22 février 2009 - 00:00 |

Le Rendez-Vous Matières du Jeudi

Recul des principales commodities

(19/02/09)

BOIS Le marché est toujours atone. Les volumes commercialisés demeurent bas et les exportateurs d’Afrique de l’ouest et centrale se concentrent sur l’approvisionnement de certaines espèces ou il existe une demande spécifique, souligne l’ITTO. Ainsi, le Vietname rechercherait du Tali ainsi que la Chine avec en plus des demandes pour l’Okan, le Padouk. L’Inde s’intéresse au Padouk et au Belli. En dehors de ses espèces, la demande en provenance d’Asie est faible. Des analystes estiment que le Gabon, le Cameroun et le Congo tournent à environ à 50% de leur capacité de production. Le calme prévaut aussi sur le marché européen et l’interdiction d’exportation de quatre espèces du Gabon n’a pas pour autant stimulé le marché.

CACAO Les cours du cacao ont terminé le 18 février à un plancher de quatre semaine avec des prévisions indiquant un recul de la demande et sous l’effet d’une amélioration des arrivages dans les ports de Côte d’Ivoire. A New York, le contrat mai a chuté de $68 à $2 571 la tonne et à Londres, il a cédé £ 38 à £ 1 872 la tonne.
Les arrivés aux ports de Côte d’Ivoire ont totalisé 774 407 tonnes entre le 1er octobre et le 15 février, selon les statistiques de la Bourse du Café et du Cacao (BCC), contre 963 321 t sur la même période en 2007/08. Entre le 9 et 15 février, les arrivées se sont élevées à 25 994 t en progression par rapport aux 18 201 t réalisées en 207/08. Quelque 34 122 t sont attendues à 34 122 t pour la semaine en cours. En revanche, les exportations de produits semi-finis sont toujours en hausse avec 123 738 t exportées d’octobre à janvier 2009, soit 33% de mieux qu’en 2007/08.
Au Ghana, les achats déclarés auprès du Cocobod se sont élevés à 507 000 t au 5 février, contre 541 538 t sur la même période en 2007/08.
Au Nigeria, avec 25 321 t exportées en décembre, les exportations nigérianes de cacao sont en recul de 25 % par rapport à décembre 2007.
La Malaisie, le plus important broyeur de cacao en Asie, a demandé à l’Indonésie de retarder l’embarquement de 10 000 t de fèves en raison d’une chute de la demande. Le ratio de beurre de cacao, un indicateur important de l’évolution de la demande, a chuté à son plus bas niveau depuis cinq ans ce mois-ci, les fabricants de chocolat réduisant fortement leur achat.

CAOUTCHOUC Les contrats à terme de la bourse de Tokyo pour le caoutchouc ont fini à un plancher de deux semaines le 18 février, le contrat juillet sur le TOCOM a fini la séance à 136,3 yens le kilo, un plus bas depuis le 4 février, soit une perte de 6,9 yens par rapport à la clôture précédente ; à Shanghai le contrat a reculé de 5%, sa perte limite, à 13,115 yuans la tonne. En toile de fonds, l’intensification de la crise économique et les craintes sur le niveau de la demande. S’est ajouté le recul du pétrole. La Chine, recherche du caoutchouc livrable prochainement. Mais elle est moins agressive dans ses achats car le niveau de ses stocks monte. A l’instar de ce qu’elle a fait pour d’autres produits, comme le coton, la Chine envisage d’acheter en avril 55 000 t de caoutchouc à des entreprises publiques situées dans les provinces de Hainan et Yunnan, afin de soutenir ces entreprises face à la chute des cours. Le prix d’achat serait de 14 600 yuans la tonne ($ 2136).
Les exportations thaïlandaises de caoutchouc ont reculé de 21% en janvier par rapport à janvier 2008 à 225 413 tonnes.
Le plus important fabricant de pneus au Japon, Bridgestone, a annoncé le 19 février qu’il utilisera 1,46 million de tonnes de caoutchouc pour la fabrication de pneus en 2009, contre 1,86 Mt en 2008.
En Côte d’Ivoire, les exportations de caoutchouc naturel se sont élevés à 16 318 tonnes en janvier 2009, en hausse de 3,2% par rapport à janvier 2008.

COTON Après cinq séances consécutives de baisse, les cours ont légèrement progressé le 19 février, le contrat mars clôturant à 43,89 cents en gagnant 0,36 cent.
Après le Nouvel an chinois, la Chine est revenue aux achats. Les traders estiment que les importations chinoises de coton pourraient être de 200 000 à 300 000 tonnes en février et en mars, donc supérieures au mois de janvier où elles s’étaient élevées à environ 80 000 t en chute de 50% par rapport à janvier 2008.
Les cotonculteurs américains ne planteront que 8,107 millions d’acres cette année, un plus bas depuis 1983, estime le National Cotton Council (NCC). Cette estimation marque une baisse de 14,4% des superficies par rapport à l’année dernière. En conséquence, la production de coton devrait s’élever à 12,76 millions de balles (de 480 livres), contre 13,04 millions en 2008/09. Ces précisions ont été faîtes à partir d’une enquête réalisée entre mi-décembre et mi-janvier auprès de cultivateurs dans 17 Etats producteurs de coton.
 
Le NCC précise que les cultivateurs américains continueront dans les semaines à vernir à faire des arbitrages entre les différentes spéculations.
En Côte d’Ivoire, les exportations de coton ont totalisé 16 079 t en janvier, en hausse de 2% par rapport à janvier 2008.

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +