23 novembre 2012 - 11:32 |

Changement des taxes sur les produits semi-finis de cacao en Côte d’Ivoire

Les transformateurs mécontents


(21/11/2012) La Côte d’Ivoire imposera une taxe à l’exportation sur les produits semi-finis à base de cacao non plus en fonction de la nature des produits mais en fonction de leur poids équivalent en fèves, selon un décret du gouvernement. En septembre dernier, la Côte d’Ivoire avait supprimé l’allègement fiscal en faveur des broyeurs en vigueur depuis 20 ans (cf. CommodAfrica).
Les entreprises de broyages, comme Cargill, Barry Callebaut, ADM ou Cemoi, qui sont aussi des exportateurs, ont estimé que ce nouveau calcul de la taxe allait les pénaliser encore. En marge de la conférence mondiale du cacao, qui se tient à Abidjan, Jos de Loor, directeur du cacao et chocolat chez Cargill estime que «Fondamentalement, le décret a aboli toutes les incitations pour la transformation en Côte-d’Ivoire» ajoutant ”Il est trop tôt pour dire quelles seront les conséquences potentielles à venir. Nous faisons l’évaluation, puis nous allons avoir voir ».
Ali Lakiss, directeur de Choco Ivoire déclare que «Ce n’est pas normal. Comment comptez-vous encourager les exportateurs à traiter plus de fèves, si les taxes changent lorsque la saison est en cours? C’est dangereux pour nous ». La société traite environ 32 000 tonnes de fèves par an et avait des plans pour accroître la capacité de broyage à 100 000 au cours des deux prochaines années. «Avec les investissements que nous avons faits, nous ne pouvons pas continuer (pour augmenter la capacité)” a t-il dit.
Depuis 2010, la Côte d’Ivoire est devenue le premier broyeur mondial de cacao, principalement en beurre et poudre, avec une capacité de 532 000 tonnes. Dans le cadre de la nouvelle réforme, le gouvernement ambitionne de transformer localement 50% de la production de fèves d’ici à 2015, contre environ 35% actuellement.
Filières: 

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +