14 juin 2019 - 17:16 |

La Côte d’Ivoire à la rescousse des transformateurs de cacao du Ghana

Les mauvaises conditions météorologiques et les maladies des cultures ont entravé la récolte de cacao du deuxième producteur mondial, le Ghana, obligeant les transformateurs à importer des fèves à des taux supérieurs à la normale, souligne Reuters.

En effet, une épidémie de maladie des pousses enflées (CSSV) détruit les cultures, en même temps qu’une période sèche réduit la taille des fèves de cacao et force les maisons de négoce à baisser les estimations de production ghanéenne entre 800 000 et 850 000 tonnes, contre 900 000 tonnes prévues. "C'est difficile à prédire, mais ce n'est un secret pour personne, la récolte à mi-récolte sera mauvaise cette année", indique une source du Cocobod.

Une baisse des rendements qui a conduit les transformateurs ghanéens (dont les principaux sont Barry Callebaut, Cargill, NICHE et Olam) à se tourner vers son voisin et autre géant de la production de cacao, la Côte d’Ivoire, pour s’approvisionner en fèves et compenser les pertes. "Nous avions déjà anticipé une baisse de la production, raison pour laquelle nous avons demandé une autorisation d'importation de fèves de cacao ivoiriennes, comme nous le faisons depuis des années", a indiqué une source de Barry Callebaut, qui s'attend à ce que la société importe de 20 000 à 25 000 tonnes.

En outre, la rareté des fèves ghanéennes a fait grimper son prix jusqu’à s’établir à £ 2 135 (€ 2 400) la tonne pour les fèves ghanéennes, contre £ 2 026 (€ 2 275) pour les fèves ivoiriennes, alors que le prix de la fève était de £ 1 850 (€ 2 077) la tonne à la clôture mercredi. Une situation qui fait craindre de nombreux retards de livraison, potentiellement repoussés à la prochaine campagne.

 

Pays: 

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +