21 janvier 2016 - 08:45 |

Jean-Marc Anga de l'ICCO appelle à "une révolution des mentalités" dans le cacao en Afrique

L'Afrique cacaoyère ne peut pas continuer à sortir des rendements de 300 à 400 kg à l'hectare alors qu'en Amérique latine on parvient à produire 4 à 5 tonnes (t), explique Jean -Marc Anga, directeur exécutif de l'Organisation internationale du cacao (ICCO), à CommodAfrica lors du Festicacao 2015 qui s'est déroulé en décembre à Yaoundé.

"C'est toute une révolution des mentalités que nous avons observée en Amérique latine et qui doit s'effectuer si on veut que ce modèle s'applique en Afrique", déclare-t-il.

Il faut cesser de considérer la cacaoculture comme un mode de vie. C'est un business. Il faut investir. Certes, ceci n'est pas à la portée des petits planteurs mais, surtout, ce sont les mentalités qu'il faut changer.

Un marché plus ou moins équilibré sur les 5 prochaines années

Quant au marché mondial, Jean-Marc Anga ne crie pas aux loup. "L'offre peine à suivre la demande car le verger et les producteurs sont vieillissants. Mais il n'y a pas péril en la demeure. Ce n'est pas la peine de dire qu'en 2020 il y aura un déficit de 1 million de tonnes. Nous pensons que l'offre et la demande se tiennent et cette situation se maintiendra ces 5 prochaines années. Il n'y a pas de scénario catastrophe", poursuit le patron de l'ICCO.

L'ICCO, première organisation internationale à ouvrir des bureaux régionaux

En septembre dernier, l'ICCO a entériné la décision de déménager de Londres à Abidjan. La Côte d'Ivoire avait fait la proposition à l'organisation dès 2002 mais le projet avait été suspendu en raison des évènements en Côte d'Ivoire.

La paix revenue, le 1er producteur mondial a reformulé sa proposition que l'ICCO a acceptée : du jour au lendemain, son loyer à Londres avait été augmenté de 141%. A ce rythme, l'organisation aurait été en faillite sous peu.

L'ICCO déménage donc à Abidjan. Parallèlement, elle étudie la possibilité d'ouvrir des bureaux régionaux sur les 2 autres continents producteurs, l'Amérique latine et l'Asie. "Ceci renforcera la présence de l'ICCO ailleurs dans le monde", précise-t-il à CommodAfrica.

 

Production vidéo www.lamandarine.com

 

 

 

Pays: 
Secteurs: 

Newsletters

Inscrivez vous à notre Newsletters

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +