20 avril 2011 - 09:15 |

La Banque mondiale met en garde contre la hausse des prix alimentaires

Des prix proches des records de 2008

(20/04/2011)

Selon la dernière édition du Food Price Watch de la Banque mondiale publiée le 14 avril, l’indice des prix alimentaires de la Banque mondiale reste proche de son record de 2008. En dépit d’une légère baisse enregistrée récemment, l’indice des prix alimentaires en mars 2011 est supérieur de 36 au niveau qui était le sien il y a un an. Parmi les hausses majeures enregistrées depuis un an figurent celles du maïs (74 ), du blé (69 ), du soja (36 ) et du sucre (21 %). En revanche, le prix du riz est resté stable.

Les données de 46 pays pour la période 2007-2010 montrent que les pays à faible revenu et les pays à revenu intermédiaire de la tranche inférieure, dont de très nombreux pays africains, ont subi des hausses plus marquées de l’inflation des prix alimentaires que les pays à revenu intermédiaire de la tranche supérieure et que les pays à revenu élevé, en particulier lors de flambées des prix internationaux. Ces différences peuvent s’expliquer par le fait que les canaux de commercialisation des produits alimentaires dans les pays les plus pauvres ne sont pas en mesure d’absorber des fluctuations importantes dans les prix des produits de base. Par ailleurs, les gouvernements des pays les plus pauvres n’ont qu’une capacité limitée pour protéger les consommateurs des hausses de prix sur les marchés internationaux.

Entre décembre 2010 et février 2011, le prix du maïs blanc a augmenté de 27 au Kenya, de 25 en Somalie et en Ouganda, de 20 en République démocratique du Congo et de 16 au Bénin. Ces fortes hausses découlent en partie de faibles précipitations. Elles ont suivi une période de relative stabilité des prix du maïs au cours de la deuxième partie de 2010 dans la majeure partie de l’Afrique subsaharienne.

Quant au blé, l’augmentation des prix a incité les agriculteurs des principales régions productrices (Union européenne, Russie et Ukraine) à accroître la superficie des cultures, et les chiffres de la production devraient s’améliorer en 2011, sauf événements climatiques contraires comme en 2010.

En février 2011, les prix mondiaux du riz étaient inchangés par rapport à février 2010 et, dans l’ensemble, le prix de référence se situe à environ 32 de moins que le niveau record atteint lors de la crise de 2008. En revanche, dans certaines parties du Tchad, de la Tanzanie, du Mozambique, le prix du riz a connu des hausses de plus de 10 au cours des trois derniers mois.

On observe également de très fortes hausses dans les prix de l’huile de palme et de l’huile de soja, avec des niveaux supérieurs à ceux de l’année dernière de respectivement 104 et 42.

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +