20 septembre 2012 - 00:00 |

La Chronique Matières du Jeudi

L’huile de palme plombée par les stocks

(CommodAfrica/20/09/2012)

CACAO Le marché du cacao a perdu son élan haussier cette semaine, accusant deux séances consécutives de baisse en début de semaine. La semaine du 11 septembre, les investisseurs sur le marché de New York ont accru leurs positions longues qui ont atteint un plus haut depuis le début 2010. Mercredi, le marché se consolidait en remontant. Les fondamentaux demeurent relativement fermes alimentés par les inquiétudes sur l’offre. Le marché est aussi dans l’attente de la fixation du prix au producteur en Côte d’Ivoire.
Alors que la campagne 2012/13 démarre officiellement le 1er octobre, le gouvernement ivoirien a annoncé hier qu’il avait versé plus de FCFA 47 milliards dans un fonds de réserve pour se protéger des fluctuations des prix du cacao. Il devrait totaliser FCFA 70 milliards.
Au Cameroun, les exportations de cacao sur le mois d’août, premier mois de la campagne 2012/13, ont grimpé de plus e 25% à 12 308 tonnes par rapport à août 2011, selon le National Cocoa and Coffee Board (NCCB). Olam Cam est le premier exportateur avec 4 163 tonnes, suivi de Cameroon Marketing Commodities (Camaco) à 2,909 tonnes et de Cargill avec son partenaire Telcar Cocoa à 1 204 tonnes. La production de cacao en 2012/13 pourrait rebondir après le déclin à 220 000 tonnes en 2011/12 qui faisait suite au record de 240 000 tonnes atteint en 2010/11.

CAFÉ « C’est la fin de l’été, la petite laine refait son apparition, du coup les acheteurs se couvrent en prévision des frimas de la fin 2012. Bonne activité cette semaine sur tout type de café, Robusta, Arabica lavé ou non » indique un courtier. La baisse des marchés à terme et la hausse de l’euro ont aussi contribué à une activité soutenue.
Les exportations de café au Cameroun ont atteint à la fin août 23 886 tonnes, en recul de 13% par rapport à la même période l’année dernière (décembre-août).

CAOUTCHOUC Les cours sur le marché à terme de Tokyo ont atteint mercredi un plus haut de 3 mois et demi soutenus par l’espoir d’une reprise de la demande après que la Banque du Japon ait assoupli sa politique monétaire. Ils ont clôturé à 260 yens ($3,31) le kilo. Une déclaration qui intervient peu de temps après les annonces de la Réserve fédérale américaine (FED) sur de nouvelles mesures de soutien de l’économie américaine. Les actions de la FED et de la Banque du Japon qui devraient avoir plus d’impact sur le marché que le nouveau plan d’intervention adopté mardi par la Thaïlande avec l’objectif affiché de soutenir les prix. Bangkok a approuvé un budget de 30 milliards de baths ($975 millions) pour intervenir sur le marché du caoutchouc. Un précédent plan de 15 milliards de baths avait conduit le gouvernement a acheté environ 100 000 tonnes de caoutchouc, qui ont été stockés.

COTON Sans changement dans les fondamentaux, les cours fluctuent autour de 75 cents la livre. Ces dernières séances, le coton s’est apprécié- avec les nouvelles mesures de soutien annoncées par la Réserve fédérale des Etats-Unis (Fed) et les bons chiffres des exportations américaines.
Dans ses dernières estimations de l’offre et de la demande mondiale, Cotlook a revu à la baisse de 200 000 tonnes ses prévisions de consommation, essentiellement en raison de la Chine, et légèrement rehausser celles de production (+48 000 tonnes). Ainsi les stocks 2012/13 se sont encore accrus estimés à 3,296 millions de tonnes.
La Chine ne devrait plus émettre de nouveaux quotas d’importation de coton cette année, aurait indiqué mardi Zhang Xianbin de la National Development and Reform Commission (NDRC).Le gouvernement tente de stabiliser le prix de la fibre sur son marché intérieur en stockant la nouvelle récolte. Le quota pour 2013 serait décidé ultérieurement, lorsque la situation de l’offre et de la demande sera plus claire. Rappelons que Pékin a émis le mois dernier des quotas pour l’importation de 400 000 t de coton, portant le total pour l’année à 2,8 millions de tonnes.

HUILE DE PALME Les cours de l’huile de palme fluctuent au gré des nouvelles sur le complexe soja. Mardi, ils ont perdu plus de 5,3% avec une récolte de soja dans la région du Midwest aux Etats-Unis finalement moins affectée par la sécheresse qu’anticipée. Mercredi, ils se sont contractés avec l’annonce de meilleurs rendements aux Etats-Unis et donc des perspectives plus favorables pour l’exportation.
En outre, la hausse des stocks d’huile de palme pèse sur le marché ainsi que la contraction du secteur manufacturier en Chine. En dépit de la fermeté des exportations, en hausse de 14,6% et 12,8% du 1er au 20 septembre pour respectivement Interlek Testting et SGS, les stocks pourraient dépasser les 2,2 millions de tonnes en septembre. Les cours ont atteint jeudi leur plus bas niveau depuis octobre 2011 à 2 804 ringgits la tonne.

RIZ Les prix du riz en Thaïlande sont demeurés stables cette semaine, à $600 la tonne pour le Thaï100%B, mais pourraient s’abaisser dans les prochaines semaines avec l’arrivée en octobre de la récolte principale et environ 25 millions de tonnes de paddy. Au Vietnam, même tendance de stabilité des prix à un niveau relativement ferme, soutenu par des demandes d’embarquement. Plusieurs exportateurs ont conclu des petits accords pour vendre du riz en Afrique. En Inde, les prix des variétés de base se sont appréciés entre $15 et $20 à $395-$445 la tonne Fob, les acheteurs traditionnels en Afrique se positionnant pour des offres d’embarquement en octobre. Le retour de la mousson devrait toutefois retarder les embarquements.

THÉ Le prix moyen des thés à la vente aux enchères de Mombassa, mardi 18 septembre, s’est établi à $ 4,13 le kilo, en hausse par rapport au $ 3,97 de la semaine précédente. Les Best Broken Pekoe Ones se sont établis à $4.32-$3.94 le kilo contre $4.24-$3.70 la semaine précédente et les Best Pekoe Fanning Ones à $4.16-$3.80 le kilo contre $4.00-3.74. Au total, 103 374 paquets ont été offerts avec 16,3% restant invendus.
Des prix en moyenne plus élevés et un taux de change favorable ont permis aux petits planteurs kenyans d’accroître de 12% leur revenus à un record de 61,4 milliards de shillings ($723 millions) sur un an (juillet 2011 à juin 2012), selon la Kenya Tea Development Agency (KTDA), dont les membres représentent environ 60% de la production de thé. Selon Lerionka Tiampati, directeur du KTDA, le prix moyen net de vente a augmenté à $3,2 le kilo pour 2011/12 contre $3,07 en 2010/11 et le taux e change moyen à 89,16 pour un dollar contre 82,79 la campagne précédente. _«Nous attribuons les résultats impressionnants à de meilleurs prix du thé, des taux de change favorables, une gestion des coûts efficace par les usines à thé et à une production plus élevée de thé »_précise t’il. Les coûts des opérations restent toutefois un défi pour l’industrie, en raison principalement du coût de l’énergie.
Au Burundi, les recettes d’exportation du thé ont chuté de 3,2% en août, par rapport à août 2011, en raison des faibles volumes commercialisé, indique l’Office du thé burundais (OTB). En effet, le prix moyen à l’exportation a grimpé à $ 3,34 contre $2,99 l’année dernière.

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +