17 janvier 2022 - 16:22 |

Chamboulement sur le marché mondial du riz : un tiers des exportations d'Inde bloqué

En Inde, près d’un tiers des exportations de riz prévues ce mois-ci est bloqué par manque de disponibilités de train de fret. La plupart des traders ont donc arrêté de signer des contrats d’exportations sur le mois de février pour éviter des frais de surestarie, le terme maritime pour retard.

Ces volumes portent sur plus de 500 000 tonnes (t) de riz non-basmati qui doivent être transportées par trains notamment de l’Etat producteur de Chhattisgarh vers les ports de l’Est du pays, ont expliqué à Reuters des traders. Ceci fait partie du million et demi de tonnes de riz que l’Inde avait prévu d’exporter ce mois-ci.

« Les cargaisons ne peuvent pas bouger des centres de production vers les ports en raison du faible nombre de train de fret », a confirmé Nitin Gupta, vice-président du géant du négoce Olam. « Comme il n’y a pas de visibilité sur la disponibilité des trains, personne ne propose de nouvelles cargaisons. »

« Pour les expéditions à court terme, les acheteurs asiatiques et africains se sont tournés pour le moment vers la Thaïlande, Myanmar et le Pakistan. Les exportations indiennes pourraient chuter ce premier trimestre à mars », indique un négociant. Ceci fait donc l’affaire des rivaux de l’Inde dont le Vietnam sur cette filière.

Rappelons que l’Inde est le plus grand exportateur mondial de riz. En 2021, le géant asiatique a représenté quasiment la moitié des expéditions mondiales de riz, ses volumes faisant un bond de 45% par rapport à 2020 pour atteindre un record de 21,4 millions de tonnes (Mt). Ceci a représenté plus que les ventes cumulées des trois autres plus grands exportateurs que sont la Thaïlande, Myanmar et le Cambodge, selon les données statistiques provisoires du gouvernement indien. Ci-après des graphiques créés par Reuters sur la base des chiffres du Département américain de l’Agriculture (USDA) et qui remontent à septembre dernier mais illustrent bien la montée phénoménale de l’Inde et son omniprésence sur le marché.

Que se passe-t-il actuellement ? Les autorités ferroviaires auraient détourné des wagons destinés à expédier du riz vers le transport d’engrais et pour acheminer du charbon aux centrales thermiques cet hiver. Ces retards sont d’autant plus mal venus que les exportateurs font déjà face à un prix du fret maritime qui a flambé pour atteindre jusqu’à $ 30 000 par jour, selon Reuters, et certains exportateurs doivent payer jusqu’à $ 500 000 en frais de surestarie, ce qui annule toute leur marge, indique Himanshu Agarwal, directeur exécutif de Satyam Balajee, le plus important exportateur de riz en Inde.

De ce fait, les traders ont révisé à la hausse leur prix du riz à l’export qui atteint maintenant $ 380 la tonne, son prix le plus élevé depuis 6 mois mais qui demeure compétitif face à ses concurrents dont les prix grimpent aussi : la tonne de 5% brisures de Thaïlande était la semaine dernière à $ 404-405, son niveau de prix le plus haut depuis juillet 2021 ; le 5% Vietnam est à $ 395-405 (lire notre dernière Chronique Matières premières de vendredi ).

Auparavant, dans des situations similaires, le négoce indien se tournait vers le transport par camion pour acheminer le riz. Mais, le prix du carburant a flambé aussi !

Selon le dernier rapport céréales du Département américain de l’Agriculture (USDA) paru ces derniers jours, la Côte d’Ivoire augmenterait considérablement ses importations de riz cette campagne, à l'instar du Mali qui verrait ses achats à l'international grimper de 80% en 2021/22, à 550 000 t (lire nos nformations de vendredi : Rebond de 80% des importations de riz au Mali en 2021/22).

Afrique de l'Ouest : importations de riz (en milliers de tonnes)

 2017/182018/192019/202020/212021/22 (est dec)2021/22 (est janv
       
Côte d'Ivoire1 5001 3501 1001 4501 3001 450
Ghana830900850950950950
Guinée865530670850750750
Nigeria2101 8001 8001 9002 0002 000
Sénégal1 1001 0001 0501 1501 1001 100
       
Monde48 29743 92545 22950 55848 80449 464
Source : USDA
Pays: 
Matières premières: 
Non
Énergies renouvelables: 
Non

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +