18 novembre 2020 - 17:02 |

Le Burkina Faso peut exporter ses produits en Chine sans droits de douanes

Le Burkina Faso et la Chine ont décidé de dynamiser leur coopération commerciale avec le lancement lundi, à Ouagadougou- du mécanisme des certificats d’origine fournis par l’Empire du Milieu au Pays des hommes intègres. En d’autres termes, l’accord concerne l’entrée des produits burkinabè sur le marché chinois sans droits de douane, souligne le communiqué du ministère du Commerce, de l’industrie et de l’artisanat.

Plus précisément, les certificats d’origine attestent que les produits arrivés en Chine sont originaires du Burkina Faso. Cette certification permettra à 97 % des produits d’exportation burkinabè d’être exonérés de droits de douanes en Chine et conduira à dynamiser la coopération commerciale entre les deux pays. Il est à noter que l’ambassadeur de la République populaire de Chine au Burkina Faso, Li Jian, affirme que cet accord ne concerne pas seulement les matières premières mais aussi les produits transformés.

Les exportations du Burkina en Chine augmentent chaque année. Elles sont passées de FCFA 5 milliards en 2017 à FCFA 7 milliards en 2018 pour atteindre FCFA 8 milliards en 2019. Mais ce chiffre est à comparer aux exportations chinoises au Burkina Faso qui s’élèvent à FCFA 290 milliards en 2019.

Selon le rapport 2019 sur l’état du secteur privé au Burkina Faso publié en décembre 2019, on trouve le classement des exportations du pays, toutes destinations confondues. En première place figure l’or puis le coton dont la transformation (filature, biens d’ennoblissement textile, articles textiles non vestimentaires, articles d’habillement) est en augmentation. La troisième place est attribuée aux fruits et aux noix de cajou ; le zinc occupe la quatrième place des exportations, suivi du sésame en cinquième position.

Les destinations des produits burkinabè sont d’abord l’Europe qui achète près d’un tiers de ses produits, l’Asie se classe en deuxième position et les pays africains en troisième. La Suisse est le premier partenaire à l’exportation du pays (53,2 % des recettes d’exportations du pays en 2018), suivi de l’Inde, de Singapour, de la Côte d’Ivoire et de la France en cinquième position. Une nouvelle opportunité se dessine donc pour le Burkina Faso alors que l’économie du pays est durement touchée par la pandémie mondiale. Jusqu’à aujourd’hui, le marché chinois est la troisième destination des produits burkinabè sur le continent asiatique.

Cet accord sino-burkinabé est une nouvelle étape dans leurs relations qui ont repris le 24 mai 2018, lorsque le Burkina Faso a rompu avec Taïwan. Comment peut-on comprendre cet accord ? Une volonté du gouvernement chinois de consolider sa bonne forme industrielle suite à l’annonce d’une augmentation de 6,9 % de sa production industrielle en octobre par rapport à l’année précédente ? Une stratégie dans sa volonté de développer sa coopération agricole Chine-Afrique (Lire : La Chine lance une base de coopération agricole avec l'Afrique dont un Centre du cacao) ? Un souhait de renouer avec les importations de coton (Lire : Les importations de coton en Chine ont chuté de 26% en 2019/20) ? ou tout simplement assurer sa sécurité alimentaire (Lire : La Chine au cœur du commerce mondial des produits agricoles) ? Quoi qu’il en soit, il sera très intéressant de surveiller de très près les conséquences de cette coopération.

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +