23 juin 2021 - 15:58 |

Chronique Énergies renouvelables & Agriculture en Afrique de l'Ouest au 23 juin 2021

Comme chaque semaine, l’actualité des énergies renouvelables en Afrique de l’Ouest est prolifique ! Mais avant d’évoquer les nouvelles de cinq pays ciblés, prenons quelques instants pour observer celles qui intéressent l’ensemble de la région ouest-africaine.

Tout d’abord, l’Africa Renewable Energy Fund II vient de rassembler près de € 130 millions auprès de sept investisseurs pour financer des projets de développement d’énergies propres (éolienne, solaire, hydroélectricité) en Afrique subsaharienne (hors Afrique du Sud). Le fonds -géré par Berkeley Energy- nécessitera un financement total de € 300 millions in fine.

Le fonds rassemble des investisseurs très actifs dans le financement des énergies renouvelables en Afrique, parmi lesquels on retrouve : Swedfund, l’institution financière du gouvernement suédois, CDP, CDC Group du gouvernement britannique, le Fonds pour l’énergie durable en Afrique (Sefa) de la BAD, Proparco de l’AFD, la Société néerlandaise de financement du développement (FMO), ainsi que le Fonds pour les technologies propres (CTF) qui appartient au Fonds d’investissement climatique (CIF).

On apprend également qu’au cours d’un atelier organisé à Cotonou (Bénin), Umerto Trivella, chef du Programme Energie et Microfinance du Centre international de développement et de recherche (CIDR-Pamiga) a annoncé avoir délivré 12 863 appareils solaires à 11 911 foyers (soit 55 954 personnes) de juillet 2017 au 30 juin 2021. Au total, la puissance installée s’élève à 69 kW au Bénin, au Sénégal et à Madagascar.

BURKINA FASO - CÔTE D'IVOIRE - GUINÉE - MALI - TOGO

BURKINA FASO

Le gouvernement burkinabè a dévoilé l’initiative présidentielle « Assurer à chaque enfant en âge scolaire, au moins un repas équilibré par jour » d’un coût de FCFA 488 297 250 000 (€ 742 millions).  L’Etat souhaite améliorer l’accès des denrées alimentaires aux cantines scolaires en ciblant quatre produits majeurs : le lait, le miel, le poisson et la volaille.

Parallèlement, l’objectif est d’associer les cantines avec les producteurs locaux en mettant l’accent sur l’agriculture et la maitrise de l’eau grâce à la multiplication de systèmes solaires d’irrigation, qui favoriseront la production de céréales, chaque village pourrait ainsi produire 50 tonnes de céréales. L’initiative se concentre dans un premier temps au développement de l’offre de denrées et d’assurer un menu équilibré, varié, dans chaque cantine. Ensuite, il s’agira d’améliorer la compétitivité des filières agropastorales et halieutiques pour valoriser les productions et accroitre les revenus des populations rurales.

Ailleurs dans le pays, la société Foundation Rural Energy Service (FRES Yeelen Ba) a organisé un atelier la semaine dernière pour accroitre l’utilisation d’énergies propres et abordables dans les zones rurales du pays. Face à la multiplication d’entreprises qui investissent dans l’électrification rurale, FRES Yeelen Ba souhaite renforcer la collaboration et la communication entre les acteurs du secteur des énergies renouvelables (professionnels, législateurs, responsables gouvernementaux, autorités locales). L’occasion également de discuter de la qualité des équipements solaires installés, de l’accès aux financements, l’implication du secteur privé et réaliser un état des lieux des énergies renouvelables au Burkina Faso. Une initiative nécessaire !

Rappelons que la part des énergies renouvelables dans le pays est de 17,6 % tandis que le taux d’électrification affichait 43,2 % en 2018 (74,7 % dans le milieu urbain et 32,2 % dans le monde rural).

CÔTE D'IVOIRE

Quelle bonne idée, le groupe EDF mise sur la diaspora pour développer l’énergie solaire en Côte d’Ivoire ! Le géant français de l’énergie élargit son offre commerciale et lance la plateforme « Diaspora Energie by EDF », un dispositif qui permet aux membres de la diaspora africaine de financer des kits de production solaires « Off-grid » pour leurs proches résidant en Afrique. La diaspora ivoirienne est d’abord ciblée. Chaque kit comprend un panneau solaire, une batterie, une radio, des néons et des ampoules incassables, il est également possible de bénéficier en option d’une télévision ou d’un ventilateur. En outre, la plateforme garantie une livraison dans un délai maximal de 15 jours ainsi qu’une maintenance des kits pendant cinq ans. EDF franchie un nouveau pallier dans le développement de l’off-grid en Afrique.

GUINÉE

Les retombées politiques pour les initiateurs de la création d’un vaste marché de l’électricité en Afrique de l’Ouest vont être énormes ! « Bientôt, le courant produit à Kaleta va passer par Boké pour aller en Guinée-Bissau. Donc, ce courant, vous allez l’avoir. Nous allons donner le courant à la Guinée-Bissau, au Sénégal et à la Gambie », a affirmé Alpha Condé mercredi dernier lors de sa visite à Boké. Un discours qui ne peut qu’assoir sa popularité dans la région et ce n’est pas près de s’arrêter…

En effet, la Guinée va doubler sa production énergétique en 2021 avec la mise en service du barrage de Souapiti (550 MW !). Ce projet phare d’Alpha Condé est loin d’égaler le potentiel hydroélectrique du pays qui est évalué à 7000 MW ! A ce jour, seule 10 % de ce potentiel est mis en valeur. Mais l’hydroélectrique a ses limites avec les sécheresses qui se répètent, c’est pourquoi les centrales solaires se multiplient en même temps que les projets hydrauliques. Ainsi, la PME toulousaine Solveo débutera les travaux de la première centrale solaire d’envergure du pays (45 MW) à Khoumagueli en 2022.

MALI

Une nouvelle initiative pour éduquer et familiariser la jeunesse aux énergies renouvelables ! Une délégation de l’ONG Mali FolkCenter s’est rendue le 14 juin dernier dans la commune de Gouakoulou dans le cercle de Kolokani pour offrir des lampes solaires aux écoliers, électrifier les salles de classes, le centre de santé et l’espace public. Notons que ces dons sont réalisés en partenariat avec l’entreprise privée danoise Danske Commodities.

Les lampes solaires devraient favoriser l’apprentissage des élèves le soir et les délivrer de la dépendance de la lumière de leurs parents, à domicile, tandis que l’éclairage des espaces publics et des maternités devraient considérablement améliorer la qualité de vie et les espaces de sociabilisation au sein de la communauté.

TOGO

Deux nouvelles centrales solaires photovoltaïques vont bientôt voir le jour au Togo ! L’une, Salimde, dans la préfecture de Tchaoudjo à Sokodé (60 MW), et l’autre, Awandjelo, dans la préfecture de Kozah à Kara (80 MW), souligne le rapport du Conseil des ministres réunit mercredi dernier. Ces infrastructures sont réalisées dans le cadre du programme « Scaling Solar » de la Société financière internationale (SFI).

Cette nouvelle apparait alors que la centrale de Blitta (50 MW) vient d’être inaugurée hier par le président Faure Gnassingbé. La centrale prend le nom de Sheikh Mohamed Bin Zayed, elle est construite par AMEA Togo Solar, filiale d’AMEA Power. Equipée de 5 000 panneaux solaires, elle devrait desservir 158 333 ménages togolais. Rappelons que l’ouvrage a été financé à hauteur de FCFA 21 milliards par la Banque ouest-africaine de développement (BOAD) et le Fonds d’Abu Dhabi pour le développement (ADFD).

L’ensemble de ces champs solaires témoigne de la volonté du gouvernement de doter chaque région du pays d’une centrale et de diversifier la production énergétique du Togo dans le but de rendre le pays indépendant énergétiquement et permettre l’accès à l’électricité à l’ensemble de la population d’ici 2030. Rappelons que le Togo a intégré le programme « Scaling Solar » en juillet 2019 avec l’objectif de produire 90 MW grâce aux producteurs indépendants d’électricité.

Matières premières: 
Non
Énergies renouvelables: 
Oui
Matières premières: 
Énergies renouvelables: 

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +