20 février 2019 - 15:46 |

L’Afrique consomme de plus en plus de blé

Les grands exportateurs de céréales, les Etats-Unis, les pays de la Mer Noire, la France, l’Australie, etc. ont les yeux tournés vers l’Afrique. Et pour cause, le continent est un marché en croissance depuis plus de dix ans et pas uniquement en raison de sa croissance démographique, souligne World Grain.

Avec l’urbanisation croissante et l’augmentation des revenus, les habitudes alimentaires changent et les Africains délaissent le maïs pour consommer de plus en plus de blé. Ainsi, tandis que la population a cru de 32% entre 2007/08 et 2018/19, les importations de blé du continent ont progressé de 68% grimpant à 47 millions de tonnes (Mt) contre 27,3 Mt en 2007/08, soulignait le négociant Bunge lors de l’Annual International Association of Operative Millers (IAOM) Mideast & Africa Conference à Nairobi au Kenya.

Le taux de croissance des importations de blé en Afrique devrait ralentir, mais il restera important, Bunge estimant que les importations atteindront 63 Mt d'ici 2027/28, soit une hausse de 27% par rapport au niveau actuel. La consommation de blé en Afrique sub-saharienne devrait atteindre 40 Mt en 2027/28, soit le double du niveau de 2017/08.

Un marché qui attise l’appétit des grands pays exportateurs. Ainsi, souligne World Grain, le géant australien des céréales et de la logistique, GrainCorp, a ouvert l’été dernier un bureau commercial sur la mer Noire et a récemment lancé une coentreprise au Canada. Ces deux investissements visent à diversifier sa capacité à fournir du blé sur des marchés tels que l’Afrique, où les exportations australiennes sont désavantagées sur le plan du fret.

Steve Mercer d'US Wheat Associates affirmait à la conférence de l’IAOM que l’Afrique était depuis longtemps une région importante pour les exportateurs américains de produits agricoles. «Le Nigéria, par exemple, continue d’être un important importateur de plusieurs classes de blé américain, bien que la conjoncture économique et l’émergence d’exportations plus compétitives de la Russie et de la mer Noire aient réduit notre part de marché - le prix étant la base principale», a-t-il déclaré.

Une tendance qui n’a pas échappé à l’entreprise suisse Bühler, leader mondial de la conception et fabrication de machines pour l'agro-industrie, dont les céréales (voir L'Afrique de l'Ouest, un enjeu particulier pour le géant Bühler). Il a ouvert en 2015 son « African Milling School » à Nairobi. Son directeur, Martin Schlauri, a souligné que ce n’était pas seulement la croissance du marché, mais aussi la demande en produits finis cohérents et de haute qualité qui exigeait des meuniers qualifiés.

L'Afrique du Sud, l'Algérie, l'Angola, l'Egypte, le Ghana, le Kenya, le Maroc, le Nigéria,  l'Ouganda, le Soudan, et la Tanzanie comptent parmi les principaux moteurs des investissements et de la croissance du secteur céréalier et de la minoterie en Afrique.

Pays: 
Secteurs: 

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +