17 janvier 2011 - 00:00 |

Expansion de la production de caoutchouc de la SIPH en 2011

L’activité n’est pas impactée par la situation en Côte d’Ivoire


(18/01/2011) La demande de caoutchouc devrait rester forte en 2011, alimentée par la consommation des pays émergents et de l’Europe, selon la Société internationale de plantation d’Hévéas (SIPH) , qui prévoit d’augmenter sa production à partir de 2013.
Le groupe SIPH, détenu à 20% par le manufacturier de pneumatiques Michelin, surveille de près l’évolution de la crise en Côte d’Ivoire, même si l’activité du groupe dans ce pays est normale, a déclaré le 17 janvier à Reuters le directeur général adjoint du groupe, Olivier de Saint-Seine. ”Nous sommes très vigilants et nous savons nous adapter”, a déclaré Olivier de Saint-Seine. ”Pour l’instant, nos opérations dans ce pays se déroulent normalement.” SIPH, qui produit du caoutchouc naturel à partir du latex des hévéas, possède des plantations et des usines au Nigeria, au Ghana, au Liberia et en Côte d’Ivoire. Le groupe fournit notamment le groupe Michelin, le japonais Bridgestone ou encore l’allemand Continental.
En 2010, le titre SIPH, qui fait partie de l’indice parisien Mid & Small 190 a gagné près de 81%, porté par une forte hausse des cours du caoutchouc. Depuis le 1er janvier 2011, il progressait de près de 31%. ”Nous ne nous attendons pas à une augmentation très forte de la production mondiale (en 2011). La demande est soutenue dans l’ensemble du monde, principalement dans les pays émergents comme la Chine ou l’Inde mais aussi en Europe et aux Etats-Unis”, a précisé Olivier de Saint-Seine.
En 2010, SIPH a produit environ 13 .000 tonnes de caoutchouc, un chiffre modeste comparé aux 10 millions de tonnes produites annuellement chaque année dans le monde, selon les estimations.Ce niveau de production devrait être stable cette année, avant d’augmenter progressivement à partir de 2013, le groupe espérant que ses nouvelles plantations commenceront à produire du latex, explique le directeur général adjoint. Il a enfin ajouté que le groupe travaillerait tout particulièrement à renforcer sa présence en Afrique de l’Ouest et étudierait de potentielles acquisitions si des opportunités venaient à se présenter où qu’elles soient. “Nous ne nous interdisons pas de regarder vers l’Asie”, a-t-il précisé.

Filières: 

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +