15 mai 2019 - 07:35 |

L'envolée des ventes de cajou ouest-africaines vers l'Inde et le Vietnam

Le passage du cyclone Fani sur la côte Est de l’Inde (l'Etat d’Odisha principalement) début mai, avec des vents à plus de 200 km/h, balayant la ville de Puri et ses environs, a fait 64 morts et dévasté des zones entières. Plus d'un million d'habitants avait été évacué avant.

Les dégâts naturels ont été colossaux avec, entre autres, de très nombreux anacardiers qui ont été endommagés alors qu'on était en fin de récolte. "Dans cette région, une production normale atteint les 100 000 tonnes (t)", souligne le spécialiste n'kâlo dans sa dernière lettre hebdomadaire de marché du cajou.

"Cette situation a mis un peu la pression sur les transformateurs indiens qui pourraient perdre quelques dizaines de milliers de tonnes de production locale et les incite également à lancer de nouvelles commandes de noix brute ouest-africaine", précise-t-il. Pour l'instant, cela stabilise les prix sur les marchés mondiaux, mais on devrait enregistrer leur remontée prochainement. Toutefois, la hausse devrait être modérée car les stocks sont importants et la qualité pas toujours au rendez-vous.

Chute de 35% des achats indiens

Mais qu'en a-t-il été des échanges ces derniers mois ? Sur le premier trimestre, les importations indiennes de noix de cajou brutes, toutes destinations confondues, quasi totalement africaines, ont chuté de 35% à 68 007 tonnes (t) par rapport au premier trimestre 2018 (104 821 t) qui avait déjà enregistré une chute par rapport au début de l'année 2017 (157 500 t), selon les chiffres publiés par n'kâlo.

Mais tous les pays d'Afrique de l'Ouest, à l'exception de la Gambie et de la Guinée-Bissau, tirent bien leur épingle du jeu en enregistrant des hausses parfois très fortes de leurs exportations vers l'Inde alors que New Delhi importe nettement moins de cajou. Les deux premiers fournisseurs africains, le Ghana et la Côte d'Ivoire, connaissent une envolée de leurs ventes à destination de l'Inde : début 2019, ces deux pays comptent pour quasiment la moitié de l'approvisionnement indien contre 12% l'année précédente. Le Mozambique se redresse  par rapport au désastre enregistré début 2018, mais il est maintenant quasiment au coude à coude avec le Bénin. La Tanzanie sombre…

La grande stabilité vietnamienne

Quant au Vietnam, n'kâlo nous livre les chiffres sur les quatre premiers mois de l'année. Des volumes d'une grande stabilité sur les trois dernières années, en légère hausse sur début 2018, mais d'à peine 4%, à 274 608 t contre 264 847 t. Contrairement à l'Inde, c'est le Cambodge et non l'Afrique qui prédomine sur ce marché vietnamien, avec une montée en puissance de 88% pour atteindre 152 967 t , soit 55% de son approvisionnement total. On voit apparaître le Nigeria et le Ghana qui, à eux deux, concurrencent la Côte d'Ivoire.

Importations de noix de cajou brutes au Vietnam et en Inde

en tonnes
 

Inde

Vietnam

 Jan-mars 2018Jan-mars 2019Jan-avril 2018Jan-avr 2019
Côte d'Ivoire2 53415 13215 19334 602
Ghana10 00518 050010 379
Bénin714 717  
Nigeria3703 162020 830
Guinée4031 400  
Burkina Faso01 339  
Togo01 035  
Sénégal6374  
Gambie520  
Guinée-Bissau423253  
Mozambique1 6275 118  
Tanzanie86 320526  
Madagascar563425  
UAE07 412  
Singapour04 636  
Indonésie2 2723 9757 20115 119
Cambodge  81 570152 967
Hong Kong0693  
Autres1180160 88340 771
TOTAL104 82168 007264 847274 608
Source : N'Kâlo, Bulletin sur le marché de l'anacarde, 25 avril et 9 mai 2019
Pays: 

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +