité de 2010, ils ont augmenté de 4,9% à 367 095 tonnes.
Selon l’International Cocoa Organization (ICCO), le marché du cacao devrait être équilibré en 2010/11 avec un surplus de quelque 70 000 tonnes, et ce en dépit de la tension politique en Côte d’Ivoire. La production mondiale en 2010/11 est attendue à 3,8 millions de tonnes (Mt), en hausse de 6 à 8%, et la consommation à 3,7 Mt, en progression de 2,9%. «Le cacao sort encore du pays, malgré l’impasse politique », a indiqué Jean-Marc Anga, directeur exécutif de l’ICCO ajoutant qu’il s’attendait à ce que les stocks de cacao continuent de croître. ”Sur la base des informations que nous avons, heureusement, jusqu’à présent, l’approvisionnement n’a pas été affecté par la situation dans le pays.” Ainsi, il estime que les cours devraient se situer autour de $ 2 900 la tonne à New York et £1 900 la tonne à Londres. L’ICCO prévoit environ 1,3 Mt de cacao pour la Côte d’Ivoire en 2010/11, soit 50 000 tonnes de plus qu’en 2009/10 et 800 000 tonnes pour le Ghana, soit 170 000 tonnes de plus.
Depuis le début de la campagne en octobre, les achats du Cocobod au Ghana ont atteint 599 799 tonnes au 30 décembre 2010. Les autorités ont revu à la hausse leur prévision de production à 800 000 tonnes en 2010/11. Le Ghana pourrait bénéficier du cacao de contrebande en provenance de la Côte d’Ivoire.
Les arrivées dans les ports de Côte d’Ivoire se sont élevées à 684 765 tonnes au 9 janvier, en baisse par rapport aux 702 061 t arrivées sur la même période en 2009/10.
Les exportations du Cameroun ont atteint 101 028 tonnes au 9 janvier depuis le démarrage de la campagne en août dernier. En 2009/10, les exportations se sont élevées à 197 000 tonnes, en recul de 4% par rapport à 2008/09.

CAFE Après une semaine de calme, le marché est reparti à la hausse. Le marché de New York, en dépit des ventes de certains fonds, est repassé mercredi au-dessus des 240 cents la livre à la surprise de nombreux acteur qui s’attendaient à un repli des cours entre 200 et 210 cents la livre. Le Robusta a aussi progressé enregistrant à $ 2185 la tonne son plus haut niveau pour le second terme depuis septembre 2008. Un courtier observe que les différentiels baissent fortement sur les cafés africains avec l’arrivée des récoltes d’Afrique de l’Ouest et du Vietnam.
L’International Coffee Organization (ICO) a revu mercredi ses prévisions de la récolte mondiale de café en 2010/11 à 134,6 millions de sacs de 60 kilos contre 133 Ms précédemment. Une hausse qui reflète en partie de meilleures perspectives en Afrique où la production devrait croître à 18,4 Ms, contre 15,66 Ms en 2009/10, soit une hausse de 16%.
En Côte d’Ivoire, le prix indicatif du kilo de café bord champs au démarrage de la campagne de commercialisation a été augmenté à FCFA 650 le kilo, contre FCFA 525 en 2009. Le président du Comité de gestion de la filière café-cacao (CGFCC), Anoh Gilbert, a souligné que la campagne 2009/10 avait été décevante avec 94 372 tonnes d’achats cumulés en 2010, contre 143 953 tonnes en 2009.
Les ventes aux enchères de café au Kenya ont plus que doublé sur le premier trimestre de la campagne 2010/11 (octobre-décembre) progressant de 112% à $45,73 millions, selon the Nairobi Coffee Exchange (NCE). Le NCE a indiqué que le Kenya avait vendu 133 910 sacs de 60 kilos sur cette période, contre 89 098 sur la même période en 2009, avec un prix moyen de $279,99. A noter que s’est vendu mardi dernier sur le NCE un sac de 50 kilos de café grade AA pour un montant record de $1 008, soit son plus haut niveau depuis 10 ans.
Les exportations de café d’Ouganda ont chuté à 237 000 sacs de 60 kilos en décembre contre 272 779 sacs sur la même période en 2009, selon l’UCDA.
En Tanzanie, le Tanzania Coffee Board prévoit que la récolte 2010/11 (juin-avril) atteindra 55 000 tonnes contre 36 000 tonnes en 2009/10.

CAOUTCHOUC Dans le sillage des autres commodities, les cours du caoutchouc ont atteint jeudi un nouveau record, mais ont finalement reculé sous les prises de bénéfices, le contrat juin cédant 0,7 yens à 448,4 yens le kilo. Mais le trend est haussier.
Les cours sur le marché à terme de Tokyo devraient se maintenir à des niveaux records d’ici à la fin janvier et pourraient enregistrer un nouveau record en février en raison de la forte demande au moment où l’offre est réduite. Le contrat de référence de caoutchouc sur le Tocom, juin 2011, est anticipé à 440,5 yens le kilo d’ici à la fin janvier, soit 6% de plus que la clôture de fin décembre (414,5 yens) et proche du record atteint le 7 janvier (442,9 yens). “Les acheteurs chinois sont sur le marché. Ils se précipitent pour acheter avant les vacances du Nouvel an chinois début de Février”, a déclaré un négociant de Malaisie. En dehors des Chinois, les fabricants mondiaux de pneumatique sont aussi aux achats et ne semblent pas s’attendre à voir les prix retomber de sitôt. En outre, l’approvisionnement devrait rester faible dans les grands pays producteurs jusqu’à la fin février. “En raison de la pluie et des inondations, l’offre a été limitée l’année dernière. Les fournisseurs ont été probablement incapables d’accroître les stocks avant la saison d’hiver. Cela devrait stimuler les prix en février » observe un courtier japonais. Le RSS3 de Thaïlande est anticipé à un niveau record de $5,30 le kilo à la fin janvier (contre $4,95 à la fin décembre), le SMR20 de Malaisie à , en hausse de 4,95 $ / kg à la fin de Décembre. Malaisie SMR20 $ 5,23 le kilo ($ 4,90 en décembre) tandis que le SIR20 d’Indonésie est projeté à $ 5,20 le kilo ($4,90 en décembre).

CEREALES Les cours du maïs et du soja ont flambé sous l’effet de la baisse du dollar et à la suite de la publication du rapport du département américain de l’Agriculture (USDA). Le maïs a gagné 1% jeudi à $6,42 le boisseau tandis que le soja étendait ses gains à $14,30, son plus haut niveau depuis juillet 2008. Le maïs et le soja pourraient progresser encore dans les semaines à venir, la sécheresse diminuant la récolte en Argentine tandis que la Chine se positionne pour reconstituer ses réserves. L’USDA estiment que les réserves américaines de maïs et de soja seront particulièrement basses cette année. La diminution des réserves du premier exportateur de denrées alimentaires au monde, conjuguée à des perspectives moroses pour d’autres pays exportateurs, augurent de la plus rude année depuis 2008, lorsqu’une pénurie d’alimentation avait provoqué la hausse des prix, puis des émeutes de la faim dans certains pays. D’ici la prochaine moisson en septembre, le département de l’Agriculture américain prévoit que les réserves de graines de soja s’élèveront seulement à 140 millions de boisseaux, soit 10% de mois que prévu par les analystes. Les stocks de maïs devraient atteindre 745 millions de boisseaux, un niveau particulièrement bas, inédit depuis 1995. C’est là encore 4% de moins qu’attendu par les estimations.

COTON Le coton a clôturé jeudi en baisse perdant 3,91 cents sur le contrat de mars pour s’établir à 144,06 cents la livre sur des prises de bénéfices et des ventes des producteurs, mais les perspectives restent haussières. Le département américain de l’Agriculture, dans son dernier rapport, publié mercredi, a encore revu à la baisse les stocks mondiaux pour 2010/11 à 42,84 millions de balles contre 43,39 millions le mois précédent. La hausse des céréales, maïs et soja, pourrait aussi apporter un support au coton si les fermiers américains arbitrent en faveur de ces dernières au moment des semis.
La production mondiale de coton biologique a progressé de 15% en 2009/10 à 241 276 tonnes, selon le rapport Farm and Fiber publié par Textile Exchange.

HUILE DE PALME Après la publication du rapport du département américain de l’Agriculture (USDA) montrant une offre tendue pour l’huile alimentaire les cours de l’huile de palme ont rebondi jeudi d’un plus bas de trois semaine touché la veille. Le rapport a notamment revu à la baisse les stocks américains de soja et mis en exergue la forte demande alimentaire. En outre, la sécheresse qui touche l’Amérique du Sud a conduit l’USDA à réduire de 3% sa prévision de production de soja en Argentine. Autant de facteurs qui laissent à penser que les consommateurs devront compter plus largement sur l’huile de palme face à une offre réduite d’huile de soja. ”Le marché de l’huile de palme a cessé sa correction pour le moment. Il reste à voir si cela marque le début d’un nouveau rallye ou une pause avant que le marché revienne à nouveau sur ses pas”, a déclaré un courtier. Le contrat de mars a clôturé jeudi à 3 694 ringgits malais en hausse de 1,2 % .

THE Les cours du thé sur le marché aux enchères au Kenya ont fortement grimpé mardi avec un prix moyen de $ 3,88 le kilo contre 3,80 lors de la précédente vente. Selon Africa Tea Brokers (ATB), la demande est forte pour toutes les catégories de l’offre avec des prix qui suivent la qualité. En revanche, les prix au Bangladesh reculent à 195,43 takas ($2,75) le kilo avec la baisse de la qualité.
Les exportations de thé d’Inde en novembre ont chuté de 25,6% à 15,4 millions de kilos. De janvier à novembre, les ventes se sont élevées à 178,5 millions de kilos, un niveau sensiblement identique sur la même période en 2009.

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +