22 mai 2019 - 17:41 |
à Accra

Tunde Solaja : « Plus de 50% du manioc au Nigeria est gaspillé »

Tonda Solaja, PDG de Crest Agro Products, au Nigeria, un des principaux intervenants à la conférence Manioc et Amidon Africa (Cassava and Starch Africa) qui s’ouvre aujourd’hui à Accra au Ghana, explique à CommodAfrica les défis auxquels la chaîne de valeur du Nigéria est confrontée. La demande est très forte et en augmentation, la production est faible avec de rendements très bas, les importations sont énormes et le gaspillage excède 50%.

 

Nous avons une ferme agricole où nous faisons du manioc sur 13 000 hectares. Actuellement, environ 25% sont déjà cultivés et nous avons le potentiel de faire 8 000 ha, tandis que nous laissons le reste pour les cultures biologiques, certaines zones sont des zones marécageuses et nous laissons une partie pour la foresterie.

Nous avons démarré il y a cinq ans et en janvier, nous avons créé une usine d'une capacité de 20 000 tonnes d'amidon. L’objectif est d'atteindre 100 000 t.

Combien cela représente-t-il financièrement ?

Le coût est d’environ 5 milliards de nairas (€ 12,420 millions) pour faire fonctionner la ferme et l'usine. Ensuite, nous étudierons des dérivés tels que le glucose, le fructose, en fonction des besoins du marché.

Qu'en est-il du marché d'exportation ?

Il existe une grande possibilité pour l'amidon, principalement l’amidon de manioc. Mais, le Nigeria importe aujourd'hui environ un million de tonnes d'amidon par an, et ce chiffre est croissant. Avec une production locale d’amidon de manioc inférieure à 40 000 tonnes, il y a un potentiel énorme au niveau local avant de commencer à parler d'exportation.

Mais bien sûr, les possibilités d’exportation sont là. Le Nigeria est le plus grand producteur mondial de manioc. Malheureusement, malgré le volume de production élevé, le rendement est très faible. Il est d’environ 12 t / ha. Dans d'autres pays, vous obtenez 25 t / ha.

Donc, d'énormes quantités de terres sont utilisées ?

Oui. Avec des rendements bas, vous devez cultiver plus de terres. Le producteur nigérian détient un hectare au maximum 5 ha de manioc pour sa propre consommation et sa vente immédiate.

Au Nigeria, la consommation de manioc représente environ 65% de la production. Les 35% restants vont tous à l'industrie, parce que les industries sont très peu nombreuses,  le démarrage des industries au Nigéria étant confronté à des nombreux défis. C’est un projet à forte intensité de capital et donc l’accès au financement est un défi que le gouvernement tente actuellement de le résoudre avec le Plan de développement de l’agriculture. Un autre défi est l’infrastructure. Lorsque l’on fabrique de l’amidon de manioc, vous devez générez votre propre eau, votre propre électricité, votre propre route, vous devez tout faire !

Tout le monde parle de financement, mais l'accès au financement est très lourd. Au Nigeria, vous pouvez obtenir un prêt avec un taux d’intérêt de 9%, ce qui est bien. Mais pour y accéder, les exigences sont tout aussi élevées lorsque vous débutez. Par exemple, normalement, si vous vous possédez une terre, cela devrait être une garantie. Mais la terre n'est pas acceptée en tant que telle.

Parce qu'il n'y a pas de titre ...

Non, même lorsque vous avez le titre, cela ne sera pas accepté. Ils vont demander d'autres propriétés foncières.

Aujourd'hui, le plus grand défi de l'agriculture consiste en fait à défricher les terres. Parce que le coût du défrichement est assez important. Si je veux défricher un hectare, je dépenserai environ 140 000 nairas. Si la forêt est dense, vous pouvez payer jusqu'à 200 000 nairas. Maintenant, si je cultive un hectare, je dois dépenser 260 000 nairas. Normalement, si je cultive la terre avec du manioc, je peux récolter après 12 à 18 mois et obtenir le remboursement. Mais avec le coût du défrichement, vous devez l'amortir car vous ne pouvez pas le récupérer en un an. Il faut donc probablement l’amortir sur 15 ans.

Maintenant, trouver ce type de financement est un gros défi.

Auprès des banques ?

Aucune banque ne veut faire ça. C’est un domaine pourtant essentiel pour encourager les agriculteurs. Si vous avez l'infrastructure nécessaire pour défricher la terre, il est beaucoup plus facile de la cultiver. Le gouvernement doit donc intervenir pour défricher les terres afin d’aider non seulement les producteurs de manioc, mais aussi tous les agriculteurs

Une fois la terre défrichée, elle peut être mise en culture. Mais pour le manioc, vous devrez attendre 12 ou 18 mois avant de le récolter. Ainsi, la plupart des agriculteurs préféreront des produits comme le melon, le maïs, etc. qui génèrent plus rapidement des revenus. Mais produire du manioc est essentiel !

Un autre challenge est que le manioc est toujours été planté en croix avec d'autres cultures. Mais la cohabitation avec le maïs fait que le manioc a du mal à obtenir les nutriments du sol. Cela a un impact sur le rendement des deux cultures.

Pourquoi ne pas associer d'autres cultures mieux adaptées ?

C’est là qu'intervient la recherche. Il serait bon d’intercaler des cultures qui peuvent apporter des nutriments au manioc, comme certaines légumineuses. Quand vous plantez du manioc, après cinq saisons, nous essayons de faire des légumineuses comme les haricots pour restaurer la terre afin d’enrichir le sol avant de commencer à l'utiliser à nouveau pour le manioc. Mais il est difficile de les planifier en même temps que le manioc, car une fois que le manioc commence à fleurir, il laisse une sorte de couvert. Les autres cultures doivent d'abord pousser.

Il y a aussi quelques autres défis car lorsque vous parcourez le pays, les types de sol diffèrent, la texture du sol est différente, de même que la chimie du sol. Désormais, chaque agriculteur devrait pouvoir comprendre le type de sol qu’il possède et le type de manioc qu’il a besoin de planter. On devrait pouvoir prélever un échantillon de sol et le faire analyser dans un laboratoire. Cela n'existe pas actuellement. Il y a l'ITTA avec laquelle toutes les grandes fermes essaient de travailler. Mais cela devrait être facilement accessible à tous les agriculteurs car il existe différents types de manioc en fonction de l'endroit où vous allez le planter.

On estime au niveau mondial que 30% de la nourriture est gaspillée. Selon vous, quel est le taux pour le manioc au Nigeria ?

Plus de la moitié ! Et ceci est vrai de toute l'Afrique de l'Ouest.

En tant qu’investisseur dans l’agriculture mais aussi homme d’affaires, qu’attendez-vous de la conférence le manioc et l'amidon qui commence aujourd’hui à Accra ?

L'impact du manioc sur la chaîne d'approvisionnement mondiale revêt une importance capitale. Nous avons beaucoup mis l’accent sur le maïs issu de l’Amérique du Nord avec de nouvelles utilisations dans l’alimentation pour la volaille, la production d’éthanol, le soutien à la production d’énergie, etc. Mais le besoin de manioc devient de plus en plus important au niveau mondial. Il y a quelques développements dans le manioc, comme les sacs de polyéthylène provenant du manioc, les ustensiles ménagers biodégradables jetables, etc. Avec un monde de plus en plus conscient de la nécessité de réduire la pollution, la demande de manioc va augmenter.

Pour nous qui sommes dans la transformation, il est difficile de prévoir le prix du manioc.

Mais c'est vrai de n'importe quelle culture ...

Oui, mais sans variation de 300%! Sur un cycle de trois ans les prix ont été élevés, et tout le monde est heureux et va à la ferme pour cultiver. Ensuite, vous avez une production excédentaire, mais pas parce que le système ne peut pas l’absorber, car la récolte n'est pas acheminée au bon endroit. Le gaspillage est si élevé que tout le monde se décourage et passe à une autre culture. C'est le cycle.

Nous essayons donc d’encourager les grands agriculteurs à faire plus que ce qu’ils font et à avoir une entreprise plus rentable.

A la suite de la conférence, j'aimerais avoir la possibilité d'avoir une porte d'accès à l'aide financière. Parce que si je peux faire un hectare moi-même, alors je peux faire deux hectares. Nous doublerions la culture du manioc en peu de temps. Et pour l'obtenir, la disponibilité des infrastructures est un problème majeur. Les entreprises privées ne peuvent pas construire des routes d'accès dans les communautés. Ils peuvent le faire que pour leurs propres plantations.

Nestlé et d’autres grands groupes assistent à la conférence. Que vont-ils faire selon vous ?

Pour eux, le manioc est très important car c’est l’un des principaux additifs contenus dans leurs produits. L'amidon de manioc est très important et s’inscrit dans un contexte de développer l’approvisionnement en matières premières locales de leur produit. Ils essaient donc de soutenir la croissance du manioc et de s'impliquer encore plus dans la chaîne de valeur.

Sont-ils dans la production de manioc au Nigeria ?

Non, ils essaient de voir comment ils peuvent aider les agriculteurs.

 

 

 

Pays: 
Secteurs: 

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +