20 septembre 2010 - 22:14 |

L’Egypte a remplacé ses contrats de blé en provenance de Russie

La hausse des cours ne devrait pas affecter le consommateur


(20/09/2010) L’Egypte s’est assuré suffisamment de réserves de blé pour éviter des pénuries de pain subventionné et ne devrait pas connaître une réédition des émeutes de la faim de 2008, a déclaré le 18 setpembre, le ministre du Commerce, Rachid Mohamed Rachid.
L’Egypte, Etat le plus peuplé du monde arabe et premier importateur mondial de blé, subventionne fortement le pain pour qu’il reste abordable dans un pays où un cinquième de la population vit avec moins d’un dollar par jour, selon les Nations unies.
En 2008, des pénuries de pain et une hausse des prix des matières premières ont entraîné des affrontements entre manifestants et policiers. Cette année, l’Egypte s’est empressée de remplacer les contrats, pour 540 000 tonnes de blé, annulés par la Russie confrontée à une grave sécheresse.
Prié de dire si le gouvernement s’attend à ce que la hausse des cours mondiaux du blé entraîne des troubles en Egypte, Rachid a répondu par la négative.
”D’abord, nous nous sommes assurés toutes les quantités dont nous avons besoin pour notre consommation. Nous avons aussi prévu les fonds nécessaire pour augmenter notre enveloppe de subventions, ce qui signifie qu’in fine, le consommateur et le citoyen égyptien ne ressentiront pas le poids de la hausse des cours”, a expliqué le ministre.
L’Egypte consomme environ 14 millions de tonnes par an et dépend d’importations étrangères pour la moitié environ de ce volume.
Le ministère du Commerce a indiqué le mois dernier qu’il s’attendait à ce que la hausse des cours mondiaux du blé ait un impact de 2,5 à 4 milliards de livres égyptiennes (701 millions de dollars) sur le budget pour l’année fiscale 2010-2011.
Le ministère de l’Agriculture a pris des mesures pour augmenter la production locale de blé, mais l’Egypte aura encore besoin d’importer six millions de tonnes de blé par an au cours des prochaines années, a dit Rachid.
Le ministère de l’Agriculture a dit le mois dernier qu’il avait pour objectif de parvenir d’ici 2020 à 70% d’autosuffisance en blé grâce à de nouvelles espèces de blé, d’un rendement plus élevé.
En mars 2008, l’Egypte a imposé une interdiction des exportations de riz afin de contrôler la hausse des prix des denrées de première nécessité. Le ministère du Commerce avait indiqué que l’interdiction resterait en place jusqu’en octobre 2010.
Prié de dire si l’Egypte prorogerait cette interdiction, Rachid a répondu que cela dépendrait des prochaines récoltes.
Depuis le début de l’année fiscale 2010-2011, le 1er juillet, l’Egypte a acheté 1,65 million de tonnes de blé français, américain et canadien.
Au cours de l’année fiscale précédente, la direction générale des achats de matières premières avait acheté 5,53 millions de tonnes de blé américain, français, russe, allemand, kazakh et canadien.

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +