24 janvier 2018 - 18:15 |

La France, premier exportateur mondial de semences, fait une percée en Afrique

Le commerce extérieur français des semences et plants a atteint un nouveau record en 2016/17 à € 951 millions, en hausse de 5,6%, confirmant la place de leader de la France, devant les Etats-Unis et l’Allemagne, indique le Groupement national inter professionnel des semences et plants (GNIS). Les importations, stables, s’élèvent à €666 millions et les exportations, dopées par la hausse des prix à l’exportation,  atteignent € 1 617 millions, en progression de 3,1%.

La progression du solde de la balance commerciale est principalement due aux semences oléagineuses, avec un excédent de € 237 millions (+25%) et dans une moindre mesure des semences potagères avec un solde record de €282 millions, indique le GNIS. En revanche, si le maïs reste leader à l’international avec un excédent commercial de € 396 millions, la tendance est à la baisse pour la deuxième année consécutive. Enfin, la filière pomme de terre dégage un excédent de €58 millions.

Une progression de 25% des exportations vers l’Afrique

L’Europe est le premier client des semences et plants français, représentant environ 70% des exportations. Toutefois, le solde excédentaire des échanges avec les pays tiers (hors Europe) a atteint un record de €330 millions en 2016/17, en hausse de 30%. Les exportations se sont élevées à €488 millions, en hausse de 6%.

Quant aux exportations françaises vers l’Afrique, elles  se sont élevées à € 159 millions, soit environ 10% des exportations totales. Une part relativement faible, mais elles ont progressé globalement de 26% en cinq ans, et de 69% si l’on ne prend que l’Afrique de l’Ouest.

Évolution des exportations françaises de semences vers l’Afrique

Source : douanes françaises

Par groupe d’espèces, les exportations françaises vers l’Afrique concernent principalement les semences potagères (44% des exportations) puis les semences de pommes de terre (20%) et de maïs sorgho (14%).

Exportation de semences fraçaises vers l'Afrique

par groupe d'espèces en 2016/17 (en %)

A noter, que le GNIS appuie les associations semencières nationales et continentales en Afrique et en Asie. Elle fournie, par exemple, aux ministères de l’Agriculture du Burkina Faso et du Sénégal, une assistance technique pour la mise aux normes internationales et européennes de leurs systèmes de contrôle de la qualité des semences. En outre, le GNIS a participé en novembre à hauteur de €175 000 au Fonds de partage des avantages du Traité international sur les ressources phytogénétiques pour l'alimentation et l'agriculture (TIRPAA).

Pays: 
Secteurs: 

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +