17 novembre 2009 - 22:58 |

Les émissions mondiales de CO2 devraient baisser de 2,8% en 2009

Les Africains se seraient mis d’accord sur la compensation pour l’impact du changement climatique


(17/11/09) Les émissions mondiales de dioxyde de carbone devraient diminuer de 2,8% cette année sous l’effet de la crise financière, selon le rapport annuel de Global Carbon Project, un document de référence en la matière.
Le texte, publié à trois semaines de la conférence des Nations unies sur le climat à Copenhague, montre que les émissions continuent d’augmenter dans les pays en développement, dont les industries répondent à la demande des pays riches.
Ainsi, en 2005 près d’un tiers des émissions chinoises de GES étaient directement liées à la production de biens destinés à l’exportation, souligne le document co-rédigé par 31 personnes et publié dans la revue Nature Geoscience.
Dans le sillage de la Chine, premier pollueur au monde, les pays en développement sont désormais responsables de 55% des émissions de CO2 imputables à l’activité humaine, a déclaré Pep Canadell, directeur exécutif du Global Carbon Project.
Cette organisation fonde son étude sur le travail et les données des agences gouvernementales et d’organismes de recherche dans le monde entier.
Après huit années de hausse moyenne de 3,5% par an, de 2000 à 2007, les émissions de CO2 dues à la consommation d’énergies fossiles ont augmenté de façon moindre en 2008 (2%) et devraient baisser de 2,8% cette année, détaille le rapport.
Ces chiffres correspondent à peu près à ceux de l’Agence internationale de l’énergie, qui a tablé en septembre sur une baisse de 2,6% cette année.
”En 2009, il est probable que la crise financière provoque une chute des émissions mondiales de deux ou trois pour cent”, a dit Michael Raupach, co-auteur du rapport et coprésident de l’organisation.
Cette baisse risque cependant de n’être que temporaire, compte tenu des liens étroits entre la pollution et l’activité économique.
”Si le redressement (de l’économie) est conforme aux prévisions actuelles, l’effet de la crise reviendra à l’arrêt total de la consommation d’énergies fossiles pendant une période de six semaines seulement”, a expliqué Raupach à la presse.
Pour les auteurs du rapport, il faudrait réduire les émissions de CO2 de 1,1 tonne par an par habitant de la planète d’ici 2050 pour éviter les effets les plus néfastes du changement climatique. Elles sont actuellement de 5 tonnes par an par personne.

Accord des pays africains
Les pays d’Afrique se sont mis d’accord, le 17 novembre, sur le montant de l’aide qu’ils réclameront aux pays riches pour compenser l’impact du changement climatique.
Cette facture, dont le total est gardé secret, sera présentée lors de la conférence internationale sur le climat le mois prochain à Copenhague.
”Nous avons fixé une somme-plancher en dessous de laquelle nous ne descendrons pas, mais je ne peux pas vous dire de combien elle est”, a dit le Premier ministre éthiopien Meles Zenawi, qui représentera 52 Etats africains dans la capitale danoise.
”Il y a de nombreux calculs, y compris l’objectif de 100 milliards de dollars par an qui a été fixé par certains experts. Nous serons très souples”, a-t-il ajouté au terme d’une réunion de la commission de l’Union africaine consacrée à la préparation de Copenhague.
Les pays pauvres attendent des nations les plus industrialisées, qui ont historiquement contribué le plus à l’accumulation de gaz à effet de serre dans l’atmosphère, qu’elles les aident financièrement à s’adapter aux conséquences attendues du changement climatique.
Ils veulent aussi que les pays riches s’engagent à réduire d’ici 2020 leurs émissions de 40% par rapport aux niveaux atteints en 1990, un objectif que certaines capitales occidentales jugent irréaliste.
D’après le Forum humanitaire global, l’organisation basée à Genève que préside Kofi Annan, les pays pauvres supportent plus de 90% du fardeau humain et économique du changement climatique. Dans le même temps, les 50 pays les plus pauvres de la planète représentent moins de 1% des émissions mondiales de dioxyde de carbone.

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +