17 juillet 2008 - 00:00 |

La Chronique Matières du Jeudi

La grève des camionneurs à Abidjan n’a pas affecté la filière cacao

(17/07/08)

Bois. La situation est plutôt morose sur le marché des bois tropicaux africains, la demande étant on ne peut plus léthargique. En 15 jours, les prix des grumes de moabi, d’okan, de sapelli, de sipo et de tali ont baissé, tandis que les sciages de sipo, de padouk, de sapelli et de moabi enregistraient la même tendance, selon l’Organisation internationale des bois tropicaux (OIBT).
La demande tant européenne qu’asiatique est faible et face à cela les producteurs en Afrique centrale et de l’ouest réduisent leurs productions encore plus fortement que ce qu’ils avaient envisagé au préalable. Des commandes pour du bois fraîchement coupé se font jour mais c’est pour des essences bien précises et uniquement de qualités supérieures. Pourtant, les prix même pour ces qualités, baissent.
Même la demande pour des grumes d’okoumé est faible et les prix s’en ressentent d’autant plus que des stocks anciens restent à écouler. Les acheteurs retardent les expéditions, causant un encombrement des aires d’entreposage et des scieries.
Il se pourrait, estiment les analystes, que cette morosité persiste jusqu’à la fin de l’année car la demande européenne dans le secteur de la construction, principal débouché, ne devrait aps reprendre de sitôt.
Au Ghana, les exportations de bois en grumes et en sciages ont baissé de 0,5% en volume au premier trimestre 2008 et de 4,3% en volume par rapport à la même période en 2007. En revanche, les exportations de contreplaqués ont fait un bond de 18,1%, soit un volume total sur ce premier trimestre de 36 870 m3, représentant une valeur de 10,80 millions d’euros.
Mas ce qui laisse surtout à réfléchir sont les chiffres d’Afrique du Nord et du Proche Orient. En effet, l’OIBT fait état d’exportations brésiliennes à destination d’Afrique du Nord et de Proche-Orient qui ont progressé de 59,5% entre 2006 et 2007 ! Il s’agit de contreplaqués, de sciages, de portes, encadrements, panneaux à particules ou encore de panneaux de fibres de densité moyenne. Ces marchés d’Afrique du Nord et du Proche-Orient, pour le Brésil, représentaient, en valeur, $ 37,8 millions en 2006. Ils ont fait un bond prodigieux, à $ 60,3 millions l’année suivante. On peut s’interroger sur les parts de marché que l’Afrique pourrait avoir si elle se positionnait sur ces marchés visiblement dynamiques.

Cacao. Le Ghana a démarré très doucement, le 27 juin, sa campagne intermédiaire de cacao : les volumes sont en baisse de 10% par rapport à l’année précédente à pareille époque : moins de 5 000 t ont été achetées la première semaine de cette petite campagne. Toutefois, les industriels ont estimé que cette campagne intermédiaire serait très belle, le double de celle l’année dernière, à près de 50 000 t.
Le Cameroun, quant à lui, annonce une légère hausse, de l’ordre de 4,6%, de ses exportations de fèves sur la période août 2007 à juin 2008, qui passent de 151 868 t à 158 815 t. En juin, le pays a exporté 2 620 t contre 1 200 t en mai. Les producteurs sont plutôt satisfaits avec des prix bord champ qui n’avaient pas été si hauts depuis 7 ans, à FCFA 1000 le kilo de fèves. Toutefois, les mauvaises conditions de transports créent des goulots d’étranglement pour acheminer le produit de la plantation au port de Douala, selon Gerard Ngubi, sous-directeur des statistiques au Comité National Café Cacao.
Quant à la Côte d’Ivoire, ses exportations atteignent 1 266 000 t sur la période courant du 1er octobre au 13 juillet, contre 1 154 395 t sur la même période la campagne dernière. A noter que la filière cacao n’a pas été affectée par la grève des camionneurs à Abidjan cette semaine d’autant plus que la campagne tire à sa fin et que l’activité est de toute façon réduite.
Les cours mondiaux demeurent élevés, la tonne sur septembre à New York ayant gagné sur la seule journée de lundi 14 juillet $ 8, à $ 2 920.

Café. Par « sympathie » avec le pétrole, les cours du café Arabica coté à New York et du Robusta à Londres ont glissé mardi 15 juillet et ce d’autant plus qu’il ne semble y avoir aucun risque de gelée au Brésil dans l’immédiat. « Rien de très neuf sauf la disparition des offres cafe Ouest Afrique pour la fin de l’année », résume un trader.
Côté producteurs, le Kenya devrait enregistrer une hausse de 38% de sa production en 2008 /09 (octobre à septembre), à 57 830 t contre 41 861 t cette campagne qui s’achève. Une maladie affectant la cerise avait causé une forte baisse de la production l’année dernière tandis que, en revanche, cette année, des pluies inhabituelles ont permis une floraison extraordinaire en janvier-mars. En outre, le cycle biannuel naturel au caféier veut que cette année soit la bonne, sans toutefois minimiser l’impact positif de pratiques culturales qui s’améliorent.
Au niveau mondial, le spécialiste F.O. Licht estime que la campagne caféière mondiale 2008/09 serait bonne, en hausse de 19 millions de sacs de 60 kilos (Ms), pouvant ainsi atteindre 139,7 Ms. De ce total, le Brésil produirait 50,6 Ms et le Vietnam 21,5 Ms.

Caoutchouc. C’est la pratique du yo-yo. Le 15 juillet, les cours du caoutchouc ont perdu 1% de leur valeur sur le marché de Tokyo, comme la veille, alors que le 11 juillet, ils avaient grimpé de 3%. Et ainsi de suite. Rappelons que le 9 juillet, il avait touché son plus bas en quatre semaines, à 332,7 yens. Une nervosité que le recul du dollar entretient. Toutefois, les cours demeurent à des niveaux très élevés et devraient se maintenir ainsi car les fondamentaux sont haussiers : rappelons que les stocks sont actuellement en baisse de 39,7% sur les 15 179 t enregistrées en début d’année.

Riz. Retournement de situation. Le riz Thai 100% B, le riz de référence sur le marché mondial, a encore augmenté pour atteindre un prix médian de $ 730 la tonne cette semaine contre $ 725 en moyenne la semaine dernière. Il s’agit de la deuxième semaine consécutive de hausse depuis des semaines de baisse après que le record de $ 1 080 la tonne ait été atteint en avril.

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +