19 juillet 2010 - 12:18 |

Future taxe sur les importations privées de blé dur en Algérie

Le gouvernement veut encourager la production locale


(19/07/2010)
Le gouvernement algérien se prépare à imposer une taxe sur les importations privées de blé dur afin de soutenir la production domestique, selon une source de l’Office algérien interprofessionnel des céréales (OAIC). La mesure serait incluse dans une loi de budget complémentaire qui sera bientôt annoncée. Le niveau de la taxe n’a pas encore été fixée, a précisé la source, mais ce serait la première fois que l’Algérie prendrait une telle mesure. ”Nous voulons encourager notre production nationale et nous ne voulons pas répéter ce qui s’est passé cette campagne où nous nous sommes retrouvés avec des stocks élevés de blé dur et où certains importateurs privés ont acheté à l’étranger” .
La taxe ne s’appliquera pas aux céréales importées par l’agence de l’État, l’OAIC, qui représente généralement entre 60 et 75 % des importations totales. L’année dernière, l’Algérie a réalisé une récolte record de céréales à 6,1 millions de tonnes, principalement en raison de conditions météorologiques favorables. Alors que l’OAIC a réduit ses importations en raison de stocks excédentaires, certains transformateurs locaux de produits alimentaires, notamment les fabricants de pâtes, ont poursuivi leur importation de blé dur car ils considéraient le blé étranger moins chers et de meilleure qualité. Cela a conduit à un différend avec l’OAIC, car les entreprises privées ont acheté moins de blé dur que prévu auprès de l’Agence, qui n’a pas assez de capacité de stockage et a dû vendre à perte, selon les médias. Le différent a pris fin le mois dernier où la plupart des transformateurs de produits alimentaires se sont procuré du blé dur auprès de l’OAIC.
Le ministre de l’Agriculture, Rachid Benaïssa, a déclaré la semaine dernière que la récolte de blé dur serait bonne cette année, tandis que la production d’orge et de blé tendre se situerait dans la moyenne. Les prévisions pour la récolte de céréales est en légère baisse par rapport à l’année dernière, le ministère de l’Agriculture l’estimant entre 5 millions et 5,5 millions de tonnes de céréales.
Filières: 

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +