22 mars 2016 - 11:15 |

Levée de l'interdiction d'exporter des noix de cajou au Ghana

Au Ghana, le gouvernement a cédé aux pressions des Parlementaires et a levé l'interdiction d'exporter des noix de cajou, une mesure prise le 18 mars avec effet immédiat.

La directive prise par le ministère du Commerce avait fait l'objet d'une très importante controverse entre l'Assemblée et l'exécutif, notamment après que des tonnes de noix aient pourri, faute de débouchés.

Rappelons qu'à l'instar d'autres pays, le gouvernement ghanéen a pris cette décsision afin d'inciter à la transformation locale des noix. Mais, face à cela, les acheteurs soulignent que la production nationale s'élève à 950 000 sacs de noix alors que la capacité nationale de transformation n'est que de 35 000 sacs, rapporte ghanaweb.

La tension a été vive car de nombreux planteurs ont investi dans leurs fermes sur financements étrangers, notamment du Nigeria, et doivent rembourser ces emprunts.

"L'interdiction d'exporter des noix de cajou met les fermiers à la merci des deux unités de transformation existantes qui peuvent fixer des prix faibles pour la noix de cajou, mais les fermiers n'auront pas le choix étant donné qu'il n'y pas d'alternatives", avait expliqué Mumuni Issah, président de l'Association des acheteurs de cajou à Techiman, avant que l'interdiction ne soit levée.

Il existe 12 unités de tarnsformation dans le pays et 10 auraient fermé, ne laissant que Mim Cashew et Agricultral Products Ltd. Usibra Limited vient d'ouvrir.

 

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +