16 juillet 2019 - 18:19 |

Sucre : l’Inde fera la sourde oreille aux plaintes adressées à l’OMC sur ses subventions

L'Inde conservera ses subventions à l'exportation de sucre malgré les plaintes adressées à l'Organisation mondiale du commerce (OMC) par des producteurs rivaux - le Brésil et l'Australie- mais elle modifiera la manière dont elle les octroie, ont révélé quatre sources directement impliquées dans le conflit à Reuters.

Les subventions à l’exportation visent à accroître les exportations du deuxième producteur mondial de sucre afin de réduire ses stocks mais pourraient exercer une pression sur les prix mondiaux qui n’ont enregistré qu’un gain de 2,1% cette année après une chute de plus de 20% en 2018.

«L’industrie a besoin du soutien du gouvernement pour ses exportations. Il sera fourni sans violer le cadre de l'OMC », a déclaré un haut responsable gouvernemental impliqué dans l'élaboration des politiques. «Nous devrons peut-être apporter des changements à la manière dont nous fournissons des incitations». 

Des années de récoltes exceptionnelles de canne à sucre et de production de sucre record ont pesé sur les prix du sucre indien rmettant en difficultés les usines pour s'asquitter des sommes dues aux agriculteurs, qui forment un bloc électoral influent.

Pour réduire sa dette et réduire ses stocks, New Delhi a annoncé en septembre qu'elle inciterait l’industrie sucrière à vendre du sucre à l'étranger. Elle s’est fixée un objectif d'exportation de 5 millions de tonnes (Mt) pour la campagne 2018/2019 se terminant le 30 septembre. Les exportations de l’Inde ont atteint 3,3 Mt, contre 620 000 tonnes un an auparavant. Une hausse qui a incité les concurrents à engager une plainte à l'OMC, alléguant que les incitations étaient contraires aux règles commerciales. Le gouvernement brésilien a déclaré jeudi avoir demandé à l'OMC de constituer un groupe spécial chargé de régler son différend au sujet des subventions indiennes au sucre. L'Australie et le Guatemala ont également déposé des plaintes jeudi.

L'Inde accorde à l’industrie sucrière des subventions au transport allant de 1 000 roupies ($14,59) la tonne jusqu'à 3 000 roupies la tonne, en fonction de la distance qui les sépare des ports. Le gouvernement a également augmenté le montant qu'il verse directement aux producteurs de canne à sucre pour le porter à 138 roupies la tonne, contre 55 roupies il y a un an.

Si l’Inde ne veut pas remettre en cause sa politique de subvention, elle pourrait la modifier lors de la prochaine de commercialisation à compter du 1er octobre sans enfreindre les règles de l’OMC ont indiqué des représentants de l’industrie et du gouvernement indiens sans donner plus de précisions.

L’industrie sucrière sollicite le gouvernement pour faciliter l’exportation de 7 à 8 Mt de sucre au cours de la prochaine campagne (2019/20) contre 5 Mt cette année, a déclaré Abinash Verma, directeur général de l'Indian Sugar Mills Association (ISMA). Si la production de sucre lors de la prochaine campagne est attendue en baisse de 18% par rapport à 2018/19 en raison des conditions météorologiques, l’Inde débutera la campagne avec des stocks estimés à plus de 14,7 Mt.

Secteurs: 

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +