17 octobre 2017 - 16:00 |

La filière cacao gronde en Côte d'Ivoire tandis que le Ghana démarre sa campagne

Le Syndicat national agricole pour le progrès en Côte d’Ivoire ne contient pas sa colère depuis la fixation à FCFA 700 le kilo le prix garanti au planteur au démarrage de la campagne 2017/18, le 1er octobre dernier. Réuni samedi en conclave à Divo, l'organisation a décidé  de lancer hier, lundi, un ultimatum d’une semaine au Conseil du café-cacao (CCC) pour ouvrir les discussions sur les nombreux problèmes liés à la filière cacao en ce début de campagne 2017/18.

Le président du syndicat, Koné Moussa, a expliqué hier à l’AIP que son mouvement se réserve le droit de mener toutes sortes de manifestations revendicatives si aucune suite n’est donnée à la demande d’audience.

"Les autres pays producteurs d’Afrique sont en avance sur la Côte d’Ivoire sur la question du prix. On se demande bien sur quel marché la Côte d’Ivoire va négocier pour ne proposer que FCFA 700 le kilogramme bord champ", a déclaré Koné Moussa.

Au 15 octobre et depuis le début de la campagne, soit le 1er octobre en Côte d'Ivoire, les arrivages ont totalisé 65 000 t contre 98 000 t sur la même période la campagne dernière, estiment les exportateurs.

Côté Ghana, la campagne 2016/17 s'est achevée jeudi sur un total d'achats de 970 000 tonnes (t), a annoncé le Cocobod, en nette hausse par rapport aux 778 000 t la campagne précédente. La campagne 2017/18 a donc démarré vendredi 13 octobre chez le n°2 mondial, avec un prix garanti au producteur inchangé, à 7,6 cedis le kilo, soit FCFA 965,63. Un différentiel de FCFA 265,63 au cours d'aujourd'hui.

Pays: 
Secteurs: 

Newsletters

Inscrivez vous à notre Newsletters

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +