17 octobre 2016 - 13:45 |

Les agropoles au coeur du 2è Programme d'investissement agricole de Côte d'Ivoire

Le Programme national d’investissement agricole de deuxième génération (PNIA2) de la Côte d'Ivoire a été lancé jeudi à Abidjan par le Premier ministre Daniel Kablan Duncan en présence du Ministre de l’Agriculture et du développement rural Mamadou Sangafowa Coulibaly.

Tirant le bilan de la première phase du PNIA, il a été noté un relèvement notable des productions agricoles avec notamment 17 millions de tonnes (Mt) de produits vivriers en 2015 contre 11,8 Mt en 2012 et plus de 5,9 Mt de cultures de rentes contre 4,9 Mt en 2012. "En 2012, les revenus distribués aux producteurs s’élevaient à FCFA 3,368 milliards (€ 5,1 millions, Ndlr.). Ces revenus sont passés à FCFA 5,652 milliards (€ 8,6 millions, Ndlr.) en 2015", s’est réjoui Daniel Kablan Duncan

Le PNIA1, financé à hauteur de FCFA 2002,818 milliards (€ 3 milliards), a permis entre autres une production de cacao de 1 746 204 t avec un prix record de FCFA 1100 le kilo, une production d’anacarde de 702 501 t, la création de 1 272 722 emplois directs en milieu rural au 31 décembre 2015, selon les autorités. L'occasion de rappeler que la Côte d’Ivoire est premier producteur mondial de cacao, de noix de cajou et de cola.

L'agropole au cœur du PNIA2

Pour le ministre Coulibaly, "tous les objectifs du PNIA ont été atteints", mais il faut maintenant passer à la phase de la transformation structurelle de l’agriculture ivoirienne. Pour ce faire, le PNIA 2, qui couvre la période 2017-2021, mise notamment sur les agropoles qui intègrent les questions de production agricole aux autres services sociaux de base (eau, électricité, santé et éducation), aux services TIC,  à la finance de proximité, à la mécanisation agricole, la formation professionnelle, la commercialisation et la valorisation des produits agricoles sur place.

Les sous-programmes, les projets spécifiques et les actions prioritaires du Programme seront disponibles en mars 2017, après analyse des forces et faiblesses du PNIA 1, souligne le communiqué.

Filières: 
Secteurs: 

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +