22 mars 2019 - 17:51 |

« L’Afrique d’abord, l’Inde plus tard »

Avons-nous assisté à une réunion décisive dans les relations entre l’Inde et le continent africain ? Peut-être. Comme chaque année, les deux pôles croissants du commerce mondial se sont rencontrés dans le cadre du India-Africa Project Partnership. Cette rencontre annuelle, la 14ème, s'est tenue  du 17 au 19 mars, organisée par la Confédération de l’industrie indienne, l'Exim Bank, le gouvernement indien et rassemblant plus de 37 pays africains.

L’évènement avait l’objectif affiché d’augmenter le volume du commerce bilatéral entre l’Inde et l’Afrique. Des échanges qui sont déjà passés de $ 7,2 milliards en 2001 à  $ 63 milliards en 2017/18, et qui devraient doubler et atteindre « $ 150 milliards ces prochaines années », a déclaré le ministre du Commerce, de l’industrie et l’aviation civile, Suresh Prabhakar Prabhu, lors de son allocution d’ouverture.

Lequel ajoute : « S’il vous plait, pensez à un accord de libre-échange entre l’Afrique et l’Inde. Nous pouvons penser à un accord commercial préférentiel ... et le principe fondamental serait de savoir comment l'Afrique bénéficiera d'abord et l'Inde plus tard ». Un geste considérable de la part du géant indien qui se prépare à afficher des volumes d’exportations records, révélait en début de semaine The Economic Times.

Le ministre imagine la suite des relations indo-africaine centrées autour de quatre axes privilégiés parmi lesquels figure l’agro-industrie. Une nouvelle qui n’a certainement pas échappé aux dirigeants africains qui souhaitent s’inspirer de l’expérience indienne pour l’agriculture : « L’expérience indienne, avec la révolution verte, serait plus que nécessaire à répliquer en Afrique pour répondre au défi agricole, tout en optimisant le potentiel du continent », précise le Premier ministre guinéen, Ibrahima Kassory Fofana. Les espoirs et objectifs sont élevés mais il reste à les concrétiser.

Pays: 
Secteurs: 

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +