16 juin 2016 - 11:00 |

Chercheurs et agriculteurs main dans la main pour améliorer les rendements du manioc au Nigeria

Bien que le Nigeria est un leader mondial dans la production de manioc, le rendement moyen dans les champs des agriculteurs est d'environ 14 tonnes par hectare, ce qui représente la moitié de ceux obtenus dans  les stations de recherche. L'un des facteurs limitant à une productivité accrue est le contrôle des mauvaises herbes.

Ainsi, le comité directeur de l’ International Institute of Tropical Agriculture-managed Cassava Weed Management Project (IITA-CWMP) a approuvé la création de 58 essais dans différentes fermes à travers le Nigeria avec l’objectif d’atteindre  au moins 11 000  agriculteurs. Lors de ces essais au champ, les agriculteurs disposeront d’un éventail de solutions pour contrôler les mauvaises herbes, ce qui leurs permettra de choisir les méthodes les plus adaptées aux sols et à leurs besoins.

Les essais impliqueront des agriculteurs de Benue, Abia, Oyo et Ogun sur les différents aspects de la lutte contre les mauvaises herbes, y compris l'utilisation de sarcleuses mécaniques motorisés, de pratiques agronomiques prometteuses,  des variétés améliorées,  des cultures intercalaires manioc / maïs, des engrais, de pratiques de travail du sol et l'utilisation d'herbicides respectueux de l'environnement. Chaque essai au champ portera sur 1,5 hectare et sera  d'acres et sera managé par un chercheur.

Les essais seront l’occasion pour les chercheurs et les agriculteurs de travailler ensemble, souligne le chef du projet IITA-CWMP Alfred Dixon précisant que «Notre approche de recherche est inclusive et les agriculteurs sont des acteurs importants dans cette équation ».

Ces essais dans les champs permettront également de valider les résultats obtenus ces deux dernières années dans les stations de recherche. 

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +