15 janvier 2008 - 10:24 |

Le commerce Chine-Afrique en hausse de 30% en 2007

$ 58 milliards d’échanges en 10 mois

(15/01/08)
Hier, le Malawi a annoncé avoir rompu le 27 décembre dernier ses liens avec Taïwan en formalisant ceux avec Pékin. Cela faisait 41 ans que Lilongwe entretenait des relations privilégiées avec l’île, résistant au mouvement mondial d’allégeance à Pékin (initié en 1972 à la suite de la visite du président Nixon en Chine continentale) pour qui il n’existe qu’une seule et unique Chine. Le Malawi a, en effet, décidé de céder lorsque la Chine en fin d’année dernière lui a fait espérer une aide de $ 6 milliards. Taïwan ne pouvait pas surenchérir.
La Chine est aujourd’hui le troisième partenaire commercial du continent africain. Son dynamisme est spectaculaire, faisant frémir l’Europe.
Sur les 10 premiers mois de 2007, les échanges globaux sino-africains ont totalisé $ 58,72 milliards, une hausse spectaculaire de 30,3% par rapport aux dix premiers mois de 2006. Mais le déficit accusé par l’Afrique n’est pas négligeable, de l’ordre de $ 1,39 milliard : les exportations chinoises ont représenté $ 30,05 milliards tandis que ses importations d’Afrique ont totalisé $ 28,66 milliards. La croissance des exportations chinoises de l’ordre de 40,7% inquiète car face à elles, les importations n’ont augmenté « que » de 20,9%. La Chine en ait consciente et a pris plusieurs mesures comme le plafonnement de ses exportations textiles vers l’Afrique du Sud, le doublement à 440 du nombre de produits africains exempts de droits de douane à l’entrée en Chine ou encore le lancement d’un fonds de développement pour inciter les entreprises chinoises à investir en Afrique, rappelle Africa Investor.
Toutefois, l’Afrique demeure un partenaire mineur pour le géant asiatique, le continent ne représentant que 3% des exportations totales de la Chine vers le monde et 3,7% de ses importations.
L’année dernière, le président Hu s’est rendu en Afrique dès le mois de février, visitant 8 pays (Cameroun, Liberia, Soudan, Zambie, Namibie, Afrique du Sud, Mozambique et Seychelles) signant des accords représentant plusieurs millions de dollars et annulant des dettes. L’année a été jalonnée d’importants contrats dont un prêt de $ 5 milliards à la RD Congo pour ses infrastructures, et s’est terminée par le rachat par Industrial and Commercial Bank of China pour $ 5,6 milliards de 20% de la banque sud-africaine Standard Bank. C’est la plus importante opération de rachat à l’étranger jamais réalisée par une banque commerciale chinoise.

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +