20 octobre 2021 - 17:25 |

Gare à la hausse des prix des engrais sur ceux du riz !

La sonnette d’alarme est tirée en Thaïlande. Mais elle l’est ou le sera dans tous les autres pays producteurs de riz, que ce soit l’Inde, leader mondial, ou le Vietnam, n°2.

En effet, le coût des engrais grimpe en flèche, flambée du pétrole oblige. Son prix est en bonne voie pour quasiment doubler par rapport à leurs prix l’année dernière. En Thaïlande, la tonne d’engrais est à  16 000 baht (€ 411) actuellement contre 10 000 baht en moyenne en 2020, souligne Pramote Charoensilp, président de l’Association thaïlandaise de l’agriculture, rapporte aujourd’hui le Bangkok Post.

« Ceci va être un problème pour les riziculteurs dans les mois à venir. Ils sont nombreux à avoir déjà récolté le riz de la dernière campagne et se préparent à replanter donc ils vont avoir besoin d’engrais », précise-t-il à notre confrère. « Une tonne d’engrais est maintenant plus chère qu’une tonne de riz ». La semaine dernière, les prix du Thaï 5% oscillaient entre $ 385 et $ 420 la tonne avec, en outre, des contraintes d’expédition toujours aigues (lire la rubrique riz dans notre chronique hebdomadaire sur les marchés mondiaux de matières premières agricoles).

Ceci devrait conduire à des mesures de soutien à la filière de la part du gouvernement. Car la Thaïlande importe la plupart de ses intrants, notamment de Chine. Or, non seulement le fret de marchandises connait de lourdes difficultés actuellement en raison de la pénurie de conteneurs, mais selon une circulaire chinoise du 11 octobre, Pékin demande à ses services douaniers de renforcer leurs inspections sur les exportations d’engrais, avec pour objectif de juguler la hausse des prix qui fragilise la sécurité alimentaire nationale. La Chine est un fournisseur majeur d’urée et de phosphate sur le marché mondial, notamment l’Inde, le Pakistan et les autres pays du sud-est asiatique.

La situation en Thaïlande dans la filière riz pourrait devenir de plus en plus tendue alors que le pays a un objectif annuel d’exportation de 6 millions de tonnes (Mt) par an.

Le Bangkok Post indique qu’au Vietnam, le département de protection des plantes encouragent les riziculteurs à réduire de près de moitié l’usage d’engrais. Aux Philippines, l’administrateur de la Fertilizer and Pesticide Authority, Wilfredo Roldan, s’attend à une hausse des prix du riz comme des autres céréales car les engrais représentent 70% de leur coût de production.

Secteurs: 
Matières premières: 
Non
Énergies renouvelables: 
Non

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +