14 décembre 2020 - 13:01 |

La crise du cacao en Côte d’Ivoire et au Ghana profite au Nigeria et Cameroun, selon Rabobank

Selon Andrew Rawlings, associate Commodities Analyst à la banque néerlandaise Rabobank, le mécanisme du différentiel de revenu décent (DRD ou LID) de la Côte d'Ivoire et du Ghana demeure imprécis alors que les pays ont encore un tiers à un quart de leur récolte à vendre et que les industries disposent de stocks non négligeables, surtout en cette période de baisse de la consommation. Une situation de crise qui bénéficie aux autres pays exportateurs que sont le Nigeria et le Cameroun qui ont vu leur prix, mécaniquement, augmenter et qui approvisionnent les stocks certifiés.

 

On entend beaucoup plus parler de la Côte d’Ivoire que du Ghana dans le récent conflit autour du cacao entre les pays d’Afrique de l’Ouest et Hershey’s. Mais où en est le Ghana ?

La Côte d’Ivoire et le Ghana travaillent en étroite collaboration. Je pense qu'ils ont vendu des volumes similaires en pourcentage de leur total en termes de ventes à terme. Je les vois avoir encore un tiers ou un quart de leur production à vendre cette année. Je pense que les deux auront du mal à vendre cela parce que nous prévoyons une lente reprise de la demande avec des niveaux restant en dessous de 2018/19 alors que la production augmente.

Ils vont donc avoir du mal à vendre aux prix qu'ils veulent, surtout s'ils ont des prix locaux plus élevés pour le moment que l'année dernière et avec la prime LID également. Il peut être difficile pour eux de trouver des acheteurs aux prix qu'ils souhaitent.

Certains disent qu'il n'y a aucun sens à apporter des fèves de cacao fraîches à la bourse. Pourquoi en est-il ainsi ?

Parce que si vous apportez des fèves fraîches de cette récolte d'Afrique de l'Ouest, vous paierez la prime. Vous ferez peut-être une perte par rapport au prix du marché à terme. Je ne dis pas que des fèves fraîches n’arriveront pas à la bourse, mais il est très peu probable qu'elles proviendront du Ghana ou de Côte d'Ivoire. Nous voyons plutôt des fèves du Nigeria arriver à la Bourse.

Nous voyons les niveaux des stocks certifiés des marchés à terme continuer à baisser. À cette période de l’année, les stocks sont généralement bas, puis se reconstituent en janvier, la récolte principale continuant d’arriver. Mais il est possible que nous ne voyions pas cela cette année ou à un niveau réduit.

Nous pouvons donc voir plus de cacao du Nigéria, peut-être du Cameroun arriver dans les stocks des bourses ?

Oui, c’est très probable. Nous devrions voir les transformateurs et les traders de cacao conserver leurs propres stocks au lieu de les vendre à la bourse.

L’industrie dispose-t-elle de stocks importants ?

Nous les voyons décliner en ce moment et ils devraient augmenter un peu. L'industrie est probablement plus prudente et elle a probablement des stocks de travail plus élevés que ce dont elle aurait normalement besoin dans une période non-Covid.

Nous voyons aussi les stocks augmenter à l’origine au Ghana et en Côte d’Ivoire.

Au départ, il a été dit que le LID de $ 400 serait versé dans un fonds en Côte d’Ivoire et au Ghana afin que, lorsque les prix du cacao baissent, les producteurs puissent toujours être payés correctement. Est-ce exact ? Parce que tout le monde dit que ça va directement au producteur.

Je n'ai entendu personne dire cela. Conceptuellement, tout le monde convient que l'agriculteur devrait obtenir un prix plus élevé. Mais pour le moment, le mécanisme est très flou. Nous ne savons pas comment le paiement du LID va être utilisé dans la pratique car, à ma connaissance, le fonds n’a pas été utilisé pour quoi que ce soit. Peut-être que plus tard, l'année prochaine peut-être, il y aura plus de transparence et de développement à ce sujet, qui sait.

À cause du LID au Ghana et en Côte d’Ivoire, les prix ont-ils augmenté au Cameroun, au Nigéria et dans d’autres origines ?

Oui, cela a soutenu les prix des autres origines. La Côte d’Ivoire et le Ghana représentent environ 62% de la production mondiale de cacao - du moins, c’est ce que nous prévoyons pour cette campagne. Donc l'industrie devra acheter du cacao à ces deux pays à un moment donné.

Les autres pays exportateurs voient leurs prix augmenter mais pas de $ 400. Nous avons vu les différentiels pays diminuer en Côte d'Ivoire et au Ghana et augmenter dans d'autres origines mais pas de montants qui compensent complètement le paiement du LID. Il s’agit donc d’un basculement partiel. La Côte d’Ivoire et le Ghana ont négocié cette diminution du différentiel pays car les prix à terme ont considérablement augmenté ces dernières semaines. Ils pouvaient ajuster la prime parce que le prix à terme augmentait tellement que le prix total leur était favorable.

Pays: 
Secteurs: 

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +