18 juin 2019 - 17:49 |

Inde et Etats-Unis sur la sellette à l’OMC pour leurs aides agricoles

Au moment où l’Inde impose des droits de douanes majorés sur 28 produits américains -effectifs depuis le 16 juin et portant notamment sur les amandes, noix , lentilles et pommes - les aides importantes aux exploitations agricoles accordées par l’Inde et les Etats-Unis soulèvent de nombreuses questions qui seront abordées lors du prochaine réunion du Comité de l’Agriculture de l’Organisation mondiale du Commerce (OMC), les 25 et 26 juin prochains.

Le président américain Donald Trump et le Premier ministre indien Narendra Modi ont tous deux fait de l'augmentation des revenus agricoles une priorité. Donald Trump tente de compenser les dommages intérieurs causés par une guerre tarifaire avec la Chine tandis que Narendra Modi est confronté à un ralentissement de l'économie de l'Inde, dominée par l'agriculture souligne Reuters.

En effet, dans le document de l’OMC ressemblant les questions reçues dans la perspective de la réunion du Comité de l’Agriculture plusieurs portent sur ces deux pays et vont d’un simple éclaircissement à des allégations.

Ainsi, l'Union européenne a demandé à l'Inde d'expliquer comment le 1er ministre Modi a proposé de consacrer 25 000 milliards de roupies (€321 milliards) pour l’agriculture et le développement rural, doublant les revenus des agriculteurs d'ici 2022 dans le cadre d’un plan de 100 000 milliards de roupies en faveur des infrastructures sur cinq ans. Quant aux Etats-Unis, ils s’interrogent sur la subvention de 5% accordée par l’Inde pour l'exportation du riz non basmati et sur les achats croissants par l’Etat de blé dans un contexte de hausse des  prix  et de récoltes record, ce qui devrait constituer un stock de blé record.

Les États-Unis et l'Australie souhaitent également des détails sur la nouvelle "aide au transport et à la commercialisation" de l'Inde dans le secteur de l'agriculture, qui, selon l'Australie, constitue une subvention à l'exportation qui devrait être supprimée progressivement.

Les États-Unis ont été interrogés par l'Australie, le Canada, la Chine, l'Union européenne, l'Inde, la Nouvelle-Zélande et l'Ukraine au sujet du " "market facilitation package" " de $16 milliards de Donald Trump (voir : Donald Trump débloque $16 milliards supplémentaires pour l’agriculture américaine), le deuxième paiement en vertu d'un programme qui avait été décrit comme unique. La Chine a déclaré que le paquet semblait susceptible de contrevenir au plafond "spécifique par produit" de 5% de la valeur de la production. L’Union européenne s’est également interrogée sur les $19 milliards approuvés par le Congrès ce mois-ci pour catastrophe naturelle, affirmant que le ministère américain de l’Agriculture augmenterait «le facteur de paiement empêchant la plantation de l’assurance-récolte à 90% au lieu de 55% pour le maïs et de 60% pour le soja».

L’Inde a critiqué le Farm Bill des États-Unis de 2018, affirmant qu’elle profitait non seulement aux agriculteurs, mais également à leurs cousins, nièces et neveux, leurs enfants et leurs conjoints pouvant prétendre à $125 000.

Entre autres questions, le Canada et l'Australie ont posé des questions sur l'impact du Brexit, et les États-Unis se sont inquiétés des subventions du Pakistan sur le blé créant "d'énormes excédents" et ont indiqué que la Chine semblait exporter du riz de sa réserve d’Etat à un prix inférieur au coût.

Secteurs: 

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +