23 novembre 2012 - 00:00 |

La Chronique Matières du Jeudi

Des marchés relativement calmes avec Thanksgivings

(22/11/2012)

CACAO Passée la dissolution surprise du gouvernement ivoirien la semaine dernière, les cours sont redescendus dans un marché plutôt sur la défensive. ”Si vous regardez le simple équilibre offre-demande, nous pouvons affirmer que le marché est effectivement bien fourni. Le facteur dominant est la faiblesse du côté des consommateurs » estime Tobias Merath analyste au Credit Suisse. En marge de la conférence mondiale du cacao, qui se tient du 19 au 23 novembre à Abidjan en Côte d’Ivoire, Cargill estimait que le marché mondial serait équilibré en 2012/13 en raison de l’amélioration des conditions météorologiques en Afrique de l’Ouest. Cargill, parmi les autres exportateurs transformateurs de cacao en Côte d’Ivoire, s’est estimé pénalisé par la nouvelle décision prise par le gouvernement ivoirien sur la taxe à l’exportation des produits semi-finis. Un décret du gouvernement annonçait mardi que les taxes qui frappaient les produits semi-finis à base de cacao ne seraient plus basées sur la nature des produits mais sur leur poids équivalent en fèves. Avec cette mesure, ajoutée à celle prise en septembre dernier de soumettre les broyeurs au DUS, Cargill estime que toutes les incitations à la transformation sur place ont été abolies.
Des nouvelles mesures, qui ont été un des facteurs de la hausse du ratio du beurre de cacao en Asie. En deux semaines, il est passé de 1,60 à 1,70-1,80 à Londres pour des expéditions rapprochées, soit son plus haut niveau depuis fin 2009. Aux craintes d’une réduction des broyages en Côte d’Ivoire, s’est ajouté le resserrement de l’offre en Europe avec la réduction des broyages dans un contexte de demande stimulée par l’approche des fêtes de Noël.
Les pluies excessives au Nigeria pourraient faire chuter de 20% la production 2012/13 de cacao à 200 000 tonnes selon la Cocoa Association of Nigeria.
Les exportations de cacao au Cameroun se sont élevées depuis le début de la campagne de commercialisation en août à la fin octobre à 57 622 tonnes, en baisse de 11,26% par rapport à la même période en 2011/12, selon le National Cocoa and Coffee Board. En revanche, les achats des broyeurs locaux sont en hausse de 27,27% à 15 140 tonnes.

CAFÉ Le marché du café continue trend baissier, en passant sous la barre des $ 1900 la tonne à Londres et sous $150,00 cents pour le mois de décembre à New York. Toutefois, quelques faits intéressants, souligne un coutier. « Tout d’abord, l’écart Dec/March à New-York qui est passé de 4.50 cts de discount, écart normal dans un marché bien alimenté, à 9.00 cts, bien au delà des coûts de portage d’une marchandise sur 3 mois. En cause, de nouvelles règles, qui commencent à être appliquées et qui explique cet écart. Avant une marchandise certifiée l’était Ad Vitam Aeternam, aujourd’hui, elle ne l’est plus que pur un temps donné et les “age discount” sont plus élevés » . Une situation qui renchérit les coûts de portage et accroît le risque de recevoir une marchandise qui a perdu sa certification et par ricochet le risque de financement. « D’autre part à partir de mars 2013, le Brésil lavé sera certifiable. La principale conséquence comme mentionnée plus haut sera la difficulté accrue pour trouver un financement pour une marchandise spot invendue. On peut logiquement s’attendre à ce que les différentiels de spot soit très agressifs » ajoute le courtier.
Le Robusta continue à baisser malgré les analyses généralement haussières. « Difficile d’être positif tant que les fonds longs ne commenceront pas à déboucler leurs positions ». Quant aux producteurs, ils sont réticents à vendre. L’activité physique reste concentrée sur court et moyen terme, sans faire beaucoup de vagues.
Enfin, le coutier souligne qu’un gros négociant asiatique vient d’acheter une importante usine de soluble en Espagne., après en avoir acheté une en Inde et au Vietnam, et s’interroge si c’est l’avenir pour les gros négociants d’investir dans le produit fini ?

CAOUTCHOUC Les cours à terme du caoutchouc à Tokyo ont augmenté jeudi de 2% à un pus haut de 3 semaines, en raison de l’affaiblissement du yen qui a encouragé es investisseurs à prendre des positons spéculatives d’achat. Toutefois, la prise de bénéfice à limiter les gains, le contrat de référence livraison avril a clôturé à 261,7 yens ($3,18) le kilo.

COTON Les cours du coton ont évolué cette semaine autour de 72 cents la livre tant pour le contrat de décembre, dont le premier jour de notification est vendredi, que pour celui de mars. En dépit des stocks mondiaux élevés, et particulièrement, les stocks chinois, la Chine est aux achats pour des livraisons rapprochées et le coton américain est particulièrement sollicité encore cette semaine au regard de la hausse des ventes hebdomadaires américaines,
En Chine, les dernières statistiques des douanes pour le mois d’octobre montrent que les importations de coton se sont élevées à 277 067 tonnes, en hausse de 7,83%, dont 41% en provenance d’Australie, 23% des Etats-Unis et 17% du Brésil. Sur l’ensemble de l’année, les importations sont en hausse de 95,85% à 4,3 millions de tonnes.

HUILE DE PALME Pour la troisième session consécutive, les cours de l’huile de palme se sont inscrits en baisse sur fond d’inquiétude d’un ralentissement de la demande avec des perspectives de croissance économique mondiale faible. Avec des exportations sur les 20 premiers jours de novembre inférieures de près de 4% par rapport à octobre du deuxième producteur d’huile de palme, la Malaisie, les craintes d’un stock record ont rejailli. Il pourrait se situer entre 2,65 et 2,70 millions de tonnes, contre 2,51 Mt en octobre, niveau déjà record. En outre, les conditions météorologiques favorables en Argentine et au Brésil, les plus importants producteurs de soja après les Etats-Unis, éloignent les craintes d’un resserrement des approvisionnements mondiaux en huile végétale.

SUCRE Les cours du sucre not du mal à rebondir des ressentes baisses au regard de l’importance de l’excédent de l’offre sur la demande en 2012/13 et ce pour la deuxième année consécutive. En outre, la production d’éthanol au Etats-Unis a baissé de 1,6% la semaine dernière et les stocks ont augmenté de près de 6%, selon l’Energy information ant excédent de l’offre.

THÉ Le prix moyen aux ventes aux enchères de thé à Mombassa, au Kenya, mardi dernier, a été de $ 4,12 le kilo, en légère hausse par rapport à la semaine dernière ($4,08) sous l’impulsion d’une augmentation de la demande. Les Best Broken Pekoe Ones se sont vendues à $4,38-4,36 contre $ 4,38-3,78 le kilo, tandis que les Best Pekoe Fanning Ones étaient à $ 4,22-3,88 contre $4,28-$3,82 le kilo. Sur les 127 817 paquets offerts à la vente, 8,77% n’ont pas trouvé acheteur. Les acheteurs d’Egypte et d’Afghanistan ont été particulièrement actifs et on a noté un regain d’intérêt de la part d’opérateurs du Royaume Uni, du Soudan , du Pakistan, du Yémen et autre pays du Moyen-Orient.

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +