16 mars 2012 - 00:00 |

La Chronique Matières du Jeudi

Cacao, coton, café, caoutchouc en baisse

(16/03/2012)

CACAO Après l’avancée de la semaine dernière, les cours du cacao se consolident. Mercredi,, ils clôturaient en baisse perdant $25 à New York à $ 2314 la tonne et de $31 à Londres à £ 1 506 la tonne. La vigueur du dollar a pesé sur le marché. En une semaine, les prix sur le marché physique ont perdu environ € 100 la tonne pour toutes les origines.
Les prix sont également en baisse en Côte d’Ivoire, avec la récolte principale qui s’achève peu d’acheteurs se sont portés acquéreurs de fève petites et de mauvaise qualité. Les prix perdant entre FCFA 50 et 100 le kilo pour se situer entre FCFA 450 et 600. Les récentes pluies peuvent laisser espérer que les premières fèves de la récolte intermédiaire arrivent fin avril. Une récolte intermédiaire qui, selon les exportateurs, devrait se situer en dessous de la moyenne de ces 5 dernières années à environ 323 000 tonnes.
En revanche au Ghana, le Cocobod estime que la production en 2011/12 pourrait atteindre à nouveau le record de la campagne 2010/11 à environ 1 million de tonnes. Pour la récolte principale, le Cococob vise désormais 870 000 tonnes, contre une prévision de 770 000 tonnes.
En Indonésie, les fortes pluies qui se sont abattues sur le premier trimestre conduiront à une chute de 60 de la production de cacao à environ 40 000 tonnes par rapport à 2011 (100 000 tonnes) avec cependant sur la totalité de 2012, une hausse anticipée de près de 10 à 475 000 tonnes contre 435 000 tonnes en 2011.

CAFE Peu de changement cette semaine sur le marché du café, si ce n’est que l’Arabica a atteint lundi un plus bas de 17 mois avec l’anticipation d’une récolte record au Brésil en 2012/13, estimée entre 52 et 55 millions de sacs. Une importante récolte au Brésil devrait maintenir les prix entre $1,80 et $2 la livre dans les six prochains mois estime le torréfacteur italien Illycaffe. L’activité est faible en Arabica souligne un courtier tandis que se maintient un intérêt en Robusta pour le rapproché. Le différentiel entre l’Arabica et le Robusta se réduit régulièrement, aujourd’hui à 92 cents. Il note que les signes s’accumulent tendant vers une baisse de la consommation.
Au Burundi, l’Autorité de régulation de la filière café (ARFIC) table sur un doublement de la production de café en 2012/13 à 29 000 tonnes.
Le Rwanda anticipe aussi une hausse de 50% de sa production de café en 2012 avec des exportations qui pourraient s’élever à 24 000 tonnes. En 2011, les recettes du café ont progressé à $75 millions contre $56 millions en 2010. Si en 2011, le prix moyen du café à l’exportation était de $5,60 le kilo, selon Agricultural Export Development Board (NAEB), les prix, avec la baisse du marché international, devraient être moins élevés en 2012. Actuellement, ils sont en moyenne à $ 4,10 le kilo. Le pays a baissé le prix au producteur à 170 francs rwandais contre 200 francs rwandais en 2011.
Le Kenyaa suspendu pour deux semaines, jusqu’au 27 mars, ses ventes aux enchères de café en raison d’un différend sur la vente illégale de grains.
Les exportations de café d’Ouganda devraient chuter à 200 000 sacs de 60 kilos en mars 2012 contre 223 099 sacs en mars 2011, selon l’Uganda Coffee Development Authority (UCDA).

CAOUTCHOUC Le récent rally qui a touché le caoutchouc s’essouffle mais les pertes sont limitées par la fermeté des prix du pétrole et la diminution de l’offre sur le marché physique. Le contrat d’août a perdu 4,1 yens jeudi clôturant à 33,1 yens ($3,98) le kilo. Le marché est peu actif. Selon un sondage Reuters, les cours devraient se situer à 335 yens le kilo à la fin du premier trimestre. L’offre de Thaïlande devrait chuter de plus de 50% par rapport au niveau habituel de 250 000 tonnes par mois avec l’arrêt de la production de latex durant la saison sèche, selon le centre thaïlandais Hai Yai. La saignée des arbres devrait reprendre à la mi-avril.
La demande mondiale de caoutchouc, naturel et synthétique, est projetée à 26,8 millions de tonnes en 2012 par l’International Rubber Study Group (IRSG) le 13 mars. En dépit d’une révision à la baisse par rapport à sa précédente estimation, la demande demeure au-dessus du niveau de 2011 à 25,7 Mt. La demande de caoutchouc naturel est estimée à 11,3 Mt en hausse de 3% par rapport à 2011.

COTON Le marché du coton a été cette semaine sur la défensive et orienté à la baisse. Jeudi, ils clôturaient à 87,34 cents la livre pour le contrat de juillet. Le tollé qu’a suscité la décision le 5 mars de l’Inde d’interdire toute exportation de coton avec effet immédiat a obliger le gouvernement a revenir partiellement sur sa décision le 11 mars en autorisant que les contrats passés avant le 5 mars soient honorés. L’incertitude demeure tout de même jusqu’à la prochaine réunion intergouvernementale de haut niveau qui devrait se tenir sous une dizaine de jours.
Le département américain de l’Agriculture (USDA) a une nouvelle fois revu à la hausse les stocks mondiaux en fin de campagne à 62,32 millions de balles. La reprise de la demande mondiale est toujours très incertaine, même si les exportations américaines ont été soutenues cette semaine, les acheteurs profitant de la faiblesse des cours et de l’incertitude sur les exportations indiennes pour se tourner vers d’autres sources d’approvisionnement.
La Chine a importé 616 000 tonnes de coton en février, en hausse de 234% par rapport à février 2011 et 89% par rapport à janvier 2012.

HUILE DE PALME L’amélioration des exportations malaisiennes, signe d’une meilleure perspective de la demande, associée à des données économiques meilleures aux Etats-Unis ont propulsé les cours de l’huile de palme à un plus haut de 9 mois. Ils ont clôturé jeudi à 3 403 ringgits ($1 114) la tonne sur la Bursa Malaysia Derivatves Exchange. Sur les 15 premiers jours de mars, les exportations de Malaisie ont progressé de 37% à 697 804 tonnes selon Interlek Testing Services et de 42% à 701 536 tonnes selon SGS. De plus, le pétrole est au-dessus de $125 et l’huile de soja grimpe avec le resserrement de l’offre suite à la sécheresse en Amérique latine, autant de soutien pour le marché. .

RIZ Les prix du riz cette semaine en Asie sont en hausse avec un regain de demande en provenance du Nigeria et de a Chine. Le Thaï 100% a gagné $20 la tonne à $560 et le riz étuvé $62 la tonne à $612 portés par la demande du Nigeria. Face à la congestion des ports indiens, les acheteurs nigérians semblent s’être tournés vers la Thaïlande concluant des contrats pour environ 100 000 tonnes de riz étuvé. Cependant, le marasme domine toujours en Thaïlande avec des exportations qui ont chuté à 1,07 million de tonnes depuis le début de l’année, soit environ 50% de moins qu’en 2011 sur la même période (2,15 Mt). La Thaïlande pourrait perdre en 2012 son rang de premier exportateur mondial au profit du Vietnam.
Au Vietnam, les prix ont aussi progressé cette semaine, le 5% de brisures gagnant 3% à $425-430 la tonne et le 25% de brisures de 1,3% à $380-400 a tonne, avec la fermeté de la demande chinoise. Le Vietnam devrait aussi gagner le futur appel d’offres des Philippines pour 190 000 tonnes, dont le lancement est prévu pour le 19 mars. Sur les deux premiers mois de l’année, les exportations vietnamiennes de riz ont chuté de 43% par rapport à 2011 à 627 000 tonnes et le ministère de l’Agriculture table sur une baisse de 7% pour l’ensemble de 2012 à 6,6 Mt.

THÉ Le prix moyen sur les ventes aux enchères de thé de Mombassa au Kenya sont stables pour la deuxième semaine consécutive avec un prix moyen à $3,63 le kilo.. Même tendance pour les volumes échangés avec 123 079 lots (7,94 millions de sacs). Les Best BP1 se sont vendus à $3,,66- 3,05 contre $ 3,,59-3,13 et les Best Pekoe Fanning Ones à $3,46-3,16 contre $ 3,446-3,15. Le Pakistan est très présent sur le marché avec une demande élevée.
En revanche, au Bangladesh, les cours sont en retrait pour la deuxième semaine consécutive avec une moyenne de 103,41 takas ($1,25) le kilo contre 142,40 takas lors des précédentes ventes. Près de 40% des volume offerts (environ 1 million de kilos) n’ont pas trouvé acheteurs. Globalement sur la campagne qui s’achève, les prix moyens sur thé ont été supérieurs à 130 takas contre 104 takas la campagne précédente. Les premières enchères pour la nouvelle campagne devraient se dérouler le dernier mardi d’avril. Rappelons qu’en janvier, les autorités ont imposé une taxe de 25% sur les importations de thé afin de sauvegarder l’industrie locale.
L’arrivée de thé de moindre qualité, habituelle à cette époque de l’année, ont provoqué une chute des cours du thé en Inde entre 2 et 7% selon les grades, le Crush-tear-curl (CTC) perdant 7% à 88,48 roupies le kilo. En raison de la baisse de l’offre, la Calcutta Tea Traders’Association a décidé d’interrompre les enchères jusqu’au 27 mars.

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +