19 janvier 2022 - 12:07 |

La Côte d'Ivoire maintient sa prévision de baisse de 10% de sa production de cacao

Le patron du Conseil du café cacao (CCC) en Côte d’Ivoire persiste et signe ! Malgré la progression des arrivages de fèves aux ports d’Abidjan et de San Pedro ces trois dernières semaines, Yves Brahima Kone maintient ses prévisions d’une baisse d’environ 10% de la production ivoirienne de cacao sur la campagne 2021/22 en cours.

Il estime à 1,55 million de sacs de 60 kg (Ms) la récolte durant la campagne principale qui court d’octobre à mars contre 1,75 Ms en 2020/21. Un chiffre qu’ont également donné cinq compteurs de cabosses interrogés par Reuters. Un de ces derniers a précisé que la récolte intermédiaire, d’avril à septembre, devrait être excellente, de l’ordre de 600 000 t, ce qui donnerait un total sur la campagne entière de 2,15 Mt contre 2,34 Mt la précédente.

Rappelons que la politique de la Côte d’Ivoire repose sur la volonté de contenir sa production à 2 millions de tonnes afin de maintenir les cours mondiaux (lire nos informations : Le bras de fer Côte d'Ivoire/Ghana vs. les multinationales sur le prix du cacao s'accélère). Une prévision de baisse de 10% serait donc plutôt une bonne nouvelle, sans oublier l’impact haussier sur les cours mondiaux que de telles prévisions réaffirmées ont.

Mais regardons les prévisions plus en détail. Avant et durant les fêtes, la récolte s’est accélérée car les planteurs avaient besoin d’argent. « Il y a encore des grains à sécher mais près ça, on n’aura pas grand-chose à récolter », a expliqué un producteur à Reuters. La décélération devrait s’accentuer de février à avril, estiment encore les compteurs de cabosses interrogés, puis la production devrait bien reprendre en mai et juin pour ensuite, naturellement décliner en queue de campagne.

Rappelons que les arrivages aux ports ivoiriens ont totalisé 1,178 Mt du 1er octobre au 16 janvier, en baisse de seulement 4% par rapport à la même période l’année dernière. Cette baisse de 4% uniquement s’expliquerait par le fait que fin décembre 2020, le torchon brulait entre le CCC et les acheteurs, ce qui a impacté les exportations (cf. nos informations sur les mois de décembre et janvier).

Mots-clés: 
Secteurs: 
Matières premières: 
Non
Énergies renouvelables: 
Non

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +