21 mars 2014 - 00:00 |

La Chronique Matières du Jeudi

Forte demande de grumes en provenance de Chine


(21/03/2014)

BOIS. Les exportateurs de bois d’Afrique centrale et de l’Ouest seraient assez satisfaits de leur carnet de commande, souligne l’Organisation internationale des bois tropicaux (OIBT) dans son dernier rapport de marché. De Chine, notamment, émane une forte demande de grumes d’okoumé et d’autres espèces. L’Italie est, de son côté, très demandeuse d’ayous. Ceci dit, la demande européenne demeure relativement plate dans son ensemble. Elle demeurerait terne au second trimestre et ce malgré un climat tempéré qui a permis aux entreprises de BTP de bien travailler cet hiver.
La concurrence sur les marchés dynamiques du Proche Orient est vive. Les ventes d’okoumé se maintiennent bien, mais connaissent une forte concurrence du meranti. Des exportateurs d’Afrique de l’Ouest et du Centre ont augmenté leurs ventes d’essences rouges mixtes, afin d’être plus concurrentiels en terme de prix face au meranti.
Quant au processus Flegt, de légalisation du commerce des bois, la Côte d’Ivoire a commencé à se préparer au deuxième round de négociation des accords volontaires de partenariat (AVP), commençant à lister les essences qui seront inclues dans l’accord.

CACAO. Le cacao termine en baisse (-$ 38 la tonne) sur le marché à terme de Londres. On annonce de la pluie en Côte d’Ivoire, ce qui devrait booster les perspectives de récolte intermédiaire qui court d’avril à septembre. Surtout, l’incapacité du marché à continuer à monter en prix a conduit certains à prendre leurs bénéfices de suite, par précaution.
Au Cameroun, le prix proposé au planteur, bord champ, demeure ferme car l’offre diminue. Un prix qui serait passé de FCFA 1 000 le kilo le mois dernier à FCFA 1 150 actuellement, selon des producteurs interrogés par Reuters.
Cargill a annoncé hier accroître ses capacités de transformation en Europe, notamment à Rouen en France et à Berlin, afin de faire face à la demande croissante en produits de qualité. Ainsi, € 10 millions seront investis sur la liqueur de cacao de spécialité. Rappelons qu’il y a 3 mois, Cargill avait déjà annoncé un investissement de $ 48 millions pour doubler sa capacité industrielle en Belgique. Rappelons aussi que Cargill est en pourparlers pour reprendre les activités cacao d’un autre géant, ADM.

CAFE. Au fur et à mesure que la pluie tombe au Brésil, le prix de l’Arabica sur le marché à terme de New York tombe aussi. Des pluies, certes, éparses mais qui permettent de penser que l’impact de la sécheresse en janvier et février sera peut-être limité et en tous les cas moins fort que les scénarios alarmistes que ces deux dernières semaines laissaient supposer. Des scénarios qui avaient fait faire un bond de 85% au prix de l’Arabica depuis le début de l’année. Mais aujourd’hui, il a perdu 5% en une seule séance.
Le Robusta termine aussi en baisse aujourd’hui à Londres, entrainé par l’Arabica, mais surtout entrainé par les origines vietnamiennes qui se sont vendues cette semaine en dessous des prix du marché de Londres. En revanche, les Indonésie se traitent toujours à prime car on ne mesure pas encore très bien l’implication des conditions météorologiques peu favorables sur la récolte.
Au Kenya, le prix le plus élevé des cafés vendus sur le Nairobi Coffee Exchange a chuté à $ 406 le kilo de 50 kg contre $ 536 la semaine dernière. Le grade AA s’est échangé dans une fourchette allant de $ 250 à 406 contre $ 255-536 la semaine précédente et le grade AB à $ 232-301 contre $ 217-380. Au total, 27 613 sacs ont été offerts à la vente avec 6 373 trouvant preneurs, contre 26 448 sacs offerts et 10 827 vendus la semaine dernière.
Au Cameroun, les exportations de café ont chuté de près de 50% à fin février par rapport à fin février 2013, selon l’Office national du café cacao (ONCC). Le pays n’a, jusqu’à maintenant, qu’exporté que 887 t contre 1 643 t sur la même période la campagne dernière. Les raisons? Des conditions météorologiques peu favorables, selon l’ONCC. Mais d’autres estiment que ce serait davantage lié aux exportations illégales vers le Nigeria car, tout simplement, le réseau routier qui relie les zones caféières à Douala est en très mauvais état. A noter que les exportations sur le seul mois de février ont été de 194 t de Robusta contre 390 t en février 2013, mais le pays a exporté 9 t d’Arabica contre zéro en février 2013.
Aux Etats-Unis, les stocks de café vert ont baissé de 203 234 sacs de 60 kg en février par rapport à janvier, totalisant ainsi 4 826 104 sacs.

CAOUTCHOUC Les cours du caoutchouc sur le marché de Tokyo ont clôturé jeudi en baisse à 234,7 yens le kilo avec la baisse de la bourse de Tokyo, la fermeté du pétrole limitant toutefois la baisse. Selon l’Association of Natural Rubber Producing Countries, la production de caoutchouc au Vietnam aurait grimpé de 20,8% en 2013 par rapport à 2012 pour atteindre pour la première fois un million de tonnes rapporte le Vietnam Economic Times. Le Vietnam deviendrait alors le troisième producteur mondial de caoutchouc naturel, derrière la Thaïlande et l’Indonésie.
Selon les dernières statistiques douanières, les importations chinoises de caoutchouc naturel pour le mois de février se sont élevées à 191 161 tonnes, en hausse de 31,21%. Depuis le début de l’année, elles se sont montées à 534 065 tonnes en progression de 34,56%.
En Côte d’Ivoire, le bénéfice net de la Société des caoutchoucs de Grand Béréby (SCGB) a fortement chuté à FCFA 5,84 milliards ($12,27 millions) en 2012 contre FCFA 15,24 milliards en 2012. La baisse des résultats est principalement imputable à la chute des prix internationaux du caoutchouc et de l’huile de palme, respectivement de 23 et 19%, selon un communiqué de l’entreprise.

COTON Le coton a enregistré une nouvelle semaine de hausse. Dans ses dernières prévisions (20 mars), Cotlook a révisé à la hausse ses prévisions de production de coton en 2013/14 à 25,211 Mt, soit 140 000 tonnes de plus imputable à la Chine (+100 000 t) et à l’Afrique Zone Franc (+40 000 t), propulsant les stocks de clôture à 1,718 Mt et 1,308 Mt pour 2014/15. .
Selon les dernières statistiques douanières, les importations chinoises de coton pour le mois de février se sont élevées à 246 057 tonnes, en baisse de 35,05%. Depuis le début de l’année, elles se sont montées à 538 542 tonnes en recul de 35,59%.

HUILE DE PALME En cette fin de semaine, les cours sont tombés à un plus bas de trois semaines à 2731 ringgits ($830) la tonne, perdant sur la semaine 2,3%.
L’analyste Dorab Mistry estime que les prix de l’huile de palme pourraient progresser plus rapidement que l’on ne le pense et atteindre 3 000 ringgits la tonne en avril en raison du phénomène d’El Nino. Toutefois, il souligne que le différentiel de prix entre l’huile de palme et les huiles de soja et de tournesol. En outre, «nous observons que l’huile de tournesol capte une grande part de la demande des pays comme l’Inde, l’Egypte et l’Iraq. Cela conduit à moins de demande pour l’huile de soja et impacte aussi l’huile de palme», indique Dorab Mistry. Ajoutant que l’huile de palme a perdu des parts de marché en Inde car son discount par rapport à l’huile de soja a « presque disparu ». Le premier importateur d’huile végétale, l’Inde, devrait donc acheter plus l’huile de tournesol et de soja en 2014-15.

RIZ Evolution contrastée sur le marché asiatique du riz cette semaine. La poursuite de la vente des stocks gouvernementaux thaïlandais alors que les marchés sont bien approvisionnés et que la demande est rare ont poussé vers le bas les prix thaïlandais, le 5% de brisures se négociant entre $390 et $410 la tonne. Le gouvernement a vendu 730 000 tonnes de riz la semaine dernière pour un montant d’environ 9 milliards de baths ($280 millions). A l’opposé les prix se sont appréciés au Vietnam suite à l’adoption par le gouvernement d’un plan de stockage. Ainsi les entreprises de riz achèteront un montant total de 2 millions de tonnes de riz paddy d’hiver-printemps entre le 15 mars et le 30 avril et le stockeront jusqu’au 20 juillet, selon le plan approuvé. Le Viet 5% a progressé de 5% à $390-$395 la tonne, et le Viet 25% a grimpé de 3% à $360-$370 la tonne. Toutefois l’embellie pourrait être de courte durée, le marché anticipant une baisse des prix avec le pique de la récolte.

SUCRE. A l’instar de l’Arabica, le sucre roux a perdu quelques points sur le marché à terme de New York suite au retour des pluies au Brésil. Après avoir eu en ligne de mire les bulletins météorologiques, les traders ont maintenant les yeux rivés sur les stocks mondiaux de sucre qui sont toujours pléthoriques.
Le n°2 allemand du sucre, Nordzucker envisagerait de construire une raffinerie de sucre en Zambie, pour un coût d’environ $ 300 millions, a annoncé lundi le quotidien Hannoverische Allegmeine Zeitung. La production de sucre roux ferait partie intégrante de sa stratégie d’expansion au-delà des frontières européennes.

THE Les prix des thés ont chuté à la vente aux enchères de Mombasa cette semaine, le prix le plus élevé plafonnant à $ 3,50 le kilo contre $ 3,60 la semaine dernière. Les Best Broken Pekoes Ones se sont négociés à $ 2,50-3,50 le kilo contre $ 2,64-3,60, et les Best Brighter Pekoe Fannings Ones à $ 2,30-2,75 contre $2,22-2,95 le kilo. La demande a été soutenue de la part du Pakistan, tandis que le Kazakhstan, l’Afghanistan et d’Egypte étaient plus actifs. Sur les 134 237 paquets offerts à la vente, 13,97% n’a pas trouvé preneur contre 17,72% sur les 132 739 mis en vente la semaine dernière.

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +