21 mars 2010 - 00:00 |

La Chronique Matières du jeudi

Marchés en demi-teinte


(19/03/2010)

CACAO Les cours du cacao à New York ont perdu le 19 mars la plupart des gains réalisés dans la semaine en perdant $ 59 pour le contrat de mai, qui a clôturé à $ 2 834 la tonne.
Les broyages en Malaisie reprennent avec un montant estimé pour 2009/10 à 290 000 tonnes, contre 270 000 tonnes l’année dernière ; selon l’International Cocoa Organization (ICCO). Cette dernière estime que la production de cacao en Indonésie devrait progresser de 2% à 500 000 tonnes en 2009/10 grâce à l’impact limité d’El Nino.
Barry Callebaut estime que les prix du cacao devraient encore s’apprécier cette année avec une offre insuffisante par rapport à la demande. De son côté, le chocolatier Lindt&Sprungli a estimé que les prix du cacao devraient se stabiliser entre £1 700 et £ 2 400 la tonne à moyen terme.
Selon le National Cocoa et Coffee Board, le Cameroun pourrait réaliser au moins 205 000 tonnes de production de cacao en 2009/10. A la fin février, la production a atteint 189 000 tonnes depuis le démarrage de la campagne en août.
Les arrivées dans les ports de Côte d’Ivoire ont atteint 869 000 tonnes au 14 mars.

CAFE Les cours du café ont terminé la semaine en ordre dispersé, rebondissant à Londres mais perdant du terrain à New York. Un courtier indique que l’activité est en général un peu ralentie avec toujours un intérêt marqué sur le spot pour le Robusta essentiellement sur le Vietnam grade 1 et l’indonésien EK1. En embarquement, il souligne que le café africain est plus facile à traiter que l’asiatique, le Vietnam se situant au-dessus du marché.
Le Singapore Exchange (SGX) annoncé le 19 mars qu’il lancerait le 22 avril un contrat à terme sur le Robusta. ”Le lancement de Sicom Coffee est opportun car l’Asie du Sud est devenue le premier producteur et exportateur de Robusta. Sicom coffee est appelé à jouer un rôle clé dans l’établissement d’un prix de référence en Asie pour le café robusta” a déclaré Jeremy Ang, directeur général de Singapore Commodity Exchange (SICOM), une unité de SGX.
Les exportations de café d’Ouganda en mars sont en recul de 14% à 220 000 sacs de 60 kilos, selon l’Uganda Coffee Development Authority (UCDA), après une chute de 18% en février. «La sécheresse généralisée qu’a subie le pays l’année dernière dans la plupart des régions de production de café continue d’affecter les rendements sur toute la récolte 2009/10 » souligne David Kiwanuka de l’UCDA. Pour 2009/10, l’UCDA table sur des exportations de 3,1 millions de sacs contre 3,4 millions en 2008/09.

CAOUTCHOUC Le contrat août a gagné 3,5 yens à 289,1 yens, soutenu par la fermeté du marché physique, les principaux producteurs de caoutchouc, y compris la Thaïlande et la Malaisie, étant entrés dans la saison sèche où la production de latex diminue. Cependant, les gains ont été limités par la chute des cours du pétrole et des autres commodities. Sur le marché physique, le ThaiRSS3 était proche de son plu haut de 58 ans mais à ce niveau de prix, il n’y a pas d’acheteur.
En Thaïlande, la sévère sécheresse qui touche le pays pourrait abaisser la production de caoutchouc à environ 3 millions de tonnes, selon la Thai Rubber Association, soit un niveau en dessous de celui estimé en janvier (3,15 millions de tonnes).

COTON Reprise des cours cette semaine avec une clôture à 82,18 cents la livre pour le contrat de mai le 19 mars. L’Asie est aux achats pour couvrir leur besoin sur le rapproché. Les exportations américaines ont été plus importantes qu’anticipées à 325 400 balles. En février, les importations chinoises de coton ont grimpé de 137,6% à 221 000 tonnes, après une hausse de 286% en janvier à 301 359 tonnes.
La majorité de la profession estime que les paysans américains vont ensemencer plus de 10 millions d’acres de coton en 2010 après le plus bas de 25 ans à 9,054 millions d’acres en 2009. L’industrie cotonnière anticipe une importante récolte américaine en 2010/11 après un hiver humide qui a favorisé la moisissure des sols.
Le 18 mars, Cotlook estimait que les stocks de clôture de coton en 2009/10 chuteraient de 20%, soit une contraction de 2,175 millions de tonnes, en raison notamment d’une baisse de la production de coton en Chine et d’une hausse de la consommation en Inde et en Turquie, notamment. Cotlook estime que les stocks baisseront encore en 2010/11 en dépit de la reprise de la production aux Etats-Unis. Cotlook donne une production mondiale à 21,957 millions de tonnes (contre 22,166 Mt en février) avec une révision à la baisse de la production de la Chine, de l’Ouzbékistan, de l’Afrique Zone France et de l’Australie et une consommation mondiale à 24, 132 Mt (contre 23,963 MT en février) avec une révision à la hausse pour l’Inde, la Turquie, les Etats-Unis, en autre.

SUCRE Depuis février, les cours du sucre ont perdu 40% de leur valeur. Et cette semaine, ils ont continué à s’effriter. Le contrat mai a atteint le 17 mars £509,60 la tonne à Londres et 17,66 cents la livre à New York.
F.O. Licht a revu à la hausse, le 18 mars, sa prévision du déficit mondial de sucre en 2009/10 à 7,7 millions de tonnes, contre de 6 millions précédemment. L’analyste a revu à la baisse ses perspectives de production en Chine, en Thaïlande, au Pakistan et au Brésil, baisse compensée en partie par une révision à la hausse de la production de sucre en Europe. Licht estime le déficit en 2008/09 à 13,2 millions de tonnes et les stocks de clôture fin 2009/10 à 32,7 % de la consommation, soit leur plus bas ratio depuis 1990/91.

THE Le prix moyen du Broken Peko Ones sur le marché aux enchères du Kenya a été de $3,76 le kilo cette semaine tandis que la demande chutait. Au Bangladesh, les prix ont plongé de 14,90% à 131,22 takas ($1,89) le kilo.
Le commerce du thé a chuté de 24,4% en 2009 à Dubaï à 112,3 millions de kilos contre 148,6 millions en 2008. La sécheresse et des pluies retardées dans la plupart des pays producteurs, comme l’Inde, ont provoqué un déficit mondial de thé noir d’environ 546,6 millions de kilos en 2009. Cependant, en dépit de la chute du commerce du thé à Dubaï, le Dubai Tea Trading Centre (DTTC) a vu ses activités s’accroître, progressant de 26,5% à 7,5 millions de kilos. “Cette hausse est consécutive à un accroissement de nos services à valeur ajoutée comme les mélanges, l’emballage de sachets de thé aussi bien que le thé en vrac dans des formats au détail, des installations de stockage et de la location d’espace de bureau pour les sociétés de thé” estime Sanjay Sethi, le directeur du DTTC.
Au Burundi, les exportations de thé ont progressé de 70% en février par rapport au même mois en 2009. Selon l’Office burundais du thé (OBT), le pays a exporté 980 tonnes pour $2,79 millions, contre 818 tonnes pour $ 1,64 millions en février 2009. Le prix moyen à l’exportation s’est élevé à $2,85 le kilo contre $2 en février 2009.
La production de thé au Malawi, deuxième producteur africain dernière le Kenya, a chuté de plus de 40% entre janvier et février 2010 à 10 millions de kilos contre 17 millions de kilos l’année dernière. Avec des cours plus élevés, les recettes reculent de 25% à 2,6 milliards de kwacha ( $23,88 millions) contre 3,6 milliards sur la même période en 2009 en raison de la sécheresse. La sécheresse a détruit environ 35 000 hectares de récolte en janvier. Selon Clement Thindwa, directeur exécutif de TAML, estime que tant au niveau de la production que des revenus, la baisse se poursuivra cette année. L’année dernière, le Malawi avait produit 52 millions de kilos.

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +