18 octobre 2012 - 00:00 |

La Chronique Matières du Jeudi

L’abondance de l’offre en Arabica, coton, huile de palme, sucre

(18/10/2012)

La croissance de l’économie chinoise a ralenti pour le septième trimestre consécutif entre juillet et septembre, passant sous l’objectif annuel du gouvernement pour la première fois depuis début 2009. La croissance du produit intérieur brut (PIB) est tombée à 7,4% en rythme annuel au troisième trimestre, selon les chiffres publiés jeudi par le Bureau national des statistiques, après 7,6% au deuxième trimestre 2012. Ce taux de croissance est le plus bas enregistré en Chine depuis le premier trimestre 2009. Mais au vu des autres statistiques macroéconomiques publiées jeudi, la production industrielle (+9,2%), les ventes au détail (+14,2%) et les investissements (+20,5% sur 9 mois), les analystes estiment que l’économie chinoise pourrait prochainement rebondir. Cet optimisme semble partagé par le Bureau des statistiques. Tout en constatant que la stabilisation de l’économie est encore fragile, il a estimé que la Chine pouvait encore atteindre son objectif de croissance annuelle de 7,5% (révisé d’un objectif établi précédemment à 8%) et était même “en bonne position pour le dépasser”. Sur les neufs premiers mois de l’année, le PIB chinois ressort en hausse de 7,7%. Reste qu’en 2011, la Chine avait affiché une croissance de 9,2%, après trois décennies autour de 10%. Couplé avec les bonnes statistiques publiée mercredi du secteur immobilier aux Etats-Unis, indiquant une reprise du secteur depuis la crise des subprimes, avec une hausse de 15% de l’indicateur de la construction, ces nouvelles ont favorisé un rebond des marchés.

CACAO Le marché du cacao était sous évalué, les prochaines récoltes ne s’annoncent pas très bonnes et un déficit est en perspective, souligne un coutier, qui estime que les cours devraient remonter à £ 1 650 la tonne. Le marché a déjà commencé à se redresser après une chute de plus de $300 par rapport au pic enregistré au début de Septembre. Jeudi, les cours clôturaient à $ 2498 la tonne à New York et à £ 1 569 à Londres.
Sans surprise, la consommation européenne (UE et Suisse) de cacao a chuté au troisième trimestre. Selon les chiffres publiés le 16 octobre par l’European Cocoa Association (ECA), les broyages ont reculé de 16,2% par rapport à la même période l’année dernière, à 316 676 tonnes, le chiffre le plus bas depuis 2005. Il s’agit du deuxième trimestre consécutif de baisse. Les analystes de marché et le négoce s’attendaient à un tel chiffre, les estimations oscillant entre -15 à -20%. Et aucune amélioration de la demande ne serait en vue dans un proche avenir; certains industriels ont même réduit le temps de travail dans leurs usines.
En Asie, les broyages sont stables par rapport au 3ème trimestre 2011 à 143 659 tonnes, selon la Cocoa Association of Asia.

CAFÉ Le prix de l’Arabica est tombé à un plus bas de sic semaines jeudi, le marché ayant du mal à absorber les approvisionnements abondants. « Il est admis que l’Arabica va baisser, quant au Robusta, l’écart de prix avec l’Arabica et une demande permanente, active depuis un an, laisse envisager une hausse des prix » souligne un courtier qui ajoute toutefois que le marché de Londres a du mal à traiter durablement au-dessus de $ 2 100 la tonne.

CAOUTCHOUC «Le système des quotas d’exportation a un effet presque nul sur le marché, car il y a encore suffisamment de caoutchouc pour garder le marché sous pression », estime un courtier basé à Singapour. Ajoutant -”les grands consommateurs ne sont pas pressés, leur consommation est en baisse. La Chine a été l’achat, mais cela ne semble pas faire une brèche dans le marché du caoutchouc thaïlandais, qui est long.”_ Depuis l’entrée en vigueur en octobre du plan de réduction des exportations de 300 000 tonnes par la Thaïlande (150 000 tonnes), la Malaisie (40 000 à 50 000 t) et l’Indonésie (100 000 t), les prix tant sur la bourse de Tokyo que sur le marché physique sont en recul. Le contrat le plus échangé à Tokyo, celui de mars 2013, a touché lundi un plus bas depuis le 28 septembre à 256 yens le kilo. Sur le marché physique, la baisse des prix est aussi effective, ce qui a suscité des achats pour des embarquements rapprochés de la part des fabricants de pneumatiques et des pays comme la Chine et l’Inde.
Les données préliminaires ont montré que le premier consommateur, la Chine, a importé 210 000 tonnes de caoutchouc naturel en Septembre, en baisse de 12,5% comparativement au même mois l’an dernier. Cependant, de janvier à septembre, les importations ont augmenté de 9,6 % à 1,58 million de tonnes.

COTON Les cours du coton ont fortement rebondi cette semaine. Ils ont progressé à leur limite autorisée,+3%, clôturant mercredi à 77,86 cents la livre pour le contrat de décembre, un plus haut de 5 mois. Sur les deux dernières sessions, le coton a gagné 5,52 cents avec un très fort volume d’échanges. La fibre a été dopée par des inquiétudes sur la qualité, la récolte du sud-est des Etats-Unis présentant des niveaux élevés de micronaire. Les stocks certifiés ICE ont atteint leur plus bas niveau depuis une décennie à 7 639 balles. Toutefois, les fondamentaux n’ont pas changé avec un niveau record des stocks. La semaine dernière le département américain de l’Agriculture (USDA) dans son rapport sur l’offre et la demande mondiale de coton faisant état d’un niveau record des stocks à 79,1 millions de balles à la fin de la campagne 2012/13, dont 37 millions de balles estimées en Chine, contre 48,63 millions de balles en 2010/11 et 69,56 millions en 2011/12. A près de 80 millions de balles, les stocks représentent plus de 4 fois la récolte américaine ! La remontée ne pourrait être que de courte durée.

HUILE DE PALME L’importance des stocks de la Malaisie pèse toujours sur les cours de l’huile de palme. Toutefois les deux dernières sessions montrent une légère reprise sur fond d’inquiétudes avec les inondations qui touchent les principales régions productrice. En outre, l’approche de la fête musulmane, Aïd El Adha, fin octobre apporte un support au marché.
Oil World estime qu’avec la baisse des exportations mondiales d’huile de tournesol, de colza et de soja, estimée à 1,1 million de tonne, la dépendance envers l’huile de palme ira croissante et provoquera une hausse de ses exportations en 2012/13. D’avril à septembre, les exportations d’huile de palme ont décliné provoquant la constitution de stocks à des niveaux historiques. L’huile de palme sur le marché européen des oléagineux a perdu 20% de sa valeur depuis le début de l’année, principalement en raison de la faible croissance économique, des stocks records en Malaisie, et une bonne production à la fois en l’Indonésie et en Malaisie qui, ensemble, comptent pour 90% de l’offre mondiale. Le différentiel de prix entre l’huile de palme et l’huile de soja s’est élargi à $334 en octobre contre $ 145 en Janvier. Même tendance avec l’huile de colza, de $144 en janvier à $ 371 en octobre. “Les réductions actuelles et inhabituelles des prix de l’huile de palme par rapport aux autres huiles végétales vont stimuler un déplacement de la demande en faveur de l’huile de palme.” indique Oil World ajoutant ”Toutefois, les conditions hivernales approchant dans les zones de consommation de l’hémisphère nord sont en partie considérée comme un facteur limitant pour l’huile de palme.”

RIZ Sur fond de rumeurs faisant état d’achats de l’Indonésie, jusqu’à 300 000 tonnes, les prix du riz au Vietnam se sont appréciés cette semaine, le Viet 5% brisure passant à $455 la tonne contre $445-452 la semaine dernière et le Viet 25% à $425 contre $410-420. Toutefois la hausse a été limitée par l’abondance de l’offre au Vietnam, mais aussi en Thaïlande et en Inde. En Thaïlande, les prix sont demeurés stables et relativement fermes, le renouvellement du plan d’intervention début octobre contribuant à maintenir les prix à $ 565 la tonne pour le Thaï 100% B. Toutefois, le gouvernement a cette semaine ralenti ses achats étant à court d’espaces de stockage.

SUCRE L’appréciation du sucre observée fin septembre début octobre, qui a porté les cours jusqu’à 21,74 cents la livre, semble n’avoir été qu’un rebond dans un mouvement vers le bas. Hier, le sucre a clôturé à 20,5 cents la livre pour le sucre roux à New York et $558 la tonne pour le sucre blanc à Londres. Depuis le début de l’année, les cours ont perdu environ 15%. Un deuxième excédent consécutif pèse sur les cours. L’International Sugar Organisation (ISO) anticipe un excédent mondial de 5,9 millions de tonnes (Mt) contre 5,2 Mt estimé pour 2011/12. L’analyste Czarmikow l’estime à 7,1 Mt, et pense que les prix du sucre doivent encore baisser pour inciter le plus grand producteur mondial de canne à sucre, le Brésil, a produire plus d’éthanol, ce qui pourrait aider à créer un plancher pour les prix. Toutefois estime Stefan Uhlenbrock de FAO Licht la production mondiale de sucre aura du mal à suivre le rythme de la consommation au cours de la prochaine décennie à moins que les rendements augmentent et que plus de superficies soient allouées au sucre au Brésil. FO Licht anticipe une hausse constante de 2% par an de la consommation mondiale pour atteindre environ 200 millions de tonnes en 2021/22.
A noter que l’Inde, deuxième producteur mondial, a décidé qu’elle autoriserait des exportations de sucre, selon le ministre de l’Alimentation, K.V. Thomas. Une décision qui reflète la confiance dans l’approvisionnement domestique chez le premier consommateur mondial. Pour la troisième campagne consécutive, l’Inde devrait dégager un excédent en 2012/13 avec une production estimée entre 23 et 23,5 millions de tonnes (contre 26 Mt en 2011/12) pour une consommation intérieure de 22 Mt. En outre, le pays dispose de stocks de la campagne 2011/12 d’un montant de 6 Mt.

THÉ Le prix moyen des ventes aux enchères de Mombassa au Kenya a baissé pour la deuxième semaine consécutive, à $ 4,16 le kilo contre $ 4,17 la semaine dernière. Les Best Broken Pekoe Ones se sont vendus $ à le kilo contre $4-$4,34 la semaine dernière. Les Best Pekoe Fanning Ones ont trouvé vendeurs à $3,84-4,32 contre $ 3,78-4,18. 
Au total, 118 635 paquets ont été offerts à la vente mais 13,37% n’ont pas trouvé preneur contre 1123 928 paquets offerts la semaine dernière et 20,1% restant non vendus.

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +