18 novembre 2016 - 01:00 |
à Abidjan

Adama Coulibaly : le Sietta de plus en plus reconnu par les équipementiers mondiaux d'anacarde

Interrogé par CommodAfrica, Adama Coulibaly, directeur général du Conseil du coton et de l'anacarde (CCA) de Côte d'Ivoire, ne cachait pas sa satisfaction à l'ouverture hier de la deuxième édition du Salon international des équipements et technologies de transformation de l'anacarde (Sietta) au Palais de la Culture de Treichville, à Abidjan.

"On commence à être connu", explique-t-il à CommodAfrica. Des 11 équipementiers présents avec des machines en 2014, on est passé à 29 cette année. Des équipementiers venus des pays les plus importants au monde en terme de transformation de la noix de cajou comme l'Inde, le Vietnam, la Chine.

p1110556.jpgCar ces acteurs majeurs ont, semble-t-il, pris le pouls de la volonté du premier producteur mondial, avec 702 510 tonnes (t) de noix en 2015, dépassant ainsi l'Inde, d'accroître la transformation locale qui, actuellement, est d'environ 5%. Cette volonté de transformer localement la noix brute - et ainsi de capter la maximum de valeur ajoutée, est d'autant plus importante qu'on semble avoir atteint actuellement un prix plafond pour la noix de cajou dans les pays consommateurs, estime Rita Weldinger, directrice exécutive de ComCashew, cette initiative de la GIZ, la coopération allemande, pour promouvoir la filière en Afrique de l'Ouest.

Chèques aux transformateurs et Plate-forme internationale

Lors de la cérémonie d'ouverture, deux temps forts ont voulu illustrer cette volonté politique. Tout d'abord, la remise symbolique des premiers chèques aux transformateurs, un chèque de FCFA 400 pour chaque kilo d'amande produit dans des usines en Côte d'Ivoire. "Cela va créer un déclic", estime Adama Coulibaly.

Un "déclic" d'autant plus souhaitable, souligne le patron du CCA, que les usines d'anacarde sont habituellement situées dans les zones de production.  Des zones géographiques "où aucune autre industrie ne prospère".

p1110500.jpgDeuxième temps fort, la signature du mémorandum pour la création de la Plate-forme des pays producteurs d'anacarde. Il s'agit de promouvoir une concertation et une coopération internationale et, en tout premier lieu, entre pays africains qui représentent plus de 60% de la production mondiale et près de la totalité de l'offre internationale de noix brutes.

 

Le dynamisme ivoirien en marche

Le Sietta qui est l'occasion aussi de faire le point sur l'évolution d'une filière qualifiée par Adama Couliblay comme étant " jeune et peu connue". Mais dynamique.

Les chiffres sont là. Depuis 2009, la production a augmenté en moyenne de 13% par an, partant de 350 000 t en 2009. Le rendement en amandes (kernel outturn ratio), selon le CCA, est passé de 46 à 48 entre 2014 et 2015, le taux d'humidité, quant à lui perdant un point en deux ans, de 9% en 2013 à 8% en 2014 et 2015.

Si les prix officiels bord champ sont passés de FCFA 200 le kilo en 2013 à FCFA 350 en 2016 (+75%), les prix moyens sont, quant à eux, passés de FCFA 175 en 2013 au prix record de FCFA 500 le kilo en 2016.

Quid de la transformation ? Rappelons qu'environ 95% de la production ivoirienne de noix de cajou est exportée brute, 96% allant en Inde et au Vietnam, selon les chiffres 2015 du CCA. La capacité de transformation en Côte d'Ivoire est de 90 900 t, soit environ 13% de la production nationale, mais en réalité, seulement 41 012 t ont été transformées en 2015, soit 5,84% de la production.

p1110533.jpgCeci dit, des projets sont en cours. Pour la période 2016-2018, 5 nouveaux projets d'une capacité de 123 500 t ont obtenu l'agrément et 13 autres projets, d'une capacité de 183 000 t sont en phase d'étude, avec une installation prévue en 2017, toujours selon le CCA. La capacité de transformation passerait alors à près de 397 400 t, soit 57% de la production nationale.

Mais encore faut-il, confiait un opérateur industriel déjà installé, Afrique Agri, que les usines locales parviennent à se procurer suffisamment de matières premières, l'attrait d'exporter les noix brutes étant grand.

 

 

 

Pays: 
Secteurs: 

Newsletters

Inscrivez vous à notre Newsletters

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +