18 mai 2015 - 00:00 |
à Conakry

Les ambitions agricoles de la Guinée réaffirmées alors que s'ébranle la Caravane

En Guinée, une "caravane agricole" a été lancée samedi 16 mai  à Foulayah,  dans la région de Kindia en parallèle avec la 3ème édition de la Journée nationale du paysan.

Cette caravane est l’aboutissement d'un protocole d’accord signé entre la Guinée et le Maroc en mars 2014 avec pour objectif la sensibilisation des paysans aux bonnes pratiques agricoles et l’analyse, grâce à un laboratoire mobile, de la fertilité de 100 00 ha, a indiqué l’ambassadeur du Maroc en Guinée, Madjid Halim.  Il s'agit de la première caravane importante réalisée par le Maroc à l’extérieur du royaume. "Kindia sera le départ de cette caravane qui est équipé d’un laboratoire mobile qui sillonnera tout le pays",  a précisé la ministre de l’Agriculture, Jacqueline  Sultan.

Le président guinéen, Alpha Condé, a entendu faire de cette Journée du paysan et du lancement de cette caravane le symbole de la relance de l’agro-industrie, de la riziculture et des culture maraîchères.  Avec 80%  de sa population  qui vit de l’agriculture, 6 200 000 ha de terres arables et une pluviométrie de 1 200 à 4 000 mm par an, le pays a toutes les potentialités pour être une puissance agricole, selon le chef de l’Etat.  De nombreuses usines agro-alimentaires fermées depuis l’indépendance doivent être réouvertes, l'autosuffisance rizicole doit être atteinte d'ici 2017,  la sécurité alimentaire à l'horizon 2020 et une puissance agricole émergente d'ici 2025.

"Nous allons avoir des rizeries avant  la fin de l’année. A l'aéroport, nous installons des capacités frigorifiques pour qu’on puisse exporter la mangue. Le parfum en France était fait  à travers l’essence de fleur de Labé, nous allons relancer l’usine et celle du thé de Macenta, comme nous l’avons fait avec l’usine d’arachide de Dabola. Nous allons développer des petites unités de transformation des mangues et ananas en jus, mais aussi faire une usine d’alimentation de bétail  pour  éviter la divagation", a promit  le président Condé.

Il envisage également la reprise de l’usine de jus de fruits de Salguidia (Société arabo-libyenne pour le développement  industriel et agricole) à capitaux libyens et porter rapidement sa production à 40 000 tonnes (t) afin d'être compétitive dans la sous-région.

Mais relancer l'agriculture implique aussi alléger la bureaucratie et que le ministère de l’Agriculture ait un accès plus direct aux fonds des bailleurs multilatéraux et bilatéraux. Un décret devrait être pris en ce sens, a indiqué le Président : "On va faire en sorte que le budget soit directement affecté aux  cadres du ministère de l’agriculture."

S’adressant aux acteurs agricoles des différentes régions du pays,  Alpha Condé  a fait le bilan des matériels, produits et services fournis au monde agricole entre 2011 et 2015.  Ainsi,  73 385 t d'engrais, plus de 2 millions de  litres de produits phytosanitaires, 548 813 matériels de traitements et de fumigation ont été distribués pour lutter contre la mouche des fruits  et  autres fléaux qui entravent  la production.  Les acteurs du monde paysan ont  aussi bénéficié  de 100 moissonneuses batteuses,  de 975 batteuses motorisées,  198 tracteurs mais aussi de 8 000 t de semences de  riz, 2 000 000 de boutures de manioc et 750 kg de semences maraichères.  

Le  laboratoire d’analyse des sols devrait ensuite être intégré à l’Institut de recherche agronomique de  Foulayah.

Rappelons qu'au Maroc, l'Office chérifien des phosphates (OCP) avait lancé en 2014 une "caravane OCP" qui avait sillonnée la région de Tétouan pendant deux mois, de septembre à novembre. Cette tournée avait permis l’encadrement de plus de 3 300 agriculteurs en matière d’utilisation "responsable" des engrais dans l’optique d’"augmenter le rendement des terres et de bonifier leur fertilité", avait alors expliqué le groupe, notamment pour les cultures de céréales et  de légumineuses, avait rapporté lavieeco.com.

Pays: 
Secteurs: 

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +