18 février 2008 - 11:44 |

Le rendez-vous Matière du jeudi

(15/02/08)

BOIS Les prix du bois ouest africains sont demeurer stables sur les derniers mois note selon le Tropical Timber Market. La Chine et l’Inde demeurent les principaux acheteurs. Et les craintes d’un ralentissement économique aux Etats-Unis et en Europe n’a que peu d’effets sur le commerce du bois. La tendance à la stabilité des prix devrait se poursuivre. La mise en place d’un système des quotas au Gabon serait effective. A noter que si la Guinée Equatoriale a récemment annoncé l’interdiction des exportations de grumes, cette interdiction ne serait que partiellement respectée.

CACAO Les fonds ont toujours été très actifs sur le marché du cacao cette semaine. Le 13 février sur le marché de New York, le contrat échéance mai a gagné $33 à $2 450 la tonne, le niveau le plus élevé à la clôture pour une deuxième échéance depuis juin 1984 ! Même tendance sur le marché de Londres où le contrat échéance mai a gagné £ 11 à £ 1 294 la tonne, un plus haut depuis avril 2003.
Au Ghana, les achats de cacao déclarés par les acheteurs privés au Cocobod ont totalisé 501 000 tonnes entre le 14 octobre et le 24 janvier.

CAFE Cette semaine, le marché de l’Arabica est toujours tendu sur le terme malgré de bonnes ventes du Brésil. Le Robusta est également ferme avec un marché physique très calme. Aux Etats-Unis, plusieurs marques de café, Maxell House, Yuban, Chock full o’Nuts et autres marques populaires ont révisé le 12 février à la hausse les prix du café aux consommateurs.
Dans la perspective de son entrée à l’OMC, la Russie diminuera graduellement les tarifs de ses importations de café. Andrei Kushnirenko, directeur adjoint au ministère de l’Economie dans le département des négociations commerciales a déclaré que les tarifs d’importation du café instantané, qui est le plus consommé en Russie, seront diminué de 8%,dans une limite de 0,44 euro par kilo, une année après l’adhésion de son pays à l’organisation mondiale. Deux années après ils devraient subir une nouvelle baisse de 7,5% dans la limite de 0,34 euros le kilo.

COTON Le coton a enregistré une forte baisse en début de semaine essentiellement en raison de la faiblesse voire de l’inexistante de la demande sur le marché physique même si la filature est dans l’ensemble assez peu couverte. Le marché du coton a donc du corriger le grand mouvement de hausse qu’il avait connu en décembre et en janvier lorsque l’échéance mars était montée jusqu’à 72-73 cents pour redescendre en trouvant un bon support celui de 67 cents. On a eu ensuite un marché très stagnant entre 67 et 69 cents. Trois éléments ont concouru à la forte baisse du marché enregistré le 11 février selon Jérôme Jourquin de Sucden : le rapport du National Cotton Council of America (NCC), sorti après la clôture de New York le 8 février, avec des intentions de surfaces emblavées aux Etats-Unis à 9,5 millions d’acres ce qui était plutôt le haut du range ; le rapport USDA qui montre une baisse de la consommation en Chine et des importations chinoises et une baisse des exportations américaines Mardi, mercredi ont été des petites séances de consolidation autour 60 cents la livre sur l’échéance mars. «_ Ces deux dernières semaines, on a eu aussi un marché très dominé par des spread et des roulements de position de l’échéance mars sur l’échéance mai, notamment par les fonds qui eux étant longs ont vendu mars mais ont conservé des positions longues en les initiant sur l’échéance mai », précise t’il. Et puis, le 14 février le marché progresse fortement avec le retour, surprise, de la Chine aux achats pour des quantités importantes.
L’évolution des prochains jours ? « _On est toujours sur le même range 67-70 cent sur mars où le coton a l’air plutôt content si je puis dire, en tout cas à New York. A priori on devrait rester là. On est même un peu à 67 cents au regard des fondamentaux. L’idée c’est qu’à 65 cent on voit revenir la demande, mais le marché n’arrive pas à descendre à ce niveau là car il est boosté par les grains, par les fonds et puis aujourd’hui par la présence de la Chine aux achats, que l’on attendait absolument pas
 ».

RIZ Le Vietnam a suspendu les autorisations d’exporter du riz ce mois-ci. La Vietnam Food Association a indiqué le 13 février qu’il était aujourd’hui impossible d’approuver des contrats d’embarquement de riz blanc pour le mois de février car la récolte vient juste de commencer et les prix du riz paddy domestiques demeurent très élevés.

Mots-clés: 
Pays: 
Filières: 

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +