23 avril 2015 - 00:00 |

Fiche produit

« Abacaxi » ou la filière ananas Pain de Sucre au Bénin

L’ananas est le fruit principal produit dans la région Sud, avec une forte concentration dans le département de l’Atlantique (près de 98% de la production nationale) où les conditions agro-climatiques lui sont plus favorables. Des deux variétés commercialisées, la Cayenne Lisse et le Pain de Sucre, le Pain de Sucre est la plus cultivée. Sa production est totalement orientée vers le marché local. Le caractère très périssable du produit nécessite un investissement permanent et substantiel dans la transformation pour le développement de la filière.

 

Une filière structurée à trois niveaux avec en amont la production

En l’espace de 10 années, la production nationale de l’ananas Pain de Sucre (Pds) est passée de 90 000 tonnes en 2004 à 130 000 tonnes en 2014, soit une augmentation de près de 45 %, selon le ministère de l’Agriculture, de l’élevage et de la pêche. La filière est structurée à trois niveaux : en premier lieu les producteurs, ensuite les commerçants et enfin les transformateurs. Bien que la production implique de grands producteurs produisant en moyenne 50 000 Kg à l’hectare par an, elle est largement dominée par de petits producteurs parfois organisés en coopératives. On estime à quelques 13 000 exploitants le nombre de producteurs d’ananas dont 8 000 petits exploitants. Ceux-ci emblavent en moyenne 1,2 ha par an (+5 ha par an pour les grands) pour un rendement moyen de 39 000 Kg d’ananas Pds à l’hectare, selon le Réseau des Producteurs d'Ananas du Bénin (RéPAB).

 

Les femmes, principaux acteurs de la commercialisation

Les femmes sont les principaux acteurs (90%) de la commercialisation. Elles achètent par quarantaine le fruit aux producteurs dans leurs plantations ou sur les marchés des zones de production afin de les acheminer par voiture-bâché vers les marchés de consommation ou les unités de transformation locale. Le prix payé au producteur pour la quarantaine d’ananas Pds varie entre 1 500 FCFA à 2 000 FCFA (2,3 Euros à 3 Euros) dans les périodes dites « à prix normal » ; et s’élève de 2 500 FCFA à 4 000 FCFA (3,8 Euros à 6 Euros) en périodes dites « à prix élevé ».

 

Des parts de marchés conséquentes…

En raison de sa forte teneur en sucre et sa richesse en eau, le Pds est très apprécié par le consommateur local, même à « prix élevé ». Plus de 80% du marché d’ananas lui est garanti. Le maillon de la transformation qui initialement n’était pas valorisé capture aujourd’hui 23% de la production totale nationale. Les dérivés obtenus sont le jus et le sirop d’ananas représentant 68% du Pds transformé, et l’ananas séché qui occupe les 32% restants. Le Pds est séché dans deux centres communaux de séchage et exporté avec le sirop d’ananas vers l’Europe. Le jus d’ananas est transformé par des unités artisanales Son coût de production élevé et le très grand nombre d’unités artisanales impliquées handicapent son exportation vers le marché européen.

 

Quelles sont les perspectives pour la filière ?

La filière ananas Pds a un fort potentiel de développement. L’État prévoit atteindre 600 000 tonnes en volume de production cette année d’ananas Pds et Cayenne lisse. Cela demande un investissement en aval de la production notamment dans la transformation. Les nombreuses contraintes à la production (rareté et coût élevé de la main-d’œuvre et des intrants, difficultés de conditionnement et stockage du fruit), les difficultés de commercialisation (conditions inadéquates de transport et tracasseries policières), et les contraintes dans la transformation sont autant d’opportunités d’investissement public et privé pour une meilleure structuration et le développement de la filière.

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +