22 juillet 2022 - 15:15 |

Vers une reprise des exportations de céréales de l’Ukraine

L'Ukraine, la Russie, la Turquie et le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, signeront vendredi un accord pour reprendre les exportations ukrainiennes de céréales de la mer Noire, a annoncé hier le bureau du président turc Tayyip Erdogan. Un accord qui a fait l’objet d’une longue négociation (deux mois) sous l’égide des Nations unies et qui devrait permettre d’amoindrir la crise alimentaire dans le monde et la pression à la hausse des prix de céréales.

Bloquées depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie le 24 février dernier, les quelque 20 millions de tonnes (Mt) de céréales dans les silos d’Odessa devraient donc pouvoir reprendre la route de la Mer Noire. Vers l’Afrique sub-saharienne,  notamment l’Ethiopie, le Nigeria, le Kenya et la Mauritanie, l’Ukraine exporte principalement du blé. L’Afrique sub-saharienne a représenté en moyenne 17% des exportations totales de blé ukrainien  de  2016/17 à 2020/21.

 

Les États-Unis ont salué l'accord et déclaré qu'ils se concentraient sur la responsabilisation de la Russie dans sa mise en œuvre. "Nous n'aurions jamais dû être dans cette position en premier lieu", a déclaré le porte-parole du département d'État américain, Ned Price. "C'était une décision délibérée de la part de la Fédération de Russie de militariser la nourriture.De son côté, Moscou a nié toute responsabilité dans l'aggravation de la crise alimentaire, accusant plutôt l'effet dissuasif des sanctions occidentales pour le ralentissement de ses propres exportations de nourriture et d'engrais et l'Ukraine pour l'exploitation minière de ses ports de la mer Noire.

L'Ukraine pourrait potentiellement redémarrer rapidement ses exportations, a déclaré jeudi le vice-ministre ukrainien de l'Agriculture, Taras Vysotskiy. "La majorité de l'infrastructure des ports du grand Odessa reste, donc c'est une question de plusieurs semaines au cas où il y aurait des garanties de sécurité adéquates", a-t-il déclaré à la télévision ukrainienne.

De son côté l’International Grain Council (IGC), dans son rapport publié hier, anticipe une baisse de 2% de la production céréalière mondiale en 2022/23 à 2 252 millions de tonnes (Mt).  La consommation  mondiale devrait aussi se contracter sous l’effet du resserrement de l’offre et des prix élevés pour atteindre 2 277 Mt.  Les stocks de report devraient se resserrer à nouveau, se situant à un plus bas en huit ans de 583 Mt  (-4%).

Pays: 
Secteurs: 
Matières premières: 
Non
Énergies renouvelables: 
Non

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +