16 janvier 2009 - 00:00 |

Le Rendez-Vous Matières du Jeudi

Situation constrastée


(15/01/009)

BOIS Le calme plat est toujours de mise sur le marché des bois tropicaux et les perspectives pour 2009 sont moroses. Une reprise n’est pas attendue avant la fin de l’année. La plupart des régions productrices ne reçoivent plus de nouvelles commandes tant de l’Europe, que des Etats-Unis, ou encore du Japon et même de la Chine. L’ITTO souligne que le marché britannique est particulièrement touché avec la faiblesse de la livre face à l’euro et au dollar, augmentant en valeur les importations. Mais globalement, le marché immobilier et de la construction est en berne dans plusieurs pays et la crise financière a sérieusement réduit les prêts immobiliers et rendu l’accès au financement problématique.
Le Gabon a décidé qu’à partir du 1er janvier 2009 que cinq espèces – l’AFO, Pandok, le Douka, le Moabi et l’Ozigo – seront mises en réserve et donc interdites d’abattage et donc non commercialisables pour une durée de 25 ans. Le communiqué du conseil des ministres précise que durant cette période des campagnes de reboisement de ces espèces seront entreprises.

CACAO Si les cours du cacao ont reculé les 14 et 15 janvier, ils demeurent soutenus. Les inquiétudes quant à l’impact de la crise économique sur la demande ont été atténuées par la publication des chiffres des broyages, meilleurs qu’attendus. Les nouvelles sont plutôt bonnes avec en Europe, une hausse de 1% au quatrième trimestre 2008 par rapport à la même période en 2007 à 349 351 t selon l’European Cocoa Association (ECA) et un progression de 1,85% au Etats-Unis à 92 088 t selon la National Confectioners Association. En revanche, plus spécifiquement en Allemagne, les broyages sont sur la même période en recul de 17,2% à 87 576 t, selon la BDSI.
Les cours sont toujours soutenus par les perspectives d’une offre moindre de la Côte d’Ivoire, estimée à 1 million de tonnes contre 1,3 Mt en 2007/08. Les arrivées dans les ports ivoiriens ont atteint 506 714 t au 31 décembre 2008, en retrait par rapport aux 763 816 t réalisées en 2007. Au Ghana, on observe également un ralentissement, les achats déclarés au Cocobod sont en recul de 14% sur les 16 premières semaines de la campagne 2008/09 à 405 000 t. Le nouveau directeur du Cocobod, Tony Folie, estime que le principal problème est la contrebande sur le long de la frontière avec la Côte d’ivoire, le cacao ghanéen étant prisé pour sa qualité. Le différentiel entre le cacao ghanéen de haute qualité et le cacao ivoirien se situe entre £ 203 et 250 sur le marché de Londres. A noter aussi les exportations d’Indonésie en 208 à 274 994 t sont en recul de 10% par rapport à 2007 (304 353 t), en raison d’une chute de la production.
Au Cameroun, les exportations de cacao entre août et décembre 2008 gagnent 18% par rapport à la même période en 2007 à 97 984 t.

CAFE Le marché s’est consolidé après la hausse enregistrée la semaine dernière. Les premières prévisions de la récolte 2009/10 au Brésil montrent une chute la production. Elle s’établirait entre 36,9 et 38,8 millions de sacs (de 60 kilos), selon Conab, contre 46 millions estimés pour cette campagne. Une chute qui provoquerait un déficit de l’offre mondiale d’environ 5 millions selon l’International Coffee Organisation (ICO). Par ailleurs, le directeur de l’ICO, Nestor Osorio, estime que la demande ne devrait pas être affectée par la crise mondiale même s’il précise qu’il est encore trop tôt pour en mesurer les effets sur la consommation. La semaine dernière, F.O. Licht prévoyait que l’offre deviendrait tendue en 2009/10 car les prix offerts n’étaient pas assez incitatifs pour que les producteurs accroissent leur production.
Après une pause d’un mois, les prix du café au Kenya sont plus soutenus avec une offre de meilleure qualité. Le prix moyen pour tous les grades se situe à $173,16 le sac de 50 kilos contre $ 168,25 lors de la précédente vente le 16 décembre 2008. Selon le Nairobi Coffee Exchange (NCE), les ventes aux enchères au Kenya ont chuté de 26% en 2007/08 (septembre-octobre) à 39,5 millions de kilos contre 53,4 millions en 2006/07 en raison de mauvaises conditions climatiques et la prévalence de maladie de l’anthracnose des baies (Coffee Berry Disease). En valeur, la chute est faible à $139,87 millions contre $ 143 millions car les prix ont été en moyenne de $177,23 par sac de 60 kilos ($133,98 en 2006/07).
En Tanzanie, les cours ont chuté avec une offre d’une qualité moindre. Le grade AA se situait dans la fourchette $125 et $71 le 50 de 50 kilos, contre $133-$93 lors de la précédente vente aux enchères.
En Ouganda, les exportations de café en 2008 ont augmenté de 23% en volume à 3,3 millions de sacs de 650 kilos et de 49% en valeur à $ 398 millions, selon l’Uganda Coffee Development Authority (UCDA). «La hausse progressive des quantités de Robusta est attribuable au développement de la production consécutive à la campagne sur la production de café et des nouvelles plantations» affirme l’UCDA dans son rapport.
L’Angola compte relancer sa production de café. Le patron de l’Institut angolais du Café L’Angola, Joao Neto, a annoncé le 13 janvier que serait investi $ 150 millions au cours des quatre prochaines années. On note déjà une évolution positive avec une production de 12 000 t en 2008 et qui devrait atteindre 17 000 t cette année. L’objectif est fixé à 50 000 t à l’horizon 2013.

COTON Les superficies mondiales consacrées au coton devraient fortement chuter en 2009. Selon Sharon Johnson, expert coton au First Capitol Groupe à Atlanta, les superficies sont projetées à 30,4 millions d’hectares, en baisse de 800 000 par rapport à 2008. Si l’on se base sur les rendements records réalisés en 2007, la production mondiale pourrait atteindre 110 millions de balles en 2009. Sharon Johnson estime que le marché devrait se reprendre progressivement d’ici à la fin 2009. «La consommation va reprendre, la seule question est quand, mais 2009/2010 sera bien meilleur» affirme-t-elle. A ses yeux la décision de Cargill de prendre livraison d’un montant estimé de 9 000 contrats de coton est une bonne indication d’une reprise de la demande et du marché.
A New York, les cours ont clôturé en baisse le 14 janvier à 46 cents la livre pour le contrat mars. La demande reprend légèrement, notamment en provenance d’Asie.

THE Le prix du thé s’est apprécié cette semaine sur le marché aux enchères de Mombassa au Kenya que de Chittagong au Bangladesh car la demande est soutenue, en provenance du Pakistan, de l’Afghanistan , du Yemen, du Kzaakhstan et du Soudan pour le Kenya et des Etats indépendants du Commonwealth pour le Bangladesh.

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +