23 mars 2017 - 07:15 |

La production de miel quadruple à Adjengré, au nord du Togo

Au nord du Togo, on produit du miel depuis longtemps mais les pratiques culturales sont en train d'évoluer. Notamment, les anciennes techniques utilisant des herbicides et ayant recours aux feux de paille pour récolter le miel, nuisant aux abeilles qui ont fini par "fuir le village", ont entrainé une baisse de la production et un désintérêt pour l’activité qui n’était plus rentable, selon Koffi Anwi, membre du groupement Bon Succès qui regroupe 14 apiculteurs dans le canton d'Adjengré, rapporte la Banque mondiale.

De nouvelles techniques, plus écologiques, ont été diffusées dans le cadre du Projet d’appui au secteur agricole (Pasa) de la Banque et du Programme mondial de réponse à la crise alimentaire (GFRP). Il s'agit notamment  de regrouper les apiculteurs de la localité, de les former aux techniques modernes de production de miel et de les équiper notamment en enfumoirs pour endormir les abeilles au moment de la récolte et à des extracteurs pour ne pas détruire la cire et préserver les larves.

Des entreprise de services et organisations des producteurs sont créées, comme l’Esop-Miel d’Adjengré, pour réunir les apiculteurs au sein de tontines commerciales, racheter leurs productions et en assurer la commercialisation.

"Nous avons démarré nos activités en 2014. En 2015, nous avons acheté environ 4000 litres de miel auprès des 16 groupements d’apiculteurs avec lesquels nous travaillons. En 2016, les récoltes sont passées à 17 000 litres grâce aux nouvelles techniques introduites. Actuellement, nos produits sont vendus principalement à Lomé, Sotouboua, Sokodé et Kara, mais nous sommes à la recherche de nouveaux marchés pour écouler cette production qui augmente", explique Gbati Tchagafou de l'Esop-Miel d'Adjengré, rapporte la Banque mondiale.

Secteurs: 

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +