22 mai 2012 - 10:45 |

Le caoutchouc à l'ordre du jour à Singapour

La Chine et la Thaïlande, sans surprise, au coeur de la problématique du marché mondial

La conférence mondiale sur le caoutchouc s’ouvre aujourd’hui à Singapour dans un contexte délicat de crise financière européenne qui pèse sur la demande. D’ores et déjà, le prix du caoutchouc destiné aux pneumatiques a chuté de 40%, à $ 3,80 le kilo, par rapport à son record de $ 6,40 atteint en février 2011. Pourtant, la demande mondiale atteindrait 26,8 Mt cette année, en hausse de 4,3% par rapport aux 25,7 Mt en 2011, selon les estimations de l’Association des pays producteurs de caoutchouc (ANRPC de son sigle anglais). Rappelons que l’industrie du pneumatique absorbe 60% du caoutchouc produit mondialement.

Toutefois, la demande au niveau mondial demeure soutenue avec la Chine comme élément moteur et, dans une moindre mesure, la politique d’achat de la Thaïlande. La consommation chinoise atteindrait 3,61 millions de tonnes (Mt) cette année, en hausse de 3% sur 2010, selon l’ANRPC. Le pays consomme ainsi 35% de l’offre mondiale, une situation qui devrait encore se renforcer lorsqu’on considère que la vente de véhicules en Chine a augmenté de 12,5% en avril, soit plus du double de sa progression en mars. Les observateurs soulignent que les Chinois ont beaucoup plus fréquentés les salons automobiles et concessionnaires à l’approche de la fête du 1er mai.

Lundi, l’Association thaïlandaise du caoutchouc a annoncé importer des feuilles afin de pouvoir honorer ses contrats à l’international suite aux fortes pluies qui se sont abattues sur le pays et qui ont réduit les disponibilités, tirant hier les cours internationaux au plus haut en quatre mois. Ses importations feront suite à la mise en place du schéma d’intervention lancé par le gouvernement thaïlandais en janvier dernier, et dont le coût est de $ 479 millions. Cette politique a été mise en œuvre après que les cours aient chuté en dessous des 100 baht le kilo, soit en dessous de $ 3,19, suscitant de vives protestations de la part des producteurs.

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +