15 juillet 2008 - 13:42 |

Situation contrastée sur le marché du thé en Afrique de l’Est

Mauvaise année pour le Kenya, gains au Rwanda et soutien au Burundi

(14/07/08) Si le Kenya reste de loin le premier producteur mondial de thé noir, les conditions climatiques cette année ont fortement réduite sa production. Sur les six premiers mois de l’année 2008, les ventes sur le marché aux enchères de Monbasa ont chuté de 21% par rapport à premier semestre 2007, totalisant 152,8 millions de kilo (Mk).
En 2007, elles s’étaient élevées à 193,6 Mk. Si les évènements politiques de décembre 2007 avaient quelque peu perturbé les ventes en janvier, les conditions climatiques expliquent la chute des ventes car la production est moindre. Pour l’ensemble de l’année 2008, la production est estimée à 335 Mk, contre 369 Mk réalisés en 2007.

En revanche, au Rwanda, la production progresse en volume. Sur le premier semestre 2008, la production de thé a progressé de 17% à 11 000 tonnes, contre 9 400 t en 2007. Parallèlement, des
prix plus rémunérateurs sur le marché au enchères ont permis au Rwanda de voir ses recettes d’exportation de grimper de 44% au premier semestre 2008. Les recettes se sont élevées à $ 26 millions, contre $ 18 millions (janvier-juin 2007).
Des prix soutenus en partie par la faiblesse de la production kenyane. Ils se sont élevés en moyenne à $ 2,2 le kilo contre $ 1,7 le kilo en 2007, selon le Rwanda Tea Authority. La production pour 2008 est attendue à 23 000 t dégageant des recettes de $ 42 millions.
Le Rwanda devrait d’ici à la fin de l’année relancer son programme de privatisation des plantations de thé, suspendu durant deux ans. Selon le directeur du Rwanda Tea Authority, Anthony Butera, les trois usines de Kitabi, Gishakura et Gisovu, seront cédées avant la fin 2008, les dossiers sont prêts et les négociations devraient démarrer d’ici à la fin du mois.

Au Burundi, le Tea Board (OTB) a annoncé début juillet une croissance de 18% du prix payé au producteur de thé pour limiter les effets de la hausse de l’inflation. Ainsi, le prix du kilo de feuilles vertes sera de $ 0,052 contre $ 0,044 auparavant. Selon la Banque centrale, le taux annuel de l’inflation au Burundi a atteint 26% en mai.
La production de thé devrait s’inscrire en hausse à 8 250 tonnes en 2008 (7 073 t en 2007) grâce à de bonnes pluies et la distribution d’engrais aux paysans. Les recettes d’exportations devraient aussi progresser à $ 13,5 millions contre $ 9,2 millions en 2007.

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +