22 mars 2022 - 16:22 |

L'invasion russe de l'Ukraine va augmenter le prix du cacao sur 2022/23, selon l'OIC

Quel est l’impact de la guerre entre la Russie et l’Ukraine sur le marché du cacao ? C’est très précisément à quoi répond l’Organisation internationale du cacao (OIC) qui dédie son rapport mensuel de marché du mois de février à cette analyse.

Ainsi, en quatre graphiques très intéressants, l’OIC détaille qui fournit la Russie et l’Ukraine en produits du cacao -poudre et tourteaux, pâte et beurre- et à qui ces deux pays en exportent. En un coup d’œil, on mesure l’importance des exportations de produits transformés de Côte d’Ivoire et du Ghana. A noter que la Russie n’importe de fèves ni de Côte d’Ivoire, ni du Ghana mais du Nigeria et de l’Equateur ainsi que via l’Estonie. Pour sa part, l’Ukraine n’importe des fèves que du Ghana, le reste étant de la poudre et des tourteaux.

 

 

L’OIC se penche aussi sur l’impact du conflit sur les engrais, intrants « essentiels » pour la production de cacao. « La plupart des cacaoyers dans les pays producteurs sont vieux et les éléments nutritifs du sol de nombreuses plantations de cacao sont épuisés, de sorte que la dépendance aux engrais pour le développement des cultures est une exigence. Cependant, ces dernières années, les prix des engrais ont grimpé en flèche et devraient encore augmenter en raison du conflit en cours entre la Russie et l'Ukraine. » Or, poursuit l’OIC, « La Côte d’Ivoire et le Ghana qui représentent ensemble plus de 60% de la production mondiale de cacao importent une grande partie de leurs engrais azotés et potassiques de la Fédération de Russie et du Bélarus.» Les sanctions bancaires vont entraver le paiement des ventes d'engrais. En outre, les frais de transport augmentent aussi car de nombreux pays interdisent aux navires russes d'entrer ou de traverser leur territoire.

« Ainsi, si cette situation devait persister, les petits producteurs de cacao qui sont déjà aux prises avec les prix élevés des engrais, ne pourront pas les payer. De plus, la pénurie d'engrais dans les plantations de cacao impactera, sans aucun doute, la quantité, la qualité et la taille des fèves de cacao. Il est probable que les coûts de production de cacao durant la prochaine campagne de cacao augmenteront et affecteront par conséquent les prix. »

Sur l’importation de fèves et de produits transformés du cacao, l’OIC indique qu’en 2020/21 les volumes destinés à l’Ukraine ont représenté 40 000 tonnes équivalent en fèves et 165 000 t à la Russie. Ces importations devraient décliner sur le reste de la campagne 2021/22 en Ukraine pour des raisons d’alimentation en électricité et de problèmes logistiques évidentes et en Russie en raison de la dépréciation du rouble et des sanctions qui impactent notamment le système bancaire.

Enfin, pour l’OIC, il est difficile d’évaluer l’impact du conflit sur les activités des transformateurs et des chocolatiers en Russie et en Ukraine, cet impact pouvant être « sur le fonctionnement des usines, les dommages potentiels et bien sur la sécurité du personnel des entreprises ».

Secteurs: 
Matières premières: 
Non
Énergies renouvelables: 
Non

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +