20 novembre 2009 - 21:36 |

Afrique de l’Est envisage son futur marché commun

Un protocole d’accord a été signé pour sa création en juillet 2010

(20/11/09 Les présidents des cinq pays de la Communauté d’Afrique de l’Est (CAE) ont signé le 20 novembre un protocole d’accord pour un marché commun régional, qui devrait donner un nouvel élan à leurs échanges commerciaux lorsqu’il entrera en vigueur en juillet 2010.
Les Etats membres de la CAE - Tanzanie, Kenya, Ouganda, Rwanda et Burundi – estiment que cet accord autorisant la libre circulation des biens, des services, des personnes et des capitaux à l’intérieur de cet ensemble renforcera l’attractivité de la région aux yeux des investisseurs étrangers.
La CAE comptait globalement en 2008 plus de 126 millions d’habitants et un PIB de $ 60 milliards. Elle avait lancé en 2005 une union douanière comprenant ses trois plus importantes économies – Kenya, Ouganda et Tanzanie – et prévoyant l’introduction par étapes de barrières douanières communes pour les produits entrant dans la région.
En juillet, le Rwanda et le Burundi avaient adhéré à l’union douanière, qui devrait entrer pleinement en vigueur en janvier 2010.
Les échanges commerciaux entre pays membres de la CAE ont fait un bond de 49% depuis le début de la mise en oeuvre de l’union, selon le secrétariat de la Communauté.
La CAE est née une première fois en 1967, avant de se désagréger une dizaine d’années plus tard en raison de désaccords politiques et économiques entre ses trois membres fondateurs (Kenya, Ouganda et Tanzanie). La CAE bis a vu le jour en 2000 aux termes d’un traité signé l’année précédente. Le Rwanda et le Burundi en sont devenus membres à part entière en 2007.
La Communauté s’est fixée pour objectif la création d’une union monétaire en 2012 et, par la suite, de se transformer en une fédération politique.

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +